topblog Ivoire blogs

vendredi, 28 septembre 2012

Bondoukou : Un cadre du PDCI désavoue son Délégué

Découvrez en exclusivité le désaveu d’un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de Bondoukou contre son Délégué! S’agissant de ses allégations de soutien à la candidature du ministre-député Kouassi Adjoumani aux prochaines régionales.

Une déclaration publiée par Le Démocrate, et reprise par abidjan.net. Cliquez sur news.abidjan.net

Ossène Ouattara

jeudi, 27 septembre 2012

Tanda : Le MFA part en conquête

tanda,mfa,élargir ses actions,anaky kobena,kouassp-datékro,élections municipale et régionale
Le Mouvement des forces d’avenir (MFA) veut élargir ses sections à Tanda. Tel est l’objet de la réunion organisée par ses militants, samedi 22 septembre.

A l’ordre du jour, les conclusions du parti d’Anaky Kobena sur son soutien au ministre Kobenan Adjoumani, candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) aux législatives passées.

Aussi, militants et sympathisants ont-ils tiré les leçons de la participation du président Anaky à l’élection présidentielle de 2010. Arrivé au 4ème rang dans le département. Ce qui, selon eux, n’est pas une position honorable. D’autant que le leader politique, originaire de Kouassi-Datékro. A quelques encablures de Tanda, chef-lieu.

Tous le savent : du travail reste à faire pour repositionner le MFA. Comment ? Redynamiser les sections existantes. En plus, implanter d’autres dans les villages et hameaux du département.

Quelle stratégie pour les prochaines échéances (municipale et régionale) ? Sur la question, les militants sont en réflexion. Cette fois, le MFA ne compte pas faire de la figuration. Son avenir en dépend, le moins qu’on puisse dire.

Ange Kouman

Crédit photo: abidjan.net

samedi, 22 septembre 2012

Bondoukou : L’appel du député Alphonse Soro aux exilés ivoiriens au Ghana

Dimanche 16 septembre. A l’invitation de la plate-forme des ONG, mouvements et associations du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) du Zanzan, le député Alphonse Soro a séjourné à Bondoukou.

bondoukou, soro alphonse, apc, meeting, gontougo, exilés ivoiriens au ghana, déstabilisateurs, réconciliation, rdr, rhdp


Au chapitre social de son meeting, le parlementaire a demandé aux jeunes d’élaborer des projets pour s’insérer. A travers le programme Emplois-jeunes initié par le président Alassane Ouattara. « Jeunes de Bondoukou, battez-vous ! Allez déposer vos projets ! Nous sommes là pour soutenir vos projets », a indiqué Alphonse Soro.

Même message aux femmes. A qui il a demandées de se tenir prêtes pour obtenir de l’emploi à travers un projet qui verra le jour dans 2 mois.

Sur le volet politique, Alphonse Soro s’est mis dans ses" habits" de président de l’Alliance pour le changement (APC). Appelant ses compatriotes exilés au Ghana à regagner la Côte d’Ivoire. Pour participer à sa reconstruction. « Camarades jeunes, frères ivoiriens ! Votre place n’est pas au Ghana. Elle se trouve ici, avec nous, en Côte d’Ivoire ». Il a affirmé ne pas exclure d’aller à leur rencontre, si ceux-ci le souhaitent.

Son message à l’endroit des déstabilisateurs est sans équivoque. « Tous ceux qui nourrissent encore l’idée de déstabiliser la Côte d’Ivoire, qu’ils y mettent fin. Car ils n’y parviendront jamais ». Une trop grande confiance reprochée par des personnes. De même que les manières du jeune Soro, qui rappellent un certain Charles Blé Goudé. Le populiste, lui aussi président d’une Alliance (Alliance des jeunes patriotes, NDLR). La nébuleuse organisation à la solde du régime de Laurent Gbagbo.

Gbané Souleymane, un des parrains du meeting, a exhorté les jeunes de Bondoukou à être les sentinelles de la région. Zone hautement stratégique dans le dispositif sécuritaire du pays.

Ange Kouman

Crédit photo: AIP

vendredi, 21 septembre 2012

Bondoukou : Le Pr Babacauh sollicité pour son expérience et sa sagesse

Hier, nous écrivions que la grande majorité de la population du Gontougo s’oppose à la candidature du ministre Adjoumani aux prochaines régionales.

Nous invitons les lecteurs d’Echos du Zanzan à lire l’article de nos confrères du journal Le Démocrate. Article repris par le site d’informations Abidjan.net.

