topblog Ivoire blogs

samedi, 24 décembre 2011

Laurent Gbagbo à la CPI : faut-il s’en étonner ?

Depuis le mardi 29 novembre 2011, Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien, dort dans les geôles de la Cour pénale internationale (CPI). Son transfèrement, aussi rapide que surprenant, est sujet à polémique. Faut-il vraiment être surpris, eu égard au cheminement politique peu orthodoxe du natif de Mama ?


Laurent-Gbagbo.jpg

Jamais le parcours d’un homme politique n’aura été parsemé de tant d’emprisonnements. Laurent Koudou Gbagbo est né le 31 mai 1945. Enfant turbulent, il défiait ses parents en affectionnant l’école buissonnière. Son assiduité intervient lorsque son père le soumet à la discipline d’une école laïque, le petit séminaire Saint-Dominique Savio de Gagnoa.

Agé d’une vingtaine d’années, le "Woody de Mama" connaît sa première incarcération, à son retour de France où il était pour des études. En effet, lors des vacances dans son village, il est pris dans une banale dispute après un match de football. Libéré, koudou repart en France en 1966 pour suivre des cours de lettres à Lyon.

Il participe à des réunions politiques sur l’Afrique. Désireux d’étudier l’histoire, il revient en Côte d’Ivoire et s’inscrit à l’université nationale. Puis milite à l’Union nationale des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (UNEECI). Le mouvement est dissout par le président Houphouët-Boigny. Une grève est déclenchée par les membres. Et nouvel emprisonnement du jeune Gbagbo.

De retour au pays, le futur député de Ouragahio enseigne l’histoire-géographie au lycée classique d’Abidjan. Quelques mois auront suffit pour faire parler de lui dans l’établissement. Koudou a une altercation avec la fille de l’ambassadeur d’Israël. Menacé d’expulsion, le professeur obtient le soutien de ses collègues.

Le 31 mars 1971, Laurent Gbagbo est interpellé dans les locaux de l’Assemblée nationale. Motif : il dit s’être rendu pour plaider "la cause du peuple". Mais quelle cause ? On ne sait pas. Son incarcération se mue en enrôlement forcé. Il est envoyé à Akouédo. Puis à Séguéla, dans le Nord-Ouest. Enfin à Bouaké, où il fait la connaissance de Robert Guéï, alors capitaine.

Dès sa libération, en janvier 1973, il reprend ses activités politiques clandestines. Après la soutenance de sa thèse de doctorat, en 1978, il milite au sein du Syndicat national de la recherche et de l’enseignement supérieur (SYNARES), qui multiplie grèves et gestes de défiance à l’égard du régime.

En 1982, Gbagbo organise des réunions secrètes avec un petit groupe, dans un appartement à Cocody. Les bases du futur Front populaire ivoiriens (FPI) ainsi posées. En mars de la même année, ses camarades le convainquent de s’exiler en France. Il est alors la cible de la Direction de la surveillance du territoire (DST), qui lui reproche d’être le principal artisan du "complot des enseignants" attribué au SYNARES.

L’année 1990 marque le retour du multipartisme en Côte d’Ivoire. A l’instar des jeunesses africaines, les jeunes ivoiriens veulent le changement. Laurent Gbagbo saisit l’occasion pour dresser les étudiants contre Houphouët-Boigny. La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) naît des cendres du Mouvement des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (MEECI). Une naissance faite dans le sang. L’étudiant Thierry Zébié est crapuleusement tué à la cité Mermoz.

Depuis lors, les membres de la FESCI ont fait des cités et campus universitaires du pays des sanctuaires du crime. Plusieurs assassinats enregistrés, dont celui du jeune Dodo Habib, pendu. Sous le régime Gbagbo, le hooliganisme étudiant a atteint son paroxysme.

Le 18 février 1992, l’ancien professeur de lycée est à nouveau arrêté et écroué à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) par le gouvernement du Premier ministre Alassane Ouattara. A l’appel du leader du FPI, des milliers de jeunes descendent dans les rues et mettent à feu et à sang la capitale économique. Pourtant, cette marche s’est voulue pacifique.

Trois ans plus tard, et après avoir refusé de participer à l’élection présidentielle, le même Gbagbo appelle au boycott du scrutin. Le "boycott actif" prend un caractère insurrectionnel. Des édifices publics incendiés, des agents des forces de l’ordre tués ou blessés...

