topblog Ivoire blogs

lundi, 22 octobre 2012

Bondoukou : Le spectacle musical de MTN à ses abonnés

mtn music tour,bondoukou,abonnés,concert gratuit
Le 23 septembre dernier, la ville de Bondoukou a accueilli la caravane de la société de téléphonie mobile MTN. Dénommée "MTN music tour 2012", cette caravane a pour objectif de permettre aux abonnés identifiés de vibrer au son d’un concert de musique gratuit.

Plusieurs milliers de clients de l’entreprise ont pris d’assaut l’esplanade de la mairie de Bondoukou. Ceux-ci ont pu communier avec des artistes devenus des "mythes". Puisqu’ils ne les voyaient qu’à la télé. Au nombre desquels l’humoriste Agalawal, les chanteurs Dj Lewis, Dezzy Champion, et Jim Kamson. Ce dernier étant natif de Bondoukou, comme le premier cité. Précisément de Sorobango, à quelques encablures de la capitale du Gontougo.

Comme dans les villes où la caravane est passée (Soubré, Vavoua, Dimbokro…), des gadgets et autres lots aux couleurs de MTN ont été remis à certains spectateurs. Visiblement contents de l’initiative de la société jaune, une multinationale sud-africaine.

Vous pouvez voir cet article sur une autre plate-forme plus améliorée en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/

Ange Kouman

mardi, 18 septembre 2012

Tanda : Dernier hommage au défunt chef d’Angobia

Purification de la case sacrée, pleurs, danses traditionnelles : quelques-uns des temps forts des obsèques de Nanan Koffi Adjoumani Basile, chef d’Angobia-Hini. Une des provinces du royaume abron (bron).

Les funérailles se sont déroulées du vendredi 31 août au dimanche 2 septembre, à Tiédio. Village du regretté. A 20 km de Tanda.

Toutes les sensibilités du royaume abron (chefs, représentants des populations des 5 provinces), élus, cadres, corps préfectoral,…ont rendu hommage à Nanan Koffi Adjoumani. Obsèques aussi marquées par la présence du ministre Kouassi Adjoumani, des Ressources animales et halieutiques.

Dans une telle circonstance, la coutume veut qu’il y ait désignation du représentant du "Kodiadja" (nouveau chef). Le choix s’est porté sur la personne de Yéboua Adams. A qui il revient de révéler, dans un délai assez court, le nom du remplaçant du défunt. Bien sûr, après consultation des membres de la famille de celui-ci.

Nanan Koffi Adjoumani Basile, 22ème chef de cette province du royaume bron. Ancien conseiller pédagogique. Qui laisse derrière lui une nombreuse progéniture. Au moins 22 enfants.

Ossène Ouattara

samedi, 08 septembre 2012

Amata a un nouveau chef

Amata était en fête, vendredi 31 août dernier. Motif : l’intronisation de Koffi Adingra comme chef de ce petit village de la sous-préfecture de Tanda.

Placée sous le parrainage de Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre des Ressources animales et halieutiques, la cérémonie a drainé du monde.

Les rituels d’intronisation et de libation ont été suivis, juste après, par la remise de l’Arrêté de nomination. Et c’est l’administrateur Esson Komoé, sous-préfet de Tanda, qui a donné le document à Koffi Adingra (enseignant retraité). L’acte faisant de lui l’interlocuteur des populations d’Amata avec l’Etat.

L’allocution du ministre Kouassi Adjoumani s’est voulu une litanie de conseils à l’endroit du nouveau "Nanan". Ceux-ci, ayant pour but de favoriser la réussite de sa noble et difficile mission. Celle de diriger les Hommes.

Kobenan Yéboua Sévérin et Abdoulaye Ouattara (2 élus du département) étaient présents à cette fête d’intronisation. Respectivement député de la circonscription d’Asuéfry/ Transua et président du Conseil général de Tanda.

Celui que l’on devra désormais appeler Nanan Koffi Adingra est le 8ème monarque du village. God save the king !

Ange Kouman

jeudi, 06 septembre 2012

Des journées socioculturelles à Bondoukou

Occuper sainement les jeunes de la capitale du District du Zanzan pendant les vacances. Tel est le sens des journées socioculturelles initiées par la Jeunesse sportive et cultuelle de Bondoukou.

Au menu des festivités débutées le 18 août dernier, jeux, cours de vacances, matches de football, et bien d’autres activités récréatives. Pour être en phase avec l’actualité nationale, ces journées sont placées sous le signe de la réconciliation. C’est ce qu’a affirmé Gbané Ali, président de cette jeunesse. Au fond, il s’agit de valoriser le riche patrimoine culturel du Zanzan. Une région qui se distingue par son cosmopolitisme.

Terre de brassage, cette zone est le creuset de nombreux peuples. Chacun avec ses différences culturelles. Les uns vivant cependant à côte des autres, dans l’harmonie et la concorde. Une symbiose ayant épargné le vaste District du Zanzan des convulsions politiques. Et de vivre dans la quiétude, au contraire d’autres localités du pays.