Pour le lire, veuillez cliquer sur ce lien : http://news.abidjan.net/h/441205.html

Bonne lecture à vous!

jeudi, 20 septembre 2012

Election régionale à Bondoukou : Le ministre Adjoumani, « candidat pour quoi faire ? »

Qui portera les couleurs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) aux prochaines régionales, dans le Gontougo ? Difficile de répondre pour le moment.

élection régionale,région de gontougo,kobenan kouassi adjoumani,babacauh koffi dongo,pdci,bondoukou,candidats,mésentente,militants mécontents


Bondoukou, 16 septembre. Trois délégués départementaux du parti vert semblent avoir portés leur choix sur la personne de Kouassi Adjoumani, actuel ministre des Ressources animales et halieutiques. Il s’agit d’Honoré Kobenan Kossonou, Kouassi Kra Vincent et Kouman Jean-Baptiste.

Le premier cité a donné les raisons de leur choix. « Moi-même j’étais candidat. Mais nous, délégués réunis ici, avons décidé de faire bloc autour du ministre Kobenan Adjoumani. Nous pensons qu’il abat un travail énorme au PDCI. Et pour toutes ses actions pour le développement, il peut contribuer énormément à cette victoire ». Ajoutant que ses camarades et lui tendent la main aux 2 autres délégués. Pour qu’ils les rejoignent dans leur choix. Car le ministre, seul candidat faisant l’unanimité au sein des populations du Gontougo.

Kobenan Kouassi Adjoumani s’est réjoui de l’acte. Précisant que les gens doivent comprendre son combat pour sa région.

Bloc anti-Babacauh ?

Interrogées, de nombreuses personnes disent ne pas se reconnaître dans cette "comédie politicienne". « Adjoumani, encore candidat aux régionales pour quoi faire ? », se demande le président d’une grande coopérative agricole. Lui-même militant du PDCI. Rappelant que l’homme est à la fois ministre, président du Conseil général de Tanda, député de cette ville. Sa colère vient du fait que ceux cautionnant sa candidature n’ont rien prouvé à la tête du Conseil général de Bondoukou. Allusion faite à Honoré Kobenan Kossonou (vice-président, NDLR).

élection régionale,région de gontougo,kobenan kouassi adjoumani,babacauh koffi dongo,pdci,bondoukou,candidats,mésentente,militants mécontents


Koffi Téya, plus incisif contre le député. « Parce que ministre, Adjoumani veut avoir à ses pieds tout le monde. Il veut être à la tête de tout dans le Gontougo. Raison pour laquelle certains le suivent, en faisant fi de son bilan éclaboussé à la tête du Conseil général de Tanda ». Renvoyant à la déclaration de Charles Dibi Koffi, ministre de l’Economie. Qui, parlant de la bonne gouvernance dans les collectivités territoriales, a dénoncé le détournement des milliards affectés à l’hôpital général de Tanda. Un centre de santé qui manquait de tout.

Se référant à la Bible, monsieur Téya dit : « celui qui est infidèle dans les petites choses, le sera dans les grandes ». Moralité : qui s’est montré incapable de bien gérer les ressources financières d’un Conseil général, ne peut pas garder l’argent d’un Conseil régional. Entité encore plus grande. Pour lui, le ministre ne fait pas l’unanimité. Contrairement aux propos de d’Honoré Kossonou. Et pas autre choix : si le PDCI veut gagner la prochaine régionale dans le Gontougo, il faut positionner le professeur Babacauh. C’est lui, le chouchou des populations. Dans leur grande majorité.

Un responsable de la jeunesse de Bondoukou abonde dans le même sens. « Le ministre ne connaît que Tanda. Le Gontougo est trop grand pour lui. Le profil de Babacauh Koffi Dongo répond au mieux aux attentes de notre région ». Poursuivant qu’il n’a rien contre le ministre-parlementaire. Mais demande plus d’humilité de sa part en refusant le cumul des postes.

L’allégeance des 3 délégués à Kouassi Adjoumani, un acte marginal ? En tout cas, le très respectable Yaya Ouattara, vice-président du parti cinquantenaire, n’a été ni associé ni consulté. "La pagaille" qu’il dit ne pas aimer s’instaure au PDCI de Bondoukou, à l’approche des échéances électorales locales. Fait de collaborateurs pressés de barrer le chemin à un concurrent que tous désirent voir à la tête du Gontougo.

