topblog Ivoire blogs

mardi, 02 octobre 2012

Bouna : Attaques d’hommes armés contre un village

Tristesse et désolation à Tchalarédouo, village lobi de la sous-préfecture de Bouna. Information donnée par le Quotidien L’Inter, dans sa livraison de samedi 29 septembre. Ce journal a simplement publié le « cri des cœurs des populations lancés par Kambiré Ollo », fils et cadre du village meurtri.

Nuit du mercredi 15 août. Ils ont quitté Tchalarédouo pour échapper à l’assaut d’hommes armés. A leur retour au petit matin, les habitants ont découvert un spectacle de désolation. Les assaillants ont pillé et mis le feu à 21 habitations.

Effets vestimentaires, ustensiles de cuisine, appareils électroménagers, engins à 2 roues… ont été détruits. Beaucoup d’autres, emportés par les visiteurs indélicats. « A Tachalarédouo, les populations sont dans la détresse et manque de tout. Vu l’urgence, nos implorons les âmes généreuses à venir en aide à nos parents », lance Kambiré Ollo.

Selon le bureau de la Caritas à Bouna, au moins 371 personnes touchées par le sinistre. Dont 132 femmes et 186 enfants qui, en urgence, ont besoin d’abris et de vêtements. Rapport co-signé de l’aumônier Père Georges Kambiré et du coordonnateur Kambiré Célestin. L’organisation de bienfaisance emboîte le pas au jeune cadre du village. En lançant le même appel à toutes les structures humanitaires présentes en Côte d’Ivoire. A apporter leurs aides aux sinistrés. Les besoins s’expriment en tentes, couvertures, kits alimentaires et scolaires, ustensiles de cuisine, etc.

L’origine de l’attaque

D’après le journal L’Inter, l’attaque contre Tchalarédouo serait le résultat d’un conflit entre le chef et Dah Djoumi. Un habitant au comportement anti-social. Banni du village à l’issue de plusieurs convocations chez le sous-préfet de Bouna, puis à la gendarmerie de la ville.

Pour assouvir sa soif de revanche, Dah Djoumi, aidé de ses amis, s’est attaqué aux villageois dans la journée du 15 août. Mais ils ont essuyé une défaite. Munis d’armes à la nuit tombée, ils organisent une expédition punitive contre le chef Kambiré Kogboré et ses proches. Tout Tchalarédouo n’a pas été visé, selon le rapport de la Caritas.

Après constat d’huissier, une plainte aurait été déposée auprès du Tribunal de Bouna.

Ossène Ouattara

Les commentaires sont fermés.