topblog Ivoire blogs

mardi, 07 juin 2011

Bondoukou : Rencontre de décrispation entre enseignants pro-Lmp et pro-Rhdp

Une rencontre de décrispation a eu lieu ce mardi 31 mai 2011 entre enseignants pro-Lmp et enseignants pro-Rhdp pour faire tomber la tension qui est montée d’un cran entre les deux groupes. Le lycée de Bondoukou a servi de cadre à cette rencontre, sous l’égide de Gnangbi Victor, secrétaire général de la préfecture de Bondoukou.


Bondoukou-RHDP-FDS.jpg

Le climat de méfiance entre les deux était visible depuis la crise post-électorale. Ces dernières semaines cependant, il s’est exacerbé suite à un article de presse paru dans un Quotidien, fustigeant l’absentéisme des professeurs se réclamant de La Majorité présidentielle (Lmp). Cet article a fait l’écho de l’interpellation d’un enseignant (soupçonné d’appartenir à ce groupement politique) par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), lors d’un contrôle de routine.

Jugeant ces allégations infondées, ces enseignants pro-Lmp accusent leurs collègues pro-Rhdp de colporter des informations mensongères à leur égard. Le fossé s’est subitement agrandi entre les deux groupes, tous professant aux lycées 1et 2 ; la tension est montée d’un cran suite à cette affaire.

Pour briser le mur de méfiance et sceller définitivement la réconciliation entre ces groupes de professeurs, une rencontre a eu lieu. Dans son adresse aux deux, Gnangbi Victor – secrétaire général de la préfecture de Bondoukou – n’a pas manqué de rappeler le rôle d’un enseignant : « ce n’est pas d’apprendre aux élèves la Lmp ou le Rhdp », a-t-il fait savoir. Inutile donc de transposer les antagonismes politiques à l’école, de peur de tomber dans les travers du passé.

Dans le souci d’éviter l’effet de contagion, Kambiré Charles – le Directeur régional de l’éducation national (Dren) – entend entreprendre une tournée dans les établissements scolaires de la région du Zanzan pour apaiser les rancœurs. Il y va de la sauvegarde de l’école, après plusieurs mois d’arrêt des cours pour cause de crise politique.

Les commentaires sont fermés.