Ange Kouman

vendredi, 14 septembre 2012

Régionales à Bondoukou : Réponse de Kouassi Koffi Dongo de la JPDCI au journal "Le Mandat"

Nous vous donnons le droit de répondre de Kouassi Koffi Dongo, membre de la Jeunesse du parti démocratique de Côte d’Ivoire (JPDCI) de Bondoukou 3. Cette réponse fait suite à la publication, par le Quotidien Le Mandat, de la « déclaration de Koffi François appelant à la cohésion des cadres du Gontougo ».

A Monsieur le Directeur de Publication de Le Mandat.

Monsieur le Directeur,

Dans votre livraison du mercredi 5 septembre 2012, à la page 7, vous publiez une déclaration de monsieur Koffi François appelant prétendument à la cohésion des cadres du Gontougo. Ce message nous interpelle et appelle de notre part le droit de réponse suivant.

Dans sa déclaration, il revient sur l’intervention de monsieur Honoré Kobenan Kossonou, délégué départemental de Bondoukou 3, qui invitait, avec respect, le vice-président (le ministre Yaya Ouattara) à observer une certaine neutralité dans le choix des candidats à ce stade de la compétition.

Cet appel n’est pas irrévérencieux à l’égard de notre aîné à tous mais, bien au contraire, lui demande de garder une certaine hauteur qui sied à son double rang de vice-président du PDCI et doyen d’âge des cadres de la région. Il est regrettable que vous ne perceviez pas cet aspect important du message du délégué Kossonou qui relève notre aîné au lieu de l’aliéner dans la position que vous défendez.

Vous ne pouvez pas ramener notre vice-président au niveau des groupuscules dont vous parlez, et qui soutiendraient d’autres candidats. Le délégué Kossonou n’aurait nullement fait son intervention s’il n’avait pas de considération pour son aîné, à la différence de votre équipe qui instrumentalise.

Du reste, en marge de la réunion préparatoire à la visite du président Alassane Ouattara, le samedi 1er septembre dernier, le ministre Yaya a confié au délégué Kossonou que ses propos ont été dénaturés, en présence du ministre Adjoumani. Pour le délégué Kossonou, ce chapitre était clos. On peut donc s’interroger sur le sens de votre intervention alors que le ministre Yaya Ouattara ne reconnaît aucun soutien au professeur Babacauh.

Rappelant les dernières élections législatives, le délégué Kossonou a maintenu sa candidature après avoir constaté que son dossier a disparu alors qu’il a rempli toutes les formalités et payé les cotisations nécessaires.

Au cours des négociations à la base, il a été retenu comme le meilleur candidat dans la circonscription qu’il visait, de même qu’au niveau de la commission dirigée par le doyen N’Koumo Mobio. Vous devriez savoir comment vous avez ramé en utilisant les liens familiaux de certains candidats dont les parents pilotaient la commission nationale pour faire disparaître le dossier du candidat Kossonou et maintenir, en définitive, un directeur de campagne du MFA (Mouvement des forces d’avenir, NDLR).

La direction du parti ne se flatterait pas d’une prouesse où le mérite d’un délégué est foulé au pied au profit d’intérêts personnel. Il est aussi regrettable que vous soyez dans une logique de « casser » les cadres, et particulièrement le délégué Kossonou. (…).

Dans votre livraison, vous décrétez la compétence, l’expérience et l’efficacité à certains et non aux autres. Nous rappelons qu’il s’agit d’une élection à gagner et non un examen académique ou une compétition entre enseignants de divers niveaux. Kossonou ne manque ni d’expertise ni d’expérience ou de compétence.

Nous rappelons simplement que le ministre Adjoumani est le président sortant du Conseil général de Tanda. Et le délégué Kossonou est vice-président du Conseil général de Bondoukou et tête de liste du PDCI, en 2002. Pour cette expérience spécifique à la gestion locale, que proposez-vous ?

La publication prochaine des différentes listes nous édifiera sur la qualité et l’expérience des uns et des autres. Il est temps que vous vous ressaisissiez pour l’intérêt du parti dans la région. Nous, jeunes du Zanzan, rêvons d’un avenir radieux auprès de nos aînés.

Pour le délégué Honoré Kobenan Kossonou
KOUASSI KOFFI DONGO, secrétaire général de section. Membre du BEN de la JPDCI. Coordonnateur JPDCI Bondoukou 3. Candidat suppléant aux législatives.

Ossène Ouattara

Source : Le Mandat du 10 septembre 2012