topblog Ivoire blogs

dimanche, 12 juin 2011

Bondoukou : Quatre mois sans salaire pour des fonctionnaires

Les fonctionnaires de Bondoukou, dont les comptes sont domiciliés à la Caisse nationale d’épargne (Cne) ou Cecp, n’ont pas pu entrer en possession de leur solde depuis 4 mois. Leur peine risquant de durer encore longtemps.


cecp.png
Vu de façade, rien n’indique que le bâtiment abritant les services de la Cne de Bondoukou est intact. Pourtant, un détour par l’arrière laisse voir des traces ressemblant à un cambriolage : vitres de fenêtres brisées, portes défoncées,…

A l’intérieur, le spectacle est désolant : le matériel informatique a été emporté ; le fax n’ayant pas échappé aux visiteurs "indélicats". Beaucoup de choses ont disparu à la Cecp, quelques jours après la prise de la ville par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Toutefois, l’on ne sait pas si de l’argent a été volé.

Conséquence : les fonctionnaires qui attendaient leur salaire de février dans cette banque n’ont pu être satisfaits quand ceux de mars et avril ont été payés simultanément par le gouvernement du Président Ouattara. En y ajoutant le mois de mai, les fonctionnaires de cette banque auront passé 4 mois à attendre, une si longue attente qui risque de durer encore plus.

Cependant, une possibilité s’offre à eux pour entrer en possession de leur dû. Ils peuvent se rendre dans les agences de Tanda et de Tabagne, 2 localités distantes du chef-lieu de région d’environ 50 km. Un déplacement que certains rechignent à faire, pour des raisons qui leur sont propres.

Pour permettre à la Cecp de Bondoukou de fonctionner à nouveau, au bonheur de ses clients, une équipe d’experts y a été dépêchée afin d’évaluer les dégâts. Elle n’a donné aucune date quant à la reprise du service.

Commentaires

Nous constatons, avec récurrence, que certaines des publications de ce blog, notamment celles portant sur Bondoukou, sont des copies parfaites du site avenue225.com, sans qu'aucune mention ne soit faite de la source.
Nous voulons croire à une méprise, ou même à une coïncidence occasionnelle.
Merci dans le cas contraire de réparer ce tort. Cordialement.

Écrit par : Avenue225 | dimanche, 12 juin 2011

Les commentaires sont fermés.