topblog Ivoire blogs

lundi, 21 janvier 2013

Election régionale dans le Gontougo : Tanoh Kouassi Thomson déclare sa candidature

Tanoh-Kouassi-Thomson.JPG


Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani et le professeur Babacauh Koffi Dongo ne seront pas les seuls candidats à la présidence du futur Conseil régional. Tanoh Kouassi Thomson vient de déclarer sa candidature. Qui est-il ?

Il est cadre aux Impôts, et originaire de la sous-préfecture de Pinda-Boroko. Militant de première heure du RDR, Kouassi Thomson a été membre de la Commission technique du parti chargée des élections. A la Présidentielle de 2010, il est nommé Directeur départemental de campagne adjoint (DDCA).

Ce fonctionnaire du ministère de l’Economie n’est pas inconnu dans sa région. Il a marqué de son empreinte l’éducation nationale dans le Gontougo. Et beaucoup d’élèves se souviendront de lui. Ses nombreuses actions à l’endroit des apprenants de sa sous-préfecture lui ont valu d’être le 1er parrain du 1er prix d’excellence du collège moderne de Pinda-Boroko. C’est en juillet 2012.

La même année, Kouassi Thomson a parrainé la Journée d’excellence scolaire du département de Bondoukou. La promotion Terminale des lycées 1&2 de Bondoukou l’a sollicité pour l’éclairage des salles de classes.

En 2009 et 2010, à Tabagne, le cadre a rapproché les jeunes par le truchement de tournois de football pour la réconciliation.

Pour donner la joie aux orphelins, en 2011, monsieur Thomson a organisé un arbre de Noël, la toute première à Bondoukou. Des repas et de nombreux tee-shirts ont été remis aux enfants.

...

Voir la suite de ce texte sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

vendredi, 18 janvier 2013

BONDOUKOU : Le maire Kouakou Dapa prône le vivre-ensemble

kouakou-dapa.jpg
« Nous devons dépasser les limites des partis politiques. Le Gontougo a besoin de quelqu’un qui incarne les valeurs fondamentales pour un développement radieux », dixit le maire Kouakou Dapa, coordinateur du RHDP à Bondoukou. Le 1er magistrat de la commune a fait cette déclaration au lendemain des manifestations politiques dans la ville aux 1 000 mosquées. Des signes avant-coureurs d’une crispation à l’approche des élections municipales et régionales.

Monsieur le maire ne veut pas attendre le pire avant de réagir. « Nous devons nous donner la main pour développer notre région et notre cité afin de les sortir de la léthargie. Il faut qu’on arrête de nous diviser », exhorte-il. Pour lui, les élections locales à venir ne doivent pas servir de prétexte à la division des fils et filles de sa commune. La mairie et le futur Conseil régional ne sont que des structures de développement. Pas autres choses.

Kouakou Dapa joue la carte de l’apaisement. En effet, le choix de la tête de liste du candidat RHDP pour les Régionales divise le RDR et le PDCI, les 2 alliés. Certains jeunes du parti présidentiel ont manifesté leur désapprobation à la désignation du ministre Kouassi Adjoumani. Un refus qui met à mal l’entente à l’intérieur de la coalition politique. La dissension a aussi gagné l’ensemble de la région de Gontougo, terre de symbiose. « Ce n’est pas pour des questions électorales que nous devons mettre à mal cette symbiose et cette unité qui caractérise notre région », rappelle le maire, lui même candidat à sa propre succession.

En matière de décrispation politique, Kouakou Dapa fait figure d’expert. Pour mémoire, il fut un des artisans qui avaient recollé le tissu social déchiré, après les Municipales de 1990.

Rosemonde Desuza

Région de Gontougo : Le préfet appelle à préserver la cohésion sociale

prefet-goun-françois.jpg
L’atmosphère qui prévaut en ce moment à Bondoukou – depuis l’ouverture des candidatures pour les élections locales à venir – ne rassure personne. Hier jeudi 17 janvier, François Goun Germain, préfet de la région de Gontougo, a lancé un appel aux populations pour qu’elles sauvegardent la cohésion sociale qui s’effrite dangereusement.

A sa résidence où des populations se sont rendues pour lui présenter leurs vœux du nouvel an, l’administrateur s’est adressé aux habitants de Gontougo. « On ne peut pas empêcher quelqu’un d’avoir des ambitions. Bientôt vos listes vont sortir. Certains seront retenus et d’autres ne seront pas contents. Mais c’est ça aussi l’expression de la démocratie : l’acceptation des différences et des contradictions. Cependant, sachez qu’on peut choisir un ami mais pas un frère ! Restez vous-mêmes ! Faites en sorte que la cohésion sociale soit préservée ! », a exhorté François Goun. Aux chefs traditionnels, il leur a demandé de tenir aux jeunes, leurs "enfants", « un langage qui apaise ». Et de lancer un appel pressant aux forces de sécurité : « continuez à rassurer les populations avec le peu de matériel que vous avez ! Faites des patrouilles régulières ! La sécurité de la cité sera votre meilleure récompense ».

Prenant la parole, Nanan Adou Bibi 2, chef de la province Pinango, s’est exprimé dans un langage proverbial. « Quand on se cache dans la savane, c’est qu’on n’a plus le choix », a-t-il dit. Des propos qui traduisent l’amertume d’un corps (rois et chefs coutumiers) sans véritable statut.

Les problèmes liés à la vente de l’anacarde ont été abordés. Sur ce chapitre, le préfet a eu ces mots : « Qui vit d’espoir ne meurt pas de chagrin. Les perspectives sont bonnes. Soyez patients ! ».