Le 24 décembre 1999, la Côte d’Ivoire connaît son premier coup d’Etat. Surprise : Laurent Gbagbo, qui a toujours refusé d’entrer dans le gouvernement d’un régime démocratiquement élu, accepte d’être aux côtés des putschistes. Les ministres FPI co-animent le gouvernement du général Robert Gueï jusqu’aux élections de 2000.

En octobre 2000, Koudou, le "père de la démocratie ivoirienne", ravit le pouvoir du général putschiste. Dans quelles conditions ? En appelant derechef ses partisans à descendre dans les rues. La marche fait des dizaines de morts (découverte du charnier de Yopougon).

Avec le psychanalyste Sigmund Freud, on sait que l’Homme tient de son enfance les caractères de sa personnalité adulte. En somme, nous sommes notre passé. Notre passé nous suit comme notre ombre. « L’enfant est le père de l’Homme », dit Wordsworth. Le comportement de l’adulte est fonction de ce qu’a été son enfance.

Inutile de chercher de midi à quatorze heures : le destin de Laurent Gbagbo est tracé par son enfance tumultueuse et son parcours politique chaotique. Du point de vue de la psychologie, tout indique qu’il se sent mieux dans les fers (en prison). C’est un homme violent de caractère, qui aime se faire humilier. Rustre dans son comportement, aucune finesse dans son langage. Belliqueux dans l’âme, il aime le sang, la guerre. Rien d’étonnant si des milliers d’Ivoiriens sont tués sous sa présidence.

Sous le mandat Gbagbo, la Côte d’Ivoire a connu deux guerres. Le pays aurait pu faire l’économie de la partition, si le natif de Mama avait accepté de négocier avec les insurgés, aux premières heures du 19 septembre 2002. « Entrer en négociation avec des assaillants pour leur demander de déposer les armes, c’est déjà les reconnaître, les légitimer […]. Je ne peux pas accepter cela », message à la nation, 8 octobre 2002.

Ce conflit de 28 jours a fait plus de morts en zone gouvernementale qu’il n’en a fait en territoires assiégés. Assassinats gratuits (escadrons de la mort), journalistes tués (Jean Hélène, Guy André Kieffer,…), des dizaines de jeunes gens conduits à la mort ou handicapés à vie dans des marches insensées, orchestrées par l’activiste Blé Goudé.

Et s’il avait accepté sa défaite à la présidentielle de novembre 2010 ? L’historien serait entré dans l’Histoire. Aimant les histoires, il s’est battu contre tous. Résultat : environ 3 000 morts. Une attitude aux antipodes de son discours de prestation de serment, dans l’après-midi du 26 octobre 2000, devant les diplomates et les représentants des corps constitués : « Je veux lutter contre l’idée qui veut que l’on n’organise pas des élections de peur de les perdre. Les grands pays développés sont développés parce que, chez eux, ils organisent des élections et ils les perdent ».

Autre contraste : « Ce que la démocratie apporte de nouveau et de supérieur à tous les régimes qui l’ont précédée, c’est que dans le système de la démocratie, on peut quitter le pouvoir sans mourir. Et on peut accéder au pouvoir sans tuer », message du 8 octobre 2002. Le fils de Marguerite Gado est entré dans l’Histoire, mais de mauvaise manière. Puisqu’il est le premier Ivoirien et le premier ancien chef d’Etat au monde à être livré à la CPI.

Accomplissement des prophéties de Blaise Compaoré et d’Alassane Ouattara. « Gbagbo finira devant la CPI », disait le président du Faso, en 2002. Févier dernier, reclus à l’hôtel du Golf, le leader du Rassemblement des républicains (RDR) prophétisait : « Gbagbo tombera comme un fruit pourri ».

Triste point de chute pour un homme maudit. Une fin de règne honteuse que les pasteurs, prophètes de malheurs, n’ont pas prédite pour l’ancien député de Ouragahio. Justice pour ses nombreuses victimes.

Ossène Ouattara

Commentaires

Votre analyse est malheureusement partiale.En bon militant du parti au pouvoir,vous croyez pouvoir écrire des contre-vérités en ayant à faire à des analphabètes.A Duékoué,c'est aussi Gbagbo?

Écrit par : talas | vendredi, 09 décembre 2011

Liberté

Vérité

Dignité



On dit quoi? La lutte! Le combat! La mobilisation générale! Les mots d'ordre! Non, mots désordres! C'est plus clair! C'est comme ça qu'on parle maintenant. Tout se mélange ! Tout se gâte! Tout est mélangé! Tout est gâté! On a mélangé la Côte d'Ivoire. On a gâté les Ivoiriens entre eux!!!



