topblog Ivoire blogs

jeudi, 17 février 2011

Le musée de Bondoukou, un joyau architectural au cœur de la ville

Bondoukou est une ville mal connue pour son potentiel touristique. Pourtant, le chef-lieu de la région du Zanzan, distant d’Abidjan d’environ 420 km, regorge d’un nombre impressionnant de sites et de bâtiments susceptibles d’être exploités touristiquement. En témoigne le musée des arts et traditions, un bâtiment à l’architecture « unique » au cœur de Bondoukou.


le-musee-de-bondoukou1.JPG

L’édifice s’impose d’abord par son emplacement, en raison du fait qu’il constitue le point de croisement des 4 principales artères de la ville. Ce qui fait qu’en plus d’être vu de part et d’autre, il est le 1er des trois ronds-points que compte la ville.

Ce qui est aujourd’hui le musée des arts et traditions fut le 1er marché de Bondoukou. Il a cessé de l’être à la faveur de la construction en 1971 de l’actuel marché central. Pendant 18 ans, l’édifice a été abandonné.

En 1989, il fait sa mue, après son passage de terre cuite à son renforcement au ciment. Cette métamorphose n’a rien changé à son plan d’origine, selon Ouattara Bema, un volontaire qui s’occupe des rares antiquités du musée. « On retrouve le même plan au Mali, précisément à Bamako et à Sikasso », affirme-t-il.
le-musee-de-bondoukou2.jpg

Malheureusement, les populations de Bondoukou ne montrent pas un réel intérêt pour le bel édifice. Au contraire, pour justifier leur désintérêt, elles "entourent" le bâtiment de légendes et de rumeurs tendant à le discréditer ; « c’est le siège des génies ! », disent beaucoup. Toutes choses que déplore Ouattara Bema pour qui ces légendes n’expriment que du dégoût pour les masques et les autres objets anciens qu’on trouve dans le musée. Mais au-delà, « c’est une véritable méconnaissance de l’art », soutient le jeune volontaire.

Conséquence : le bâtiment n’est pas visité. Plus grave est son manque d’entretien. En effet, vu de l’extérieur, rien ne dit qu’il abrite des services, tellement des herbes l’ont envahi. Pourtant, on y trouve des sièges d’ONG, de coopératives agricoles, et une station de radio locale. Il abrite aussi la bibliothèque municipale.

Finalement, le bel édifice joue moins le rôle d’un musée. Les seules choses pouvant permettre au visiteur de lui reconnaître ce rôle, ce sont les fresques d’anciens rois et du 1er Imam (Ali Timité) qui sont sur les murs de l’intérieur ; et les quelques masques qu’on trouve dans le bureau de Ouattara Bema. Celui-ci dit que la plupart des œuvres ont été prêtées aux musées de Korhogo et de Gand-Bassam, en attendant que le sien soit réhabilité par le ministère de la culture qui y a mené une mission d’inspection au mois d’août dernier. Dans la cour herbeuse du bâtiment, se trouve encore la 1ère machine à charbon ayant bitumé la ville.

A cause de sa belle architecture, le musée des arts et traditions de Bondoukou est classé monument historique par l’Etat de Côte d’Ivoire. Pour cette raison, les populations gagneraient à s’y intéresser.
des-masques.jpg

Commentaires

Moi j'aime la culture de façon générale mais la culture Africaine ou se trouve les vrais valeurs de notre cher Afrique. Parce que pour moi l'Afrique ne sera l'Afrique lorsqu'elle saura qu'elle est Afrique.

Écrit par : aboukam | jeudi, 17 février 2011

Les commentaires sont fermés.