topblog Ivoire blogs

mercredi, 19 décembre 2012

BONDOUKOU, au surlendemain d’une journée à haut risque

bondoukou, kobenan kouassi adjoumani, conflit ethnique, pdci, élection régionale, chef foumassa
Le ministre Kouassi Adjoumani veut se risquer à une "acrobatie" dangereuse. En réponse au revers inattendu que lui a infligé la jeunesse de Bondoukou – celle-là même qui l’a "fait" –, son équipe s’hasarde sur la "pente glissante" de l’amalgame ethnique.

Hier mardi, elle a eu une rencontre avec les imams de Bondoukou et certains chefs de villages acquis à la cause de Kobenan Kouassi Adjoumani, député et président du Conseil général de Tanda. L’objet étant le rejet par les jeunes, dimanche dernier, de sa candidature à l’élection du Conseil régional dans le Gontougo.

Cette équipe, conduite par le chef de la province "Foumassa", s’est rendue chez le grand Imam. Pour que celui-ci fasse une "fatwa" (maudire par les versets du Coran) contre les militants du RHDP qui ont chassé le ministre. Entouré des propriétaires et chefs de quartiers de Bondoukou, le guide religieux a réservé sa réponse pour ce jour mercredi.

Pour mémoire, ce chef du Foumassa a été chassé à Sapli par ses propres sujets. Depuis lors, il est réfugié dans la ville aux 1 000 mosquées. Un vieil homme qui aurait pu, par sa sagesse, rapprocher les positions. Au lieu de cela, il appelle à "maudire" ceux qui ne soutiennent pas son candidat (Kouassi Adjoumani).

A titre d’information, c’est ce chef foumassa qui avait été commis par le ministre lui-même pour annoncer sa candidature aux régionales. Pour convaincre, il avait surpris plus d’un en annonçant qu’il faut soutenir monsieur Adjoumani parce que celui-ci lui "donne" toujours du "poisson".

Selon un haut cadre de ce parti, ...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mardi, 18 décembre 2012

Election régionale dans le Gontougo : Babacauh, l’unique choix de la délégation PDCI de Bondoukou II

babacauh koffi dongo, candidat, unique choix, tabagne, élection régionale, bondoukou, gontougo, pdci
A l’heure du choix des candidats PDCI à l’élection des présidents des Conseils régionaux, le professeur Babacauh Koffi Dongo vient de bénéficier d’un soutien de taille. En effet, le samedi 1er décembre, s’est tenue à Tabagne (département de Bondoukou) l’Assemblée générale de la coordination PDCI de Bondoukou II.

A cette occasion, les membres de la coordination ont unanimement désigné Babacauh Koffi candidat unique du PDCI pour le compte de la région du Gontougo. Selon le délégué permanent chargé de réceptionner les dossiers de candidature, « la seule candidature reçue est celle de Babacauh Koffi Dongo pour être investi comme tête de liste PDCI-RDA dans le Gontougo. Et ce, depuis le 26 novembre 2012 ».

Expliquant les raisons de sa candidature, Babacauh a d’abord retracé son parcours professionnel et académique. Respectivement en qualité d’ancien directeur général de la CIDT, président du Conseil d’administration de la Palmindustrie (structures de développement), directeur général de l’ENSA et enseignent-chercheur. A cet effet, il a fait savoir qu’il dispose d’une somme d’expériences en matière de gestion et de développement. Des atouts qu’il compte mettre au profit du Gontougo, sa région. Pour ce faire, le professeur a invité tous les membres de l’Assemblée à soutenir sa candidature.

Après son intervention, l’assistance a souhaité avoir des informations sur les projets du candidat. En réponse, Babacauh Koffi a d’abord rappelé les différentes démarches entreprises auprès des fils et filles de la région à l’effet de les rassembler, sans distinction, pour aller au développement. Car selon lui, la diversité des peuples du Gontougo impose une politique d’inclusion. Il a par ailleurs souligné son ambition d’atteler la région au projet du président de la République de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020.

