topblog Ivoire blogs

dimanche, 27 janvier 2013

Manganèse de Bondoukou : Vers la fin du conflit entre populations et la société Taurian ?

société taurian, manganèse de Bondoukou, apaisement, populations riveraines, côte d'ivoire


Rencontrant le syndicat des travailleurs de la société Taurian, le 20 janvier, Koffi Assienin, secrétaire général de la Fédération ivoirienne des syndicats des Mines, a eu ces mots : « prenez le code du travail comme votre bible et lisez-le ! Vous connaîtrez la vérité. Avant la fin de 2013, vous allez vous rendre compte des vrais changements ». Cette rencontre a permis de mettre en exergue les acquis du syndicat pour l’amélioration des conditions de travail de ses membres. Entre autres acquis, le paiement des salaires et des arriérés, leur bonification, la domiciliation des comptes dans une banque, la déclaration des employées à la CNPS.

Un changement du statut des travailleurs est en cours de finalisation. Il tient compte de la convention collective ainsi que de l’assurance-maladie. Toutefois, beaucoup restent encore à faire. Mais « au lieu de toujours revendiquer, faites des propositions à vos chefs pour l’amélioration de vos conditions de travail ! Un syndicat n’est pas là pour faire la guerre », a poursuivi Koffi Assienin. Sur ce point, Séka Komenan Jean-Paul, secrétaire général du syndicat des travailleurs de Taurian a levé l’équivoque. « Notre syndicat veut rentrer dans le cadre de la paix sociale. Tout ce que nous voulons, c’est la cohésion entre l’administration et nous. Elle ne doit pas rester sourde à nos appels », a-t-il affirmé.

Prenant à son tour la parole, au nom de la société Taurian, Yao Eugène a dit partager la joie qui anime les salariés de l’entreprise. « Mais il est important que chacun sache ce qu’il a à faire pour le bien de la société. Car sans société, pas de syndicat. Et vice-versa ». Et de donner une information de taille :...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mardi, 22 janvier 2013

Extraction du manganèse de Bondoukou : Le ministre Toungara ruine l’espoir des jeunes

Suite aux heurts qui ont éclaté entre populations des périmètres miniers et l’entreprise Taurian, le 3 janvier, Adama Toungara, ministre des Mines, a rencontré les forces vives de la région de Gontougo. En répondant à l’invitation du bras droit d’Alassane Ouattara, ces populations espéraient un dénouement heureux du conflit qui les oppose au "géant" indien depuis 2008. Désillusion pour les jeunes.

manganèse, bondoukou, taurian, populations mécontentes, ministre adama toungara, côte d'ivoire



Abidjan, quartier du Plateau, 20ème étage de l’immeuble SCIAM, samedi 12 janvier. La salle de conférences du ministère de l’Economie était exiguë pour contenir les hôtes venus du Gontougo. Roi et chefs de provinces, autorités administratives, élus, cadres et jeunes de divers mouvements : ils ont tous répondu à l’appel du ministre Adama Toungara. Objectif : échanger en vue de "trouver des solutions durables" aux problèmes posés par l’extraction du manganèse.

En réalité, c’est au Cabinet du ministre des Mines – le 15ème étage – que tout a été scellé. Environ une heure d’horloge, le temps que roi et chefs traditionnels, élus et cadres ont passé au bureau d’Adama Toungara. Aucun jeune n’a participé à cette réunion des "grands". Idem pour les journalistes, tenus à l’écart.

La rencontre du 20ème étage a été une simple mise en scène, selon l’expression d’un élu. Ici, il n’y a pas eu échanges. Adama Toungara a plutôt fustigé l’attitude des jeunes qui ont manifesté contre l’entreprise Taurian. S’adressant à Alain Ayé du Mouvement des jeunes pour la renaissance de Bondoukou (MOREB), le ministre des Mines s’est interrogé avec sarcasme : « Le MOREB c’est quoi, ça vous a emmené où depuis 2008 ? ». Avant de sermonner : « vous orientez votre énergie dans la mauvaise direction. La chose à faire, c’est de laisser l’administration gérer cette affaire d’indemnisation ». Et de préciser que dans son contrat avec l’Etat de Côte d’Ivoire, « Taurian a l’obligation de payer ses impôts. Il n’est pas dit qu’elle doit réaliser tel kilomètre de route ». Le ministre a cependant crée la confusion en réaffirmant la « responsabilité sociétale » de l’entreprise indienne dans la région.

Depuis 2008 que les mines de manganèse sont exploitées dans le Zanzan, c’est maintenant que le ministre Toungara annonce la mise sur pied d’un comité présidé par le préfet. Ce, en vue de ...

Voir la suite de cet article en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

samedi, 19 janvier 2013

BONDOUKOU : Les producteurs de maïs s’organisent

ANAPROMCI, producteurs de maïs, bondoukou, organisation, côte d'ivoire


« Faire passer la production de maïs de 500 000 tonnes actuellement à 1 500 000, c’est l’objectif fixé par le gouvernement, en vue de l’autosuffisance en maïs en Côte d’Ivoire », a révélé Bédikoi Aimé, président de l’Association nationale des producteurs de maïs de Côte d’Ivoire (ANAPROMCI). Propos tenus dimanche dernier, à l’occasion de sa rencontre avec la délégation régionale de son organisation.

Pour Bédikoi Aimé, la valorisation du prix du maïs et l’atteinte de l’objectif fixé par le gouvernement ne seront acquises que si – à l’image du riz, du coton, du café et du cacao – une filière est créée pour les producteurs. D’où la naissance de leur structure, qui compte plus de 23.000 membres repartis sur toute l’étendue du territoire national. « L’Anapromci n’est ni une coopérative ni une société. Mais un regroupement des producteurs de maïs en vue de défendre leurs intérêts. Unis, nous serons plus forts pour revaloriser le prix d’achat au kilogramme à 200 FCFA contre 80 FCFA l’année dernière », a-t-il précisé. Et de clarifier que son organisation n’achète pas la production de ses membres mais les aide au double niveau de l’encadrement technique et de la commercialisation. Cela, à travers un partenariat avec des sociétés de la place.

A cet effet, une convention de partenariat a été signée, le 8 novembre 2012, avec la société Phyto Negoce Gie. Celle-ci a accepté de fournir aux producteurs des produits phytosanitaires. « Pour l’autosuffisance alimentaire dans notre pays, aucune initiative n’est de trop. La venue de l’ANAPROMCI doit être un espoir pour les paysans de notre région », s’est réjoui Kouadio Koffi Mouroufié, le délégué régional.

Rosemonde Desuza

lundi, 14 janvier 2013

BONDOUKOU : Le député Falley Timité a perdu sa mère

hadja namizara natogoma kamagaté, morte, falley timité, condoléances, bondoukou


Malade depuis quelques temps, Hadja Namizara Natogoma Kamagaté, mère de l’ex-député Falley Timité, s’est éteinte hier dimanche 13 janvier.

Son enterrement a eu lieu, ce lundi matin, à Bondoukou. La date des obsèques de notre maman Hadja Namizara sera communiquée ultérieurement.

Ange Kouman

mardi, 08 janvier 2013

BONDOUKOU : La vérité qu’on refuse de dire aux populations dans l’exploitation du manganèse

S’adressant aux populations des zones d’exploitation du manganèse à la sous-préfecture, Kouassi Christophe, représentant le préfet, a dit que « Si le comité de suivi du cahier des charges pouvait être mis en place par un Arrêté préfectoral, cela aurait été déjà fait. La mise place de ce comité dépend d’un Arrêté du ministre des Mines. L’Etat de Côte d’Ivoire est actionnaire dans la société Taurian. Si vous l’empêchez de travailler, c’est la Côte d’Ivoire entière qui perd. Le préfet vous demande donc de laisser l’entreprise travailler. L’administration n’est pas sourde à votre appel ». Cette demande a été formulée le vendredi 4 janvier dernier.

Etaient présents le sous-préfet Zoué Sépan Vincent, les directeurs régionaux des Mines et de l’agriculture, les représentants de la société Taurian, et la hiérarchie des forces de l’ordre. Cette rencontre fait suite aux incidents survenus le 3 janvier. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est le comité de suivi du cahier des charges qui tarde à être mis en place.

A leur corps défendant, les populations riveraines ont accepté l’appel à la reprise du travail. En effet, bien de questions restent en travers de leurs gorges. Personne n’a été capable de leur dire ce qui bloque la mise en place du comité de suivi, préalable à la réalisation de projets à leur profit. Sur quelle base est calculée l’indemnisation des ...

Voir la suite en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

lundi, 07 janvier 2013

Assuéfry : La jeunesse communie avec un opérateur économique

adingra victor, fils d'assuéfry, opérateur économique, jeunes, exemple à suivre, travail
La récente fête de Noël a servi de prétexte aux jeunes d’Assuéfry, dans la région de Gontougo, de communier avec Adingra Victor, un opérateur économique, natif du village. Ce dernier est considéré comme un exemple de courage. Il a à son actif plusieurs actions sociales en faveur des populations.

A l’image de leur "grand-frère", les jeunes ont exprimé, par la voix de Serge Stéphane, leur volonté de s’intégrer dans tous les secteurs productifs de la sous-préfecture d’Assuéfry. Un souhait noble, qui a reçu l’assentiment de l’opérateur économique. Ses propos à l’égard de la jeunesse ont été riches en conseils. « Mon exemple doit vous inspirer : je suis parti de rien. Si aujourd’hui vous reconnaissez les actions que je pose, c’est qu’il y a eu du chemin. Je suis convaincu que demain, vous pouvez me dépasser et faire de grandes choses pour notre village », a affirmé Adingra Victor. Selon lui, c’est par le travail que les jeunes arriveront à jouer pleinement leur rôle dans le développement de leur localité.

Pour les occuper sainement durant les congés scolaires, l’opérateur économique a offert des journées culturelles et sportives à la commune d’Assuéfry. Débutées le vendredi 28 décembre 2012, celles-ci ont pris fin, le mercredi 2 janvier dernier.

Ange Kouman