La Nouvelle Résistance patriotique a définitivement condamné le coup d'Etat colonial. Un complot criminel planifié par trois États voyous. Les États Unis d'Amérique. Le Royaume Uni. La France décrite « au mépris des peuples ». Il est porté par Nicolas Sarkozy, par Hussein Obama et par David Cameron. Ses moyens et instruments visibles et "légaux" sont le Conseil de Sécurité de l'Onu et ses organismes spécialisés dont le Fmi et la Banque mondiale, les institutions régionales de l'Union africaine, la Cedeao, etc... Le tout exécuté militairement par la coalition de la Licorne, de l'Onuci et des barbouzes noirs recrutés en Europe, en Afrique et surtout dans trois pays de la Cedeao. Sénégal, Burkina Faso, Nigeria. Avec un chef de guerre togolais !!! Le coup d'Etat négrier c'est à dire fasciste avait donc une colonne vertébrale. Un leadership politique! Un bouclier militaire. Le "peuple" de Dr Dramane Allassane Ouattara en était la source de légitimité. Le peuple de Ouattara!!!! C'est ce que nous dévoilent les lumières de Aubry!!!!! Il y a en Côte d'Ivoire les Ivoiriens. Il y a aussi le peuple de Dr Dramane Allassane Ouattara. Le troisième pilier de la République du Golf est à Den Haag. On dit aussi Cpi de Moreno Ocampo!!!!
Un Nuremberg stalinien !!!! Il fallait y penser !!!! Luis Moréno Ocampo y a réfléchi dans les loges Carbonari !!!!



Nous connaissons donc l'identité de nos bourreaux et de leurs alliés ivoiriens, nos propres parents. Oh Honte à eux et à elles ! Nous avons prié. Nous avons imploré leur sagesse. Nous avons tout essayé pour que triomphe la vérité. Nous leur avons proposé de recourir à l'enseignement intemporel de Salomon pour désigner celui que notre nation, la nation ivoirienne avait finalement choisi pour veiller sur elle. Ils nous ont traités de tous les torts d’Israël!!! Nous n’avions pas le droit d’évoquer la loi politique de Moïse. Nous n’avions pas le droit de dire que c’est Sion qui était la vérité. Et que Canaan a été, depuis le début de notre aventure sociale, la victime d’un sacré mensonge !!! Ils ont dit que nous étions des barbares, que notre Kanégnon était un dictateur immoral, voleur, violeur et sanguinaire. 

Notre Kanégnon aurait assassiné son propre parent Désiré Tagro !!! Notre Kanégnon aurait assassiné le leader du « Commando invisible » !!! Et pourtant, les Fds et ses partisans avaient déposé les armes, tout au moins les avaient mis à leurs pieds et au garde à vous de rigueur !!!! Toutes les armes supposées lourdes détruites par les phalanges de l’armée du nouveau Voulet !!!



Quoi donc tout ça ! Les charniers! Les fosses communes! Les suppliciés à la roue! Les danseuses de l'Adjanou!!! Les gendarmes et familles froidement exécutés!!! Les agressions de la petite localité de Noé! Tous ces crimes gratuits, tous ces actes barbares c'est la faute de la résistance patriotique!!! Une seule vérité est possible! Ils ont, de façon organisée et concertée, massacré les nôtres. Aucun doute! Les préconisations de Dr Dramane Allassane Ouattara, la Charte du Nord, la démission de Lohouès-Oblé des structures dirigeantes du parti de Djeni Kobinan. Telles sont les indications difficilement réfutables.



Ils ont discuté, réfléchi, planifié au cours de nombreux séminaires! Ils ont pris, par le mensonge froid et concerté, une Résolution effroyable. En conscience, ils ont décidé de nettoyer, purifier le Sud ivoirien. Et c'est ce qu'ils font depuis le 18 mars 2011. Donc c’est un crime planifié contre l'humanité. Contre les Wê, contre les Bété, contre les Akyé, contre les minorités nationales des Lagunaires ivoiriens. C'est donc un génocide ! Et c'est nous qui étions nos propres bourreaux, nos propres «génocideurs » ou génocidaires!!! Ils ont détruit tous les symboles de notre vivre ensemble. Et ils ont clamé et proclamé partout que nous étions responsables et coupables. De tous les délits et crimes !! Et que de toutes les façons ils avaient une couverture de la Communauté internationale. On a appelé ça un mandat moral de l'Onu!!! Un permis de génocide légal!!!! Une Résolution qui leur ordonnait de« prendre des risques en Côte d’Ivoire ». C’est Juppé qui l’a dit au monde présumé civilisé !!! Et ce monde-là a applaudi au Parlement français !! Mireille Saki nous l'a dit!!!! Et ce monde-là ne s’est pas posé de questions!!! Et ce monde-là n'a pas pris de mesures conservatoires pour prévenir les dérives. Il ne s’est pas indigné comme le suggère Hessel !!! Il a cautionné. Il s'est fait complice actif. Parce qu'il savait la nature des risques que Juppé allait prendre contre les Wê, contre les Bété, contre les Lagunaires du Sanwi. Que vaut la vie d’un Noir du Sanwi, du Bété, du Wê!!!!! Pas grand-chose. Le Noir est bête de corvée, bien-meuble. Toujours marqué au fer rouge!!! Ce sont les mots du tristement célèbre Décret négrier, l'Edit royal théâtralisé par Léandre Sahiri, l'enfant Goh-gnoa!!!



