topblog Ivoire blogs

mardi, 17 juillet 2012

La musique koulango entre tradition et modernité

Riche de sa musique traditionnelle – avec pour figure de proue feu Kobenan Kouman – le pays koulango ou abron connaît une mutation musicale depuis le milieu des années 2000. Les chanteurs traditionnels épousent l’ère de la modernité pour éviter d’être happés par une génération de jeunes talents "envahissants".


Ouattara-Korotoum.jpg

Comme les pays baoulé et akyé connus pour leurs musiciens traditionnels, le Zanzan avait les siens. Après le décès de Kobenan Kouman, la relève a été faite par ses épigones Ouattara Korotoum, Kobenan Diguida, Koko Assouman, Legros… .

Les thèmes abordés dans la musique traditionnelle koulango tournent autour de la mort (piikô), la maladie (yangô), la haine (tchiyo), la malchance (yédjiago), la souffrance (bohogo), la sorcellerie (dressêgê), et l’amour (koridjo). Ce qui explique le fait que ces hommes chantaient rarement dans les moments de réjouissance. Ils se déplaçaient, le plus souvent, quand quelqu’un décède.

Une ou deux guitares rudimentaires, une bouteille et une caisse constituaient l’essentiel des instruments. L’orchestre tournait autour de 3 personnes. Sollicités pendant les moments de tristesse, ces chanteurs donnaient à réfléchir sur la condition humaine.

Les musiciens traditionnels koulango ont marqué de leurs chants les décennies 1970 ; 1980 et 1990. Aujourd’hui, ils sont contraints d’être en phase avec la modernité. Pour ne pas tomber dans l’oubli. Des jeunes ont miné le terrain avec des instruments modernes. Puisant dans les chansons des Anciens, ils connaissent une ascension fulgurante depuis le milieu des années 2000. La langue (le koulango) et les thèmes sont restés les mêmes.
Sie-Charles.jpg
Bondoukou ne compte pas moins de 30 artistes-chanteurs des 2 sexes. Cette profusion est redevable à Sié Charles, 1er jeune chanteur tradi-moderne. Depuis la sortie de son 1er album en 2005, ils sont nombreux à frapper aux portes du Son Digital du Zanzan (SDZ), son studio d’enregistrement. Tout passe par le jeune homme : de la programmation au mixage, en passant par l’arrangement et l’enregistrement. Il est aussi producteur et distributeur.

Dans son sillage, Ernest Ajamadjo, Roger Kouakou, Sylvanus, Zoum Lépé,… pour les hommes. Et Awa Kouman, Ama Marie, Tantie Henriette, Adjoumani Sévérine, etc., pour les femmes. Un marché étroit et saturé pour ce monde. La bataille pour la reconnaissance est rude car les productions sont destinées pour une consommation d’abord locale.

Ces artistes ne manquent pas d’ingéniosité. Outre le chef-lieu de région, ils sillonnent villages et hameaux pour vendre eux-mêmes leurs CD et cassettes. Et ça semble marché ! Cependant, le patron de SDZ et Awa Kouman ont une large part d’audience, car au hit-parade des ventes.

Cette musique régionale, fortement teintée de modernisme, a l’avantage d’être festive. Les occasions ne manquent pas pour les chanteurs de vendre leurs prestations. Surtout, lors des fêtes (nouvel an, Noël, Pâques, Ramadan, Tabaski,…). Pendant lesquelles ils sont sollicités pour égayer des soirées.

Les Anciens se sont adaptés à la nouvelle donne. Ils essaient de sortir la tête dans cet océan de jeunes talents, comme pour confirmer que l’artiste ne meurt jamais, car échappant à l’usure du temps.

Ossène Ouattara

Commentaires

Bien partie pour enfin une promotion de notre patrimoine culturel. Je souhaite que cet article inspire les cadres et tous les fils et filles du Zanzan.

Écrit par : Adou K. Patrice | lundi, 26 septembre 2011

le modernisme musicale voudra tant s'imposée mais le mérite revient aux précurseurs tels que kobenan diguida...

Écrit par : koffi kobena victor | samedi, 22 février 2014

je tiens à cous dire merci pour l'effort de modernisme dont vous en faites preuve. Cependant il en reste encore beaucoup de travail concernant la musique koulango dans son ensemble.

Écrit par : Mouroufié kouassi victor | lundi, 08 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.