topblog Ivoire blogs

vendredi, 14 septembre 2012

Régionales à Bondoukou : Réponse de Kouassi Koffi Dongo de la JPDCI au journal "Le Mandat"

Nous vous donnons le droit de répondre de Kouassi Koffi Dongo, membre de la Jeunesse du parti démocratique de Côte d’Ivoire (JPDCI) de Bondoukou 3. Cette réponse fait suite à la publication, par le Quotidien Le Mandat, de la « déclaration de Koffi François appelant à la cohésion des cadres du Gontougo ».

A Monsieur le Directeur de Publication de Le Mandat.

Monsieur le Directeur,

Dans votre livraison du mercredi 5 septembre 2012, à la page 7, vous publiez une déclaration de monsieur Koffi François appelant prétendument à la cohésion des cadres du Gontougo. Ce message nous interpelle et appelle de notre part le droit de réponse suivant.

Dans sa déclaration, il revient sur l’intervention de monsieur Honoré Kobenan Kossonou, délégué départemental de Bondoukou 3, qui invitait, avec respect, le vice-président (le ministre Yaya Ouattara) à observer une certaine neutralité dans le choix des candidats à ce stade de la compétition.

Cet appel n’est pas irrévérencieux à l’égard de notre aîné à tous mais, bien au contraire, lui demande de garder une certaine hauteur qui sied à son double rang de vice-président du PDCI et doyen d’âge des cadres de la région. Il est regrettable que vous ne perceviez pas cet aspect important du message du délégué Kossonou qui relève notre aîné au lieu de l’aliéner dans la position que vous défendez.

Vous ne pouvez pas ramener notre vice-président au niveau des groupuscules dont vous parlez, et qui soutiendraient d’autres candidats. Le délégué Kossonou n’aurait nullement fait son intervention s’il n’avait pas de considération pour son aîné, à la différence de votre équipe qui instrumentalise.

Du reste, en marge de la réunion préparatoire à la visite du président Alassane Ouattara, le samedi 1er septembre dernier, le ministre Yaya a confié au délégué Kossonou que ses propos ont été dénaturés, en présence du ministre Adjoumani. Pour le délégué Kossonou, ce chapitre était clos. On peut donc s’interroger sur le sens de votre intervention alors que le ministre Yaya Ouattara ne reconnaît aucun soutien au professeur Babacauh.

Rappelant les dernières élections législatives, le délégué Kossonou a maintenu sa candidature après avoir constaté que son dossier a disparu alors qu’il a rempli toutes les formalités et payé les cotisations nécessaires.

Au cours des négociations à la base, il a été retenu comme le meilleur candidat dans la circonscription qu’il visait, de même qu’au niveau de la commission dirigée par le doyen N’Koumo Mobio. Vous devriez savoir comment vous avez ramé en utilisant les liens familiaux de certains candidats dont les parents pilotaient la commission nationale pour faire disparaître le dossier du candidat Kossonou et maintenir, en définitive, un directeur de campagne du MFA (Mouvement des forces d’avenir, NDLR).

La direction du parti ne se flatterait pas d’une prouesse où le mérite d’un délégué est foulé au pied au profit d’intérêts personnel. Il est aussi regrettable que vous soyez dans une logique de « casser » les cadres, et particulièrement le délégué Kossonou. (…).

Dans votre livraison, vous décrétez la compétence, l’expérience et l’efficacité à certains et non aux autres. Nous rappelons qu’il s’agit d’une élection à gagner et non un examen académique ou une compétition entre enseignants de divers niveaux. Kossonou ne manque ni d’expertise ni d’expérience ou de compétence.

Nous rappelons simplement que le ministre Adjoumani est le président sortant du Conseil général de Tanda. Et le délégué Kossonou est vice-président du Conseil général de Bondoukou et tête de liste du PDCI, en 2002. Pour cette expérience spécifique à la gestion locale, que proposez-vous ?

La publication prochaine des différentes listes nous édifiera sur la qualité et l’expérience des uns et des autres. Il est temps que vous vous ressaisissiez pour l’intérêt du parti dans la région. Nous, jeunes du Zanzan, rêvons d’un avenir radieux auprès de nos aînés.

Pour le délégué Honoré Kobenan Kossonou
KOUASSI KOFFI DONGO, secrétaire général de section. Membre du BEN de la JPDCI. Coordonnateur JPDCI Bondoukou 3. Candidat suppléant aux législatives.

Ossène Ouattara

Source : Le Mandat du 10 septembre 2012

Commentaires

L'atmosphère de ces futures Régionales nous réserve de l'électricité.
En tout état de cause, nous jeunes, devons éviter de prendre position. Mais d'arriver à porter notre choix sur quelqu'un qui, pour une fois respectera sa parole et ses promesses. Car l'avenir de la jeunesse doit être la préoccupation centrale de de tous ces potentiels candidats. Arrêtons de nous bagarrer. L’honnêteté doit être la qualité du candidat qui, une fois élu, va travailler pour les populations que de s'enrichir et faire profiter sa famille et son entourage. Alain AYE SG MOREB.

Écrit par : Alain AYE | dimanche, 16 septembre 2012

Très bien mon SG; nous osons esperer que cela sera bien compris par tous.
Vive le débat democratique dans le gontougo!

Écrit par : TIMITE MOUSTAPHA | vendredi, 21 septembre 2012

nous jeunes de cette region devront avoir le courage de dire a nos aines le bien fondé de voir le prf BABACAUH présidé cette region d'ou la majorité des populations est cultivateur.Mais nous sommes affamés de l'argent notre dignité est bafouée ;so soyons sage.

Écrit par : gbane | mardi, 30 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.