topblog Ivoire blogs

samedi, 19 janvier 2013

BONDOUKOU : Les producteurs de maïs s’organisent

ANAPROMCI, producteurs de maïs, bondoukou, organisation, côte d'ivoire


« Faire passer la production de maïs de 500 000 tonnes actuellement à 1 500 000, c’est l’objectif fixé par le gouvernement, en vue de l’autosuffisance en maïs en Côte d’Ivoire », a révélé Bédikoi Aimé, président de l’Association nationale des producteurs de maïs de Côte d’Ivoire (ANAPROMCI). Propos tenus dimanche dernier, à l’occasion de sa rencontre avec la délégation régionale de son organisation.

Pour Bédikoi Aimé, la valorisation du prix du maïs et l’atteinte de l’objectif fixé par le gouvernement ne seront acquises que si – à l’image du riz, du coton, du café et du cacao – une filière est créée pour les producteurs. D’où la naissance de leur structure, qui compte plus de 23.000 membres repartis sur toute l’étendue du territoire national. « L’Anapromci n’est ni une coopérative ni une société. Mais un regroupement des producteurs de maïs en vue de défendre leurs intérêts. Unis, nous serons plus forts pour revaloriser le prix d’achat au kilogramme à 200 FCFA contre 80 FCFA l’année dernière », a-t-il précisé. Et de clarifier que son organisation n’achète pas la production de ses membres mais les aide au double niveau de l’encadrement technique et de la commercialisation. Cela, à travers un partenariat avec des sociétés de la place.

A cet effet, une convention de partenariat a été signée, le 8 novembre 2012, avec la société Phyto Negoce Gie. Celle-ci a accepté de fournir aux producteurs des produits phytosanitaires. « Pour l’autosuffisance alimentaire dans notre pays, aucune initiative n’est de trop. La venue de l’ANAPROMCI doit être un espoir pour les paysans de notre région », s’est réjoui Kouadio Koffi Mouroufié, le délégué régional.

Rosemonde Desuza

vendredi, 18 janvier 2013

Région de Gontougo : Le préfet appelle à préserver la cohésion sociale

prefet-goun-françois.jpg
L’atmosphère qui prévaut en ce moment à Bondoukou – depuis l’ouverture des candidatures pour les élections locales à venir – ne rassure personne. Hier jeudi 17 janvier, François Goun Germain, préfet de la région de Gontougo, a lancé un appel aux populations pour qu’elles sauvegardent la cohésion sociale qui s’effrite dangereusement.

A sa résidence où des populations se sont rendues pour lui présenter leurs vœux du nouvel an, l’administrateur s’est adressé aux habitants de Gontougo. « On ne peut pas empêcher quelqu’un d’avoir des ambitions. Bientôt vos listes vont sortir. Certains seront retenus et d’autres ne seront pas contents. Mais c’est ça aussi l’expression de la démocratie : l’acceptation des différences et des contradictions. Cependant, sachez qu’on peut choisir un ami mais pas un frère ! Restez vous-mêmes ! Faites en sorte que la cohésion sociale soit préservée ! », a exhorté François Goun. Aux chefs traditionnels, il leur a demandé de tenir aux