Placées sous le parrainage de Kobenan Kouassi Adjoumani (ministre des Ressources animales et halieutiques), ces journées prendront fin samedi 22 septembre.

Ange Kouman, Bondoukou

mardi, 21 août 2012

Au cœur du Kroubi 2012, à Bondoukou

kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


La nuit du Destin célébrée mardi 14 août a été suivie, le lendemain, par le "Kroubi". Une danse populaire à connotation musulmane, spécifique au district du Zanzan. Elle précède la fin du Ramadan.

Le Kroubi 2012, comme ceux des 5 dernières années, n’a pas connue la ferveur d’antan. C’est que cette fête a perdu de son attrait. Et les Imams de Bondoukou veulent l’interdire. A cause de son caractère potentiellement dangereux. Une volonté qui se heurte à la résistance de la gente féminine. C’est en hauteur en effet que dansent les filles, dont l’âge varie entre 5 et 25 ans. Environ 3 mètres au-dessus du sol, sur des poutres.

Djiminisso et Donzosso, 2 quartiers du centre-ville où converge la majorité des spectateurs. La fête commence vers 23 heures pour prendre fin le lendemain aux alentours de 14 heures. A l’occasion, les jeunes filles portent des habits d’apparat. Tenant en main, pour la plupart, des queues de chevaux. Qu’elles balancent dans des gestes synchronisés au son harmonieux de différents instruments de musique.

Origine du Kroubi

Personne ne peut dire avec certitude l’origine du Kroubi. Des personnes affirment qu’avant, il a lieu lors de la nuit du Destin. Le but étant de mettre en éveil les hommes pendant qu’ils lisent le Coran. L’habitude festive restée depuis lors. Une spécificité féminine donc !

A ce jour, le Zanzan reste la seule région où cette danse est encore pratiquée. Les zones Nord du pays l’ont interdite au milieu de la décennie 1990-2000. La raison : elle aurait un caractère peu religieux.

Le Kroubi, patrimoine culturel du Nord-Est. Fête à connotation musulmane. Mais les jeunes filles qui la dansent sont de toutes les tendances religieuses. Elles portent les mêmes parures traditionnelles.

Être équilibriste. A la limite funambule, pour se trémousser sur des échafaudages de 3 mètres. Vous qui avez le vertige, abstenez-vous ! Les accidents ne sont pas bien loin. Le poids des filles dansant sur les poutres fait craindre des chutes. Même s'ils sont rares. Inconvénients dont la survenue justifiée par les dissimulations de grossesses. Car, semble-t-il, il est interdit aux femmes enceintes d’y prendre part.

Une danse, malheureusement peu exploitée touristiquement. Elle n’est pas médiatisée. L’interdire, c’est « amputer Bondoukou d’une part de ses richesses culturelles », selon la majorité des habitants. Le Kroubi était pour Bondoukou ce que l’Abissa est pour Grand-Bassam.

kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse


kroubi,bondoukou,district du zanzan,côte d'ivoire,yao ossène ouattara,culture,carême musulman,ramadan,danse

vendredi, 03 août 2012

Le directeur d’"Echos du Zanzan", lauréat du concours national de littérature

concours littéraire, aeci, ministère de la culture, yao ossène ouattara, lauréat, maurice kouakou bandaman
Les lauréats du concours national de littérature récompensés, ce mercredi 1er août. Cadre choisi pour la remise des prix, le 22ème étage de la Tour E au Plateau. Cabinet de Maurice Kouakou Bandaman, ministre de la Culture et de la francophonie.

Au nombre des lauréats, Yao Ossène Ouattara, directeur des rédactions d’Echos du Zanzan. Son texte intitulé « Vivre ensemble », classé 1er sur un total de 25 Nouvelles. Heureux d’être primé pour la 3ème fois.

Les lots : des livres, un ordinateur-portable, une récompense en numéraire. Reçus des mains de monsieur le ministre en personne.

concours littéraire,aeci,ministère de la culture,yao ossène ouattara,lauréat,maurice kouakou bandaman


Lancé en octobre 2011 par le ministère de la Culture et de la francophonie, le concours a été piloté par Ernest Foua de Saint-Sauveur. Par ailleurs président du jury. Il est journaliste et écrivain. Ancien président de l’Association des écrivains de Côte d’Ivoire (AECI).

Une compétition inscrite dans le cadre du programme d’urgence pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Il s’agissait de produire des écrits dans l’optique de la promotion des valeurs fondatrices de la réconciliation nationale, du pardon, de la paix,…

A la date de clôture du dépôt des textes, 71 manuscrits ont été réceptionnés. Soit 25 Nouvelles, 39 poésies, 6 Lettres, et une seule bande dessinée. Seuls 5 auteurs retenus, à l’issue des délibérations.

Des journaux ont rendu compte de cette cérémonie de remise de prix. Voir dans L’Inter, Le Nouveau réveil, et Le Patriote du jeudi 2 août.

Important : Un autre concours est lancé par le ministère de la Culture, ce 1er août. Thème : « La paix, c’est aussi par moi ». Vous avez jusqu’au 31 août pour déposer vos manuscrits.