topblog Ivoire blogs

mercredi, 26 janvier 2011

L’harmattan : saison des feux de brousse à Bondoukou

La saison des pluies fait place en ce moment à l’harmattan, saison sèche laissant voir un temps blafard avec son corollaire de vent sec dans les régions nord de Côte d’Ivoire. Malheureusement, c’est en cette période de l’année que l’on dénombre des catastrophes d’origine humaine, particulièrement dans la région du Zanzan. Celles-ci ont pour noms les feux de brousse.


Chaque année à Bondoukou, les feux de brousse font des dizaines de victimes. L’an dernier, des villages entiers ont été la proie des flammes, ayant laissé de nombreuses familles dans le dénuement dans la sous-préfecture de Nassian, à environ 70 km de Bondoukou. L’on avait dénombré des pertes en vies humaines.

Ce sont surtout des hectares de plantations qui partent en fumée, laissant ainsi des paysans sans espoir d’avoir de l’argent aux prochaines cueillettes.

De tels drames se produisent chaque année, en période d’harmattan, dans de nombreux villages de Bondoukou. Ces drames sont d’origine humaine. Cependant, si l’on n’occulte pas la possibilité d’un acte criminel, la plupart de ces feux de brousse partent par inadvertance, c’est-à-dire par manque d’attention. Soit c’est un mégot de cigarette que l’on jette inconsciemment dans des herbes sèches qui ne tardent pas à s’enflammer ; soit les feux ravageurs partent d’un feu mal éteint. C’est, par exemple, le cas d’un paysan qui, après avoir cuit un morceau d’igname, manque d’éteindre convenablement le feu avant de rentrer au village.

Dans ce même ordre de causes, se trouvent les feux que l’on allume délibérément pour une partie de chasse. Ici, l’on enflamme la brousse pour faire sortir le gibier ; sauf qu’on n’y mesure pas toutes les proportions que peut prendre ce feu.

S’agissant des villages qui sont parfois consumés par des flammes en période de saison sèche, c’est une étincelle qui part d’une cour. Il suffit alors qu’une seule maison soit la proie des flammes pour que tout le village s’embrase, étant donné la plupart des toits sont en paille, et des maisons à proximité les unes des autres.

Pour combattre le phénomène des feux de brousse, des campagnes de sensibilisation sont menées chaque année par les autorités administratives et politiques de la région du Zanzan. Ces mesures semblent inefficaces, vu la persistance des mauvaises habitudes qui désolent toujours des familles. Toutefois, des paysans, plus conscients, délimitent leurs champs en nettoyant leur pourtour de sorte qu’aucune herbe sèche ne serve de canal pour les embraser.

Une méthode bien archaïque et peu efficace à cause des vents qui propagent les flammes et transportent les étincelles d’un endroit à un autre. L’on doit donc craindre que les feux de brousse appauvrissent des villageois cette année encore à Bondoukou.

Les commentaires sont fermés.