Rosemonde Desuza

jeudi, 17 janvier 2013

Election municipale à TANDA : Koné Amadou part en conquête

koné amadou, élection municipale, tanda, jeunesse, candidat, populations


Du 12 au 13 janvier dernier, Koné Amadou, candidat aux prochaines Municipales, s’est rendu successivement à Téhui, Toundiani, Tanganmourou, Béléoulé et Bokoré.

A l’étape de Téhui, Koné Amadou a remis une motopompe de dernière génération à ses braves "mamans" pour irriguer les champs.

De retour à Tanda, samedi 12, vers midi, le candidat a participé à la célébration des personnes handicapées. Il a rassuré ses hôtes qu’ils pourront toujours compter sur son soutien. « Ma porte vous est toujours ouverte pour apporter des solutions à vos problèmes », leur a promis Koné Amadou. Des propos bien accueillis par les personnes handicapées de Tanda.

Dans l’après-midi, à Toundiani, monsieur Amadou a parrainé la finale du tournoi de football organisé en son honneur. Ce championnat a servi de prétexte à la jeunesse du village pour enterrer ses querelles, afin de célébrer la fraternité. C’est pourquoi le parrain a remis un trophée à chacune des 2 équipes.

A Tanda, dimanche 13, Koné Amadou a annoncé sa candidature aux chefs des grandes familles. Pour l’occasion, il s’est fait accompagner par le patriarche Canton Yao. Prenant la parole, le candidat leur a dit qu’il est rentré des Etats-Unis pour se mettre "entièrement" à leur service.

C’est une population nombreuse qui a accueilli le fils prodige à Tanganmourou. En effet, depuis 20 ans, Koné Amadou vit aux Etats-Unis. Devant la foule enthousiaste, l’"Américain" a dit être candidat pour la mairie de Tanda. Ici encore, la nouvelle a été accueillie par des ovations.

A Béléoulé, l’enfant prodige a fait don de...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mercredi, 16 janvier 2013

BONDOUKOU : Une grande caravane de soutien au ministre Kouassi Adjoumani

Kobenan-adjoumani.JPG
Ce mercredi 16 janvier, une grande caravane sillonne les rues de Bondoukou. Co-organisée par le Club des amis d’Adjoumani et le Cercle des messagers d’Adjoumani, cette caravane de motos et voitures se veut une démonstration de la popularité du ministre des Ressources animales et halieutiques dans la ville aux 1 000 mosquées.

Bien plus, la parade de ce jour est la réponse de certains jeunes à la section RDR de Bondoukou. Pour rappel, le dimanche 13 janvier dernier, une caravane de protestation contre le choix de Kouassi Adjoumani comme candidat du RHDP aux prochaines Régionales a été organisée par des jeunes du parti présidentiel.

Réponse du berger à la bergère. En soutien au candidat déclaré du PDCI, des centaines d’engins roulants parcourent en ce moment les artères principales de la ville. Et leur nombre grossi au fur et à mesure. Tenant des pancartes propagandistes, les manifestants scandent le nom du ministre.

Dans ce duel politique en perspective des élections locales, difficile de dire qui sera le vainqueur.

Ossène Ouattara

dimanche, 13 janvier 2013

Municipales et Régionales à Bondoukou : La base du RDR dit "non" à sa direction

bamba salia, rdr, rhdp, élections municipale et régionale, protestation, bondoukou


« Kobenan Kouassi Adjoumani et Palé Dimaté ne peuvent pas prétendre être les candidats du RHDP parce que le président Alassane et Bédié les ont désignés. Nous devons nous retrouver autour d’une table de négociation afin de sortir la liste censée nous conduire au développement. Mais pas comme on veut nous l’imposer », s’est indigné Bamba Salia, porte-parole de la jeunesse républicaine du District du Zanzan. Celui-ci a initié une manifestation de protestation contre son parti, ce dimanche 13 janvier, à Bondoukou.

Plus un secret pour les militants RDR du Zanzan : la direction du parti ne leur dit pas la vérité sur les candidats retenus pour conduire les listes pour l’élection des présidents des Conseils régionaux. Si les candidats pour les élections municipales sont connus, ce n’est pas le cas pour ceux des Conseils régionaux où ils attendent toujours le choix de la direction de leur parti.

Kobenan Kouassi Adjoumani et Palé Dimaté, tous du PDCI, semblent être les candidats retenus pour conduire le RHDP dans le Zanzan. Respectivement dans la région de Gontougo et du Bounkani. Devant cette situation où 7 candidats (dans le Gontougo) et 3 (dans le Bounkani) attendent l’investiture de la direction du RDR, les militants de la ville aux 1 000 mosquées n’ont pas voulu se faire conter l’imposture et le mépris dont fait montre la direction de leur parti. Ils ont manifesté leur colère ce matin.

Tout a débuté par le tour de la ville sur des motos. Les manifestants tenaient des pancartes aux écriteaux évocateurs : « oui au RHDP mais non à un candidat imposé ! Trop c’est trop ! Laissons le peuple choisir ses dirigeants ! 2015, c’est aujourd’hui, ne frustrez pas les populations ! Non, Adjoumani et Palé Dimaté ne sont pas le choix du Gontougo et du Bounkani ». Au siège du RDR, de nombreux militants disent ne pas comprendre ce qui leur arrive depuis qu’ils ont donné leur voix à Alassane Ouattara. « Nous avons aidé Adjoumani à être là où il est (ministre, NDLR). Il nous a trahis car de toutes ses promesses, il n’a réalisé aucune. Si Alassane sait vraiment que c’est nous qui l’avons élu, qu’il sache qu’Adjoumani n’est pas notre choix. Il n’est pas le seul intelligent de la région. S’il insiste, il trouvera nous les femmes sur son chemin », s’est exprimé sur un ton vindicatif Timité Fatima.

Rosemonde Desuza