topblog Ivoire blogs

lundi, 27 août 2012

Bondoukou fait peau neuve

Juin dernier, nous écrivions que Bondoukou attendait le Programme d’urgence d’infrastructures urbaines (PUIUR). Moins d’un mois après, les choses ont bougé positivement.

bondoukou, puiur, chantiers, réhabilitation de infrastructures, ppu,
La "ville aux 1 000 mosquées" se fait une santé. Malade de ses infrastructures, qui ont pourtant contribué à son charme, elle subit une cure depuis des semaines. « Bondoukou devient de plus en plus belle », reconnaît le jeune Assouman, gérant d’un cyber-café au centre-ville. Il suffit de se rendre au Centre hospitalier régional (CHR) pour se convaincre des actions du PUIUR.

Les traces de la vieillesse ont disparu à la maternité. La maison des nouveau-nés a, elle-même, retrouvé sa vigueur de jeunesse. Plus aucune trace de son inquiétant état comateux. Même constat au service de chirurgie. Le scalpel du PUIUR à redonner vie aux accidentés du temps. Murs défraîchis et plafonds moisis, désormais du passé. Et les travaux se poursuivent…

Un tour à la Présidence. Le domicile du chef de l’Etat a fière allure. Là-dessus, pas de polémique. Après tout, c’est quand même la résidence du président ! Mais tout près, la préfecture crie vengeance. Car abandonnée à son triste sort depuis des années. Préfet et secrétaires généraux de préfecture continuant de squatter, à leur corps défendant, des salles de la sous-préfecture.

Dans cette toilette urbaine, l’éclairage public et le système de drainage ne sont pas en reste. Les poteaux électriques défaillants, en train d’être remplacés. Des caniveaux curés. Longtemps hors d’usage, le pont sur l’axe lycée moderne-librairie K. Appia, à nouveau fonctionnel.

Bondoukou se vêt de nouveaux habits. Enfin le début des grands changements annoncés ? Marche continue ? Difficile de répondre. Rien n’a commencé au niveau de la voirie. Et les coupures d’eau continuent...

Des travaux de rénovation jamais aboutis, la ville en a connus par le passé. Les populations ont en mémoire le bitumage avorté du tronçon marché central-quartier Zanzan. Moins de 10 mètres de goudron posé (au niveau du Wamo). C’est en 1995, à la faveur du revêtement de l’axe Bondoukou-Bouna. Récemment (2009), la rue internationale partant du rond-point au stade Ali Timité a connu le même sort. Ou encore l’usine de conditionnement d’aliments de bétail que l’Union européenne (UE) aurait voulu implanter. Sur la route de Bouna, un large espace avait été aménagé pour cela.

Des exemples qui invitent à ne pas tomber dans l’euphorie. Pas mauvais cependant d’avoir commencé la remise à pieds des infrastructures. Comme on dit, 1 000 km commencent toujours par un premier pas.

Ossène Ouattara

Crédit photo: AIP

Les commentaires sont fermés.