Ses propos ont été accueillis par un tonnerre d’applaudissements. La rencontre a été présidée par le ministre Kouman Yao Alphonse. En présence du ministre Adou Kouadio et des députés Kouadio Minzan Oscar et Kouadio Yéboua Samuel. Tous, membres du bureau politique du PDCI-RDA.

Rosemonde Desuza

lundi, 17 décembre 2012

BONDOUKOU : La "prodada" politique du ministre Kouassi Adjoumani vire à l’échec

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani n’aura pas réussi son coup d’éclat politique à Bondoukou, hier dimanche 16 décembre. La réunion qu’il a voulu tenir en vue de se faire investir candidat de "consensus" du PDCI à la prochaine régionale n’a pas eu lieu. Et pour cause.

Kobenan-adjoumani.JPG



Ayant eu écho de ce qu’à l’issue de la rencontre le ministre Adjoumani serait désigné candidat pour porter les couleurs du PDCI, des jeunes de tous les partis politiques (FPI, RDR,…) ont investi, vers 10h, la maison du PDCI, lieu de la réunion. Tous avaient à la bouche le nom d’un seul individu : Babacauh Koffi Dongo. Ils ont scandé « Babacauh est le candidat du Gontougo. Professeur Babacauh, le candidat des jeunes. C’est lui ou rien ».

Pour ces jeunes militants, l’ingénieur agronome est le seul à même de bien présider aux destinées du Gontougo, leur région. Une zone qui manque de tout, à cause de la mauvaise gouvernance de certains. Février dernier, le journal Notre Voie a consacré des pages entières sur la mauvaise gestion du Conseil général de Tanda. Entité décentralisée dont le ministre Adjoumani est l’actuel président. Et sans langue de bois, les jeunes l’ont rappelé hier dimanche. « Regardez l’état de Tanda ! Pas de routes. Pourtant Adjoumani est d’une générosité excessive dans les funérailles. Il y dépense des millions », regrette A. K., sur un ton sentencieux. « Si on se trompe pour choisir ce monsieur comme notre candidat, le PDCI reculera encore d’un cran dans le Gontougo. Je préférerais voter un autre », affirme Souley Ouattara.

Des mises en garde de la jeunesse (au moins 70% de l’électorat) qui sonnent comme une prémonition sur le déclin du PDCI dans le Gontougo. Pressentiment auquel semble s’être foutu Kobenan Kouassi Adjoumani et ses amis. Ils se sont retrouvés quelque part, dans la villa d’un "délégué" mis au rebut pour tenir leur réunion. A l’issue de laquelle le ministre-député et président du Conseil général de Tanda a été ...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mardi, 11 décembre 2012

Visite présidentielle dans le Zanzan : Les mises en scène grotesques du ministre Kouassi Adjoumani

Le président de la République a séjourné dans le District du Zanzan, du mardi 27 au vendredi 30 novembre dernier. Pari gagné s’agissant de la mobilisation. Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre des Ressources animales et halieutiques, peut s’enorgueillir d’avoir bien accompli sa mission. Pour y parvenir, l’homme a fait des mises en scène grotesques. S’autorisant publiquement des envolées lyriques, quitte à mécontenter plus d’un et bafouer l’autorité de certains chefs coutumiers.
ministre kouassi adjoumani, bondoukou, visite d'état, côte d'ivoire, comédie politique
Au meeting de clôture de la visite d’Etat (stade Ali Timité de Bondoukou), Kobenan Kouassi Adjoumani a fait comprendre publiquement que Sié Kobenan, président intérimaire du Conseil général de Bondoukou, ne devrait pas être présent. Saluant sa présence, il s’est exprimé en ces termes : « nous savons que vous n’êtes pas RHDP, mais le président de la République n’aime pas exclure les autres. C’est pourquoi il a demandé que nous soyons ensemble. Et effectivement nous sommes ensemble. Le président n’a pas oublié votre conseil. Il vous offre un million cinq cent mille francs CFA ». Une sortie hasardeuse, qui contraste avec le langage diplomatique des Akans. Le ministre n’aurait pas dû tenir un tel propos, selon plusieurs personnes.

D’autres impairs ont délibérément été commis. Présentant son oncle Adingra Kouassi Adjoumani comme le roi des Abron, alors que le ministre-député sait qu’il y a 3 prétendants au trône, il réveille le vieux conflit de succession. Et fait prendre parti au président Alassane. Qui a remis un véhicule de fonction au monarque.

Même mise en scène d’Adjoumani des koulango. Dont le chef, en exil depuis la crise postélectorale. Au lieu de plaider pour son retour, le député de Tanda a divisé ce peuple en "imposant" un nouveau chef. Il a même fait passer pour des chefs un groupe d’anonymes. Avant de les exhiber à la face du public comme rentrant d’exil pour faire allégeance au président.

Dans sa série de bourdes, le ministre a ...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

jeudi, 06 décembre 2012

BOUNA : Le DG de la Sicogi sollicité pour les élections régionales

camara likoumane, bouna, le bounkani, élection régionale, sollicité
Après avoir recueilli les avis des populations, le Fan club Camara Loukimane, du nom du directeur général de la Sicogi, propose au Rassemblement des républicains (RDR) de choisir ce cadre originaire de Bouna pour porter ses couleurs. A l’occasion des élections régionales de fin février 2013.

Plateau d’Abidjan, lundi 19 novembre. C’est en présence de son conseiller Cissé Adama qu’Oumar Camara, président du Fan club, a indiqué que Camara Loukimane est l’homme dont a besoin la région du Bounkani. Il n’a aucun doute quant au fait que ce cadre a de nombreuses compétences dans le domaine du développement.

Face à la presse, le conférencier n’a pas tari d'éloges à l’endroit du DG de l’entreprise immobilière. « Il a une ONG qui s’est investie dans l’humanitaire. Elle a offert des médicaments à l’hôpital. Loukimane a œuvré pour la réconciliation. C’est un des cadres qui a implanté le RDR à Bouna. Cette année, il a fait partir une dizaine de personnes à la Mecque. Nous sommes allés dans les villages et hameaux. Le nom de Loukimane a été avancé pour les régionales », s’est exprimé Oumar Camara.

Les dés sont jetés. Reste à attendre la décision finale de la direction du RDR, parti de monsieur Loukimane.

Ossène Ouattara

mercredi, 05 décembre 2012

Séjour présidentiel dans le Zanzan : Les populations, entre joie et désespoir

visite d'état, alassane ouattara, promesse, déception, zanzan


« Vous avez dit visite d’Etat ? Non, dites plutôt qu’Alassane Ouattara est déjà en campagne pour les échéances de 2015. Il est venu dire aux populations que les promesses faites ne pourront pas être tenues si elles ne lui donnent pas un 2ème mandat. Voyez vous-mêmes ! Sur 450 milliards de FCFA promis pour notre District, seuls 7 milliards investis...», a fait remarquer un observateur de la scène politique régionale.

De Bouna à Bondoukou, en passant par Doropo, Téhini, Nassian, Sandegué, Transsua, Koun-Fao et Tanda, Alassane Ouattara est resté égal à lui-même : l’homme des promesses. Au point où ses propres partisans s’interrogent sur l’opportunité de sa visite dans le Nord-Est. Pour beaucoup de personnes, la messe de clôture du vendredi 30 novembre au stade Ali Timité de Bondoukou a été une symphonie inachevée.

Les populations attendaient du chef de l’Etat l’annonce du début des grands chantiers pour le District du Zanzan. « Pourquoi cela n’arrive qu’à nous ? Qu’est-ce que notre région a fait pour mériter ce triste sort ? », s’est interrogée sur un ton sentencieux dame Ouattara Korotoumou, cadre du Zanzan. Qui n’a pu retenir ses larmes. « Le président aurait pu économiser l’argent de la visite afin de l’affecter dans certains de nos projets. Si c’était pour distribuer des véhicules au corps préfectoral, son ministre de l’Intérieur aurait pu le faire. Dire qu’en 18 mois de pouvoir, c’est seulement 7 milliards investis sur 450 annoncés, je doute fort qu’avant la fin de son mandat, il atteigne ses objectifs pour le Zanzan », a-t-elle poursuivi.

Même déception pour Kra Kouassi Pacôme, membre de la société civile. Comme Ouattara Korotoumou, il se demande...

Voir la suite en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.