topblog Ivoire blogs

lundi, 21 mai 2012

Le pont d’Allaladougou menace de s’effondrer

Construit sur l’axe Bondoukou-Bouna au milieu des années 1990-2000, le pont d’Allaladougou présente déjà une grande faille qui le menace de désintégration.


allaladougou.jpg
Situé à 4 km de Bondoukou, Allaladougou est un petit village construit sur le bord de la rivière « Baya ». Sur ce cours d’eau, est construit un pont. Il est construit à la suite du bitumage de la route, au milieu des années 1990-2000.

Cet âge relativement récent n’empêche pas le pont de présenter un danger pour les piétons et les rares automobiles qui le traversent. Résultat de la stagnation des eaux de pluie à sa surface. Conséquence: une faille béante a fini par apparaître. Faisant peser une menace potentielle sur la rigidité et l’équilibre de l’édifice.

Pour l’instant, le problème se situe à la surface. Toutefois, rien n’écarte la susceptibilité d’un agrandissement de la brèche, même si le trafic n’est pas dense sur l’axe. A terme, elle s’étendra jusqu’à affecter les piliers du pont. La catastrophe sera alors imparable. Encore une fois, qu’on n’attend pas que le mal soit une affaire de millions avant de le soigner!

pont-allaladougou1.jpg


Les usagers s’interrogent sans comprendre. Comment une telle structure ait pu arriver à se dégrader si vite ? Cette interrogation, d’une façon générale, pose le problème de la qualité des nouvelles routes en Côte d’Ivoire. Au-delà du seul pont d’Allaladougou, c’est l’axe Bondoukou-Bouna qui pose problème. L’épaisseur du bitume est si mince et sa teneur en gravier si faible. Le soleil et l’érosion en sont ses ennemis.

pont-allaladougou2.jpg


L’insolation fait fondre le bitume, avant que l’eau de pluie ne s’infiltre dans les failles. Les petites brèches ne tardent pas à devenir des trous béants. Étant une route sans trottoir, toute la chaussée disparaît rapidement.

pont-alladougou3.jpg


A défaut de refaire à nouveau la route de Bouna, il faut sauver le pont d’Allaladougou pour éviter le pire.

route-bouna.jpg



Ossène Ouattara

Les commentaires sont fermés.