Védrine est aussi entré dans le bal des sorciers négriers!!! Dernier ministre des Affaires étrangères de Mitterrand l'Africain !!!! Toute une légende! A Paris, on dit à Fabius de libérer la parole sur l'apartheid. Mais à Paris on assassine Dulcie September!!!! Quelle histoire de dupes!!! Védrine donc!!! Héritier légitime du parrain français du repli tactique de Félix Houphouët-Boigny!!!! Védrine donc c'est le symbole achevé du Cheval troyen !! Un recrutement qui a du volume. Par le carnet d'adresses. Par l'expertise diplomatique. Le reste n'est plus qu'un jeu??? Convaincre, comme Mitterrand en 1951, nos frères Dos Santos et Zuma. Tout un chacun comprend les termes voiles du chantage!!!! La mission est claire. Déconstruire les fragiles alliances politiques (et militaires) de notre Kanégnon. A Zuma d’éviter Robben Island!!!! À Dos Santos la triste fin de Sawimbi!!! Et Védrine a fait un sans faute!!! Docilité à Soweto chez Zuma!!! Silence surréaliste à Luanda!!!! L'immuable ordre paternaliste et hypocrite s'est finalement refermé sur notre Kanégnon et notre Patrie?? Nous en mesurons les ruines!!!



Ils ont les moyens. Ils se sont donnés les moyens!!! Surtout une nouvelle définition de la domination et de prédation. En deux mots. Ingérence humanitaire. En trois mots. Protection des populations. En plus long. Destruction des armes lourdes des dictateurs. Les connivences sont étalées au tambourin de leurs fières poitrines. Leurs paroles sont celles de la Providence !!!! Pour nous bannir comme autrefois de notre terre !!! Pour y transférer comme en 1973 leurs obligés et leurs boys noirs. Et les danses sont extatiques, extasiantes !!!! On se cache plus!!!! On ne prend plus de gants! On parade! On nargue! On fait! On tranche un coup la droite, un coup la gauche ! On finit toujours par égorger! Aux coutelas tchétchène et cosaque!!!!!



Et depuis la nuit du 29 au 30 novembre 2011, ils ont posé un premier acte. Un charter contre l'humanité! Un charter de la honte! Exiler un Ivoirien est un crime suprême! Violation de notre Loi fondamentale. Ils ont banni de Côte d'Ivoire le Président élu des Ivoiriens, le Président Laurent Gbagbo. Ils l'ont déporté à Den Haag en Hollande, dans le froid polaire. Comme Toussaint Louverture. Comme ils avaient déjà bannis et déportés la Reine des Malgaches, le Roi des Abomey, etc...



Nous savons maintenant!!!! Nous savons à quelles crapules nous avons à faire !!!! On les dit voyous à col blanc ! Non des barbares à col sanguinolent !!! C’est ça la vérité qu’il faut dire en public, qu’il faut écrire noir sur blanc partout. Et assumer devant leurs juridictions toutes les conséquences de la clarté de nos plumes contre le fiel immonde de leurs médiats collabos du génocide des Wê.
Et notre Kanégnon nous a recommandé la fierté et le courage. Nous serons fiers, courageux et dignes de notre Woudi de Mama.



Partout, les mages l’ont annoncé ! Partout, aveuglés par le matérialisme sclérosant, nous n’avons pas vu la nouvelle Jérusalem !!!! En pays Canaan ! Nos élites érudites ont essayé de nous ouvrir les yeux!!! Nous les avons fermés comme dans la parodie du macaque caucasien sourd, aveugle et muet !!! Et comme scotchés à la seule vérité de notre ventre, nous avons zouké, nous avons zouglouté, nous avons fait les intellos. Et les poètes ! Voilà le désastre !! Le gâchis humain que nos larmes, mêmes de sang ne reconstituera pas.



Il nous faut nous réveiller. Il faut nous donner les forces nécessaires pour repenser et panser toutes les séquelles. Surtout celles qui sont invisibles. Nos dirigeants de la Nouvelle Résistance patriotique nous disent de prendre individuellement et ou collectivement nos responsabilités historiques pour bouter hors de nos terroirs la bête immonde. L'hydre dite capitaliste est incapable d’esquisser une nouvelle synthèse des nouvelles conditions du "matérialisme historique". Elle bouffonne et massacre les faibles, les faibles d’Afrique noire. Et que répondons-nous à notre Clergé patriotique ? à notre Gouvernement patriotique ? à notre Parlement patriotique? Trois mots trois fois. Nous sommes prêts! Nous sommes prêts ! Nous sommes prêts! Nous voulons du neuf qui soit de chez nous. On ne veut plus de copie! On ne veut plus de copié-collé!!!! On veut être nous-mêmes chez nous! Dans un moment de lucidité on déclinera une théorie de l’authenticité et de l’intégrité. Zaïre et le Burkina ! Un besoin irrépressible d’être bien de chez nous ! Avec nos qualités! Avec nos défauts! 

Alors on rétorque! Autarcie! Repli identitaire! Xénophobie rampante! Mais qui vous parle de tout ça? Personne n'en veut aux autres humains. En tous cas pas nous! On ne veut plus déléguer notre dignité nationale. On veut simplement être nous-mêmes chez nous! Est-ce trop demander !!!! Et puis, pourquoi on n'aurait pas le droit de fermer nos frontières aux barbelés. Puis cette question murmurée !!! A-t-on pris une Résolution à l'Onu pour faire un coup d'Etat contre ceux et celle qui avaient conçu et construit les barbelés ensanglantés de Ceuta ? A-t-on délivré un mandat d'amener mondial contre les "coauteurs indirects" des morts des "barbelés de Ceuta"?



Dès aujourd'hui, nous devons nous lever. Nous mettre Debout ! Vraiment Debout ! Nous devons riposter clairement c’est à dire avec méthode, avec sang froid et sans faiblir. Nous devons nous lever et relever le défi sans sourciller. Nettoyer les vestiges du mépris colonial et négrier !!! Rétablir nos repères assassinés, à la carte d’identité, par les commandants kakatika !!! Sans nous poser des questions morales inutiles. Nous devons nous lever et affronter les voyous et les crapules partout. Et surtout détruire leur capacité de nuisance. Entendez-vous ? Détruire, à la racine, leur volonté mortifère !!!!



Le 11 Décembre 2011 doit être l'apothéose et le jour de notre libération. De l’affirmation de notre Dignité nationale. Parce que c’est nous la Vérité du monde ivoirien et africain. Le 11 Décembre 2011, notre nation se lèvera. Elle sera Debout Debout Debout!!! Il n'y aura pas de bulletins de vote. Il n'y aura pas d'urnes aux normes. Il n'y aura pas de stickers. Il n'y aura pas de scrutateurs. Il n'y aura pas de bureau de vote. Il n'y aura pas d'isoloirs. Il n'y aura pas d'électeurs. Tout sera cimetière comme le recommande Dr Dramane Allassane Ouattara ! Comme l'édictent Hussein Obama, David Cameron et Nicolas Sarkozy. Comme nous aussi nous allons l'appliquer à notre façon, avec nos mots et notre esthétique des valeurs universelles! Il faut en informer le Dr Dramane Allassane Ouattara, le boucher de Sindou. C’est comme ça qu’on l’appelle sur le facebook mondial. Boucher de Duékoué, c'est fini ! Vos grimoires maçonniques seront brûlés. On conservera quelques spécimens chez Chirac et Villepin au Musée parisien du quai Branly !!!!



Vos maîtres français, américains et britanniques seront jetés hors de Côte d'Ivoire et d'Afrique noire. C'est signé. Et cette signature est irrévocable.

Le 11 décembre 2011 est jour de vérité infalsifiable!!!!

Le jour se lève toujours

Lettê naa Lettê

Écrit par : Lettê naa Lettê | dimanche, 11 décembre 2011

belle analyse je vais bientôt publier sur mon blog
C'est Kamagaté Abou au CERAP vendredi dernier
aboukamci@gmail.com / 05185627
informe moi sur votre projet avenue225 / avenueafrique, car le projet m’intéresse beaucoup en tant que blogueur.
merci

Écrit par : aboukam | mercredi, 28 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.