topblog Ivoire blogs

mardi, 27 novembre 2012

Région du Bounkani : Doropo attend Alassane Ouattara

Doropo s’apprête à vivre un des événements qui fera certainement date dans son histoire. Cette localité, distante de 75 km de la ville de Bouna, va recevoir le mercredi 29 novembre, le chef de l’Etat.

Le président de la République qui est aussi très attendu, comme au chef-lieu de la région, animera ce que Djè N’Goran Edmond, chef de cabinet du préfet appelle un « giga meeting ». Alassane Ouattara aura l’occasion d’évaluer le niveau de développement de cette ville faisant frontière avec le Burkina-Faso.

En dehors de quelques habitations construites en dur, Doropo garde encore les allures d’une bourgade qui semble avoir beaucoup de mal à se moderniser pleinement. L’électricité est rationnée de 7h à 15h, de sorte qu’à partir de 18h, le centre de santé qui n’est plus éclairé ferme. Les cas d’urgence, généralement des blessés et des parturientes, se rendent à l’hôpital baptiste, ou au Burkina-Faso tout simplement.

Les 2 générateurs électriques qui, jusqu’ici fournissent le courant, sont en panne. Ils sont depuis peu remplacés par un autre, en principe consacré aux opérations de dépannage par la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE). C’est dire que cet appareil ne pourra demeurer continuellement au service de la seule ville de Doropo, dont le nombre de demandes d’abonnement au courant électrique ne cesse de croître.

L’eau courante n’est pas non plus bien distribuée. Une extension du réseau, de même que...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

Visite d’Etat : Bouna, dans la ferveur et l’espoir

bouna, région de bounkani, visite présidentielle, espoir, Zanzan, côte d'ivoire
Bouna, la capitale de la toute nouvelle région du Bounkani, est une cité oubliée. Ni eau courante, ni électricité à loisir, ni emploi. Encore moins de routes.

Les populations de Bouna et des départements alentour ont fini par se résigner. «Que l’Etat fasse quelque chose pour nous», disent en chœur les habitants que nous avons rencontrés. La visite du chef de l’Etat, ce mardi, occasion pour les populations de la cité des guerriers d’exposer leurs nombreuses doléances consignées dans un livre blanc. Surtout que l’inadéquation entre la qualité de chef-lieu de région et les services existants est frappante.

Région cosmopolite, le Bounkani, ancien royaume de Bouna créé au 16ème siècle et dirigé actuellement par le roi Djarakoroni II, en plus des autochtones lobi, malinké et koulango, vit pacifiquement avec ses hôtes venus d’autres régions et pays étrangers. Les populations, dans un même élan, comptent accueillir chaleureusement le couple présidentiel et la délégation qui l’accompagne.

Les cadres, à leur tête la ministre Kaba Nialé, sont à pied d’œuvre pour marquer d’une pierre noire cette tournée. C’est d’ailleurs la même ferveur à Nassian, Téhini et Doropo, les autres départements que compte la région. Le maire résident, Camara Nouho, et le vice-président du Conseil général, Hien Bensaré, semblent s’être passé le mot pour exprimer l’immense joie des populations. « La mobilisation sera totale », rassurent-ils.

Pour l’heure, sur le terrain, l’on peut observer des travaux d’embellissement et de nettoyage. Les services techniques sont aussi à pied d’œuvre pour améliorer la distribution de l’eau et de l’électricité, qui étaient rationnées jusqu’ici. « C’est la seule ville dont le courant est produit par un moteur », se plaignent les habitants de Bouna. Ce moteur, qui a été offert à la ville par le candidat Alassane Ouattara, sera peut-être remplacé par un raccordement au réseau électrique national.

C’est peu de dire que les populations locales voient dans la visite du président une opportunité pour exposer leurs problèmes.

Ossène Ouattara

Source : Le Patriote du lundi 26 novembre 2012.

Crédit photo: abidjan.net

lundi, 26 novembre 2012

Visite d’Etat : Pour le ministre Kouassi Adjoumani, « les populations, prêtes à accueillir le couple présidentiel »

Le Ministre Kobenan Kouassi Adjoumani est le vice-président du comité d’organisation de la visite du chef de l’Etat dans le District du Zanzan. Qui comprend les régions du Bounkani et du Gontougo. A quelques heures de l’événement, il continue d’investir le terrain pour constater l’avancement des travaux. Il a accepté d’en parler au journal Le Patriote. Entretien.

zanzan,côte d'ivoire,visite d'état,kouassi adjoumani,ferveur régionale



Quel bilan faites-vous des préparatifs de la visite du Président de la République ?

Les populations sont très mobilisées sur le terrain. Malgré les intempéries, l’effervescence est palpable tant les populations sont prêtes pour accueillir le président et son épouse. Nous sommes rassurés à tous points de vue.

Quel message attendent les populations de la part du chef de l’Etat ?

Nous attendons le message de réconciliation, parce que nous sortons d’une crise grave qui a endeuillé la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, nous avons un président qui a besoin de rassembler autour de son programme de gouvernement. Nous savons qu’il nous parlera avec son cœur, nous demandera de nous mettre ensemble pour la réconciliation. Ensuite, le président a fait des promesses à nos populations. Lesquelles sont contenues dans le programme national de développement dont une partie concerne nos deux régions (Bounkani et Gontougo). Nous sommes déjà rassurés car nous voyons se réaliser une partie des promesses. Il y a des chantiers qui ouvrent partout et nous savons qu’ils continueront, même après la visite, et ne seront pas délocalisés, car le chef de l’Etat est un homme sincère, fidèle à ses promesses. Cela montre que le président tient à développer le pays.

La Première dame se rendra à Amanvi, votre village. Quel sens revêt pour vous cette visite?

Amanvi est l’actuel siège du royaume abron, en plus d’être mon village. J’ai souhaité que le président s’y rende. Malheureusement, il ne peut être partout. Il a toutefois accepté que son épouse vienne nous voir. Elle va inaugurer le centre de santé qui portera son nom. Comme ils sont intimement liés, nous considérons que si Mme Ouattara vient nous voir, c’est comme si c’était son époux lui-même qui venait. C’est une grande satisfaction pour nous de recevoir cette dame, qui a fait plusieurs dons à nos populations, démontrant qu’elle nous porte dans son cœur. Pour cela, nous lui rendront hommage.

Un dernier appel ?

Quand un chef de l’Etat vient dans une région, c’est une fête. Les populations sont très heureuses de recevoir le président. Partout, c’est l’effervescence. Chacun veut qu’il aille chez lui. Il n’y a donc pas d’appel particulier à lancer. Cette visite fera date dans l’histoire du District. Toutefois, nous insistons pour dire aux populations de respecter les dates et les timings pour éviter les contretemps. Il ne faudra pas abuser de la générosité du président.

Ossène Ouattara

Source : Le Patriote du lundi 26 novembre 2012.

Visite d’Etat : Ouattara dans le Zanzan pour "donner espoir" à une région

A quelques heures de la visite d’Alassane Ouattara dans les pays abron, koulango, lobi…, nous nous proposons de rappeler ses promesses de campagne présidentielle en faveur de la région du Zanzan. Un discours fort limpide, sorti du tiroir, hier dimanche, par nos confrères de l’Agence ivoirienne de presse (AIP), et repris par le site abidjan.net. Nous vous le redonnons, histoire de rafraîchir les mémoires.
alassane ouattara, visite d'état, zanzan, populations, promesse de campagne, attente
Le président Alassane Ouattara entame dès, mardi 27 novembre, une visite d’Etat dans le district du Zanzan, pour "donner espoir" aux populations de cette région dont il se disait "choqué" par "l’extrême pauvreté", lors de la campagne présidentielle.

« J’ai été particulièrement choqué par l’extrême pauvreté des populations dans le Nord-Est. Cette région manque de tout. Ce n’est pas normal, il faut que l’Etat corrige cette injustice sociale. Et, ce sera parmi nos priorités lorsque nous serons aux affaires", dixit Alassane Ouattara, en septembre 2010, à Korhogo. C’était lors d’une conférence de presse marquant le clou d’une longue série de tournée de précampagne. Qui l’avait conduit dans toutes les régions de Côte d’Ivoire pour « s’imprégner personnellement des conditions de vie » de ses compatriotes.

Aujourd’hui, Alassane Ouattara a érigé cette région en chef-lieu de District. Comprenant 2 régions administratives : le Gontougo, avec pour capitale régionale Bondoukou (420 km, au Nord-Est d’Abidjan), et le Bounkani, dont Bouna (603 km d’Abidjan) constitue la métropole.

Le déplacement du chef de l’Etat en pays koulango, brong (Abron) et Lobi devra ainsi lui permettre de réaffirmer ses ambitions pour leurs régions. Mieux, de leur en annoncer un début de concrétisation.

"Réitérer" les promesses électorales

450 milliards. C’est le budget qui devrait être consacré au...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

jeudi, 22 novembre 2012

BONDOUKOU : Le ministre Kouassi Adjoumani échappe de peu à un lynchage

kobenan kouassi adjoumani,hué,bondoukou,dérive langagière,indésirable
Bondoukou, samedi dernier. Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, a failli se faire lyncher par des jeunes en colère.

Ce n’est un secret pour personne. Les manières de faire du ministre Adjoumani, par ailleurs député de Tanda, ne plaisent pas à tout le monde. Elles ont fini par agacer des jeunes qui ont voulu en découdre avec lui. C’était en toute fin de la cérémonie de remise des dons de la Première dame, le 17 novembre.

La goutte d’eau qui a failli déborder le vase a été le refus de monsieur Adjoumani de dire merci aux députés Dah Désiré, Touré Souleymane et Falley Timité, comme il a témoigné sa gratitude aux autres personnalités présentes à la cérémonie. Ouattara Souadoukou, vice-président de la jeunesse du RDR de Bondoukou, a voulu savoir le motif. Kouassi Adjoumani a eu cette réponse, au grand étonnement du jeune homme : « je ne connais pas Dah Désiré comme un élu, parce qu’il n’est pas allé me saluer depuis son élection ». Un affront "impardonnable". D’autant plus que l’antécédent du ministre était dans certains esprits. « Cela fait la deuxième fois qu’il se comporte ainsi. Il l’a déjà fait à l’Honorable Touré Souleymane, vice- président de l’Assemblée nationale, lors d’une rencontre », a affirmé Souadoukou.

N’eût été l’intervention énergique de Fallet Timité, Kobenan Kouassi Adjoumani serait passé à tabac par la horde de jeunes surexcités. Son chauffeur a eu moins de chance. Le pauvre a reçu des gifles.

A dire vrai, l’incident est le résultat d’une accumulation de reproches contre...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mercredi, 21 novembre 2012

Visite d’Etat dans le Zanzan : Les populations de Transua et Kouassia-Niadjuni veulent voir le président

Il est le président des fédérations et mutuelles pour le développement des sous-préfectures de Transua et Kouassia-Niadjuni. Dans cet entretien, Kouadio Sey exprime le mécontentement des populations. Raison : la zone ne figurerait plus au nombre des localités à visiter par le président de la République.

A quelques jours de l’arrivée du Chef de l’Etat dans le Zanzan, les populations de Transua et Kouassia-Niadjuni grognent. Quelles en sont les raisons ?

Je ne sais pas si on doit appeler cela "grogne". Ce que nous savons c’est que nous avons appris que le Chef de l’Etat devait venir chez nous. Aux dernières nouvelles, il ne viendra plus à Transua. Les populations sont amères. Elles veulent voir le Président dans leur localité.

Pourquoi tenez-vous à ce que le Président se rende à Transua ?

Nous voulons que le Président vienne à Transua parce que s’il visite les départements de la région du Gontougo, c’est bon qu’il visite aussi le nôtre. Le Zanzan, c’est plusieurs groupes ethniques. On se rend compte que nous les Abron sommes oubliés.

Pourtant le Chef de l’Etat se rendra à Tanda

La grande région de Bondoukou est la région des Abron : je suis d’accord. Mais la réalité, c’est à Transua, Assuéfry, et Kouassia-Nadjunin qu’on trouve les Abron. Ce sont ces 3 sous-préfectures qui constituent leur base.

Quels sont les problèmes spécifiques des populations de ces 3 circonscriptions administratives ?

Voir la suite de cet entretien en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.