topblog Ivoire blogs

vendredi, 20 juillet 2012

Exploitation du manganèse de Bondoukou : Des populations en colère contre la société Taurian

Les populations des zones d’exploitation du manganèse, pas contentes de Taurian, l’entreprise exploitante. Mécontentement exprimé en début de mois par Babacauh Koffi Dongo, porte-parole des riverains. C’était au cours d’une réunion tenue à la mairie de Bondoukou.


A l’occasion, une décision de la chambre administrative de la Cour suprême « annulant l’extension du permis de recherche minière accordé à la société Taurian » a été brandie.

L’arrêté aurait été pris, fin mars 2012. Son article 2 indique que « L’arrêté n° 002/MME/OM du 12 février 2008 du ministère des Mines et de l’Energie portant extension du permis de recherche minière 202 accordé à la société Taurian est annulé ». Une conséquence de la plainte de 979 paysans, selon Babacauh, professeur de biosciences (retraité) et ancien directeur de la Compagnie de développement textile (CIDT). Plainte faisant suite à la destruction des sols arables et au refus de Taurian à se limiter aux zones à lui concédées.

De nombreux griefs à l’encontre de la société indienne, depuis 2006. Notamment, sur la modicité des indemnisations, en violation du code minier. « Non seulement l’exploitation s’est faite dans certaines zones non autorisées, mais les indemnisations ne se sont pas faites de façon correcte », affirme Dongo Babacauh. C’est pourquoi l’ancien directeur appelle à la suspension de l’exploitation minière. Une motion a été remise au préfet dans ce sens.

Dans cette lutte contre le "Géant", le professeur n’est pas seul. Bini Yao Pété, président de la Mutuelle technique agricole du Zanzan (MUTAZA), soutenu par les jeunes de la Brigade pour la défense de l’économie du Zanzan (BDZ), a exhorté à une mobilisation de tous contre Taurian.

Aux dires du préfet Germain François Goun , Adama Toungara, ministre des Mines et de l’Énergie, est attendu à Bondoukou dans les prochaines semaines. Sa mission : trouver une issue heureuse aux problèmes de l’exploitation du manganèse dans le Zanzan (Gontougo). Une tâche qui s’annonce difficile, au regard de la complexité des faits.

Le 23 août 2006, Taurian aurait reçu 2 permis d’exploration du manganèse par le décret portant les références PR n° 202 de Bondoukou/ Sorobango et PR n° 200 de Bondoukou/ Tagadi. Les travaux de recherche devraient se tenir sur une période de 3 ans, et sur une superficie de 1000 km2.

Les clauses du contrat passé avec l’Etat de Côte d’Ivoire auraient été dévoyées par la suite. « Premièrement Taurian a dépassé les limites de 1000 km2 que lui confère la loi, et les 3 ans accordés pour l’exploration sont expirés », avait expliqué Dongo Babacauh.

Le nœud du problème vient du fait qu’après avoir obtenu 1000 km2 pour ses activités de prospection, la société a réussi à avoir 923,3 km2 au-delà des limites autorisées. Avec la "complicité" de Léon Emmanuel Monnet, ex-ministre de l’Energie et des Mines, sous Laurent Gbagbo.

L’ancien président avait dit, 4 ans après l’autorisation d’exploration (lors de sa visite à Bondoukou, en septembre 2010), « votre fils, Augustin Kouadio Komoé (Ministre des Ministres et de l’Energie, NDLR) m’a fait signer, il y a quelques jours, le décret de l’exploitation du manganèse à Bondoukou ; parce que, jusqu’à présent, l’autorisation d’exploitation n’était pas donnée ; c’était plutôt l’exploration qui était permise ».

Alors question : l'acte de la société Taurian mérite-t-il autre nom que le vol, quand on sait le nombre de camions chargés du minerai, qui quittaient le Zanzan depuis 2006, sous le regard médusé des populations ?

Ossène Ouattara

Les commentaires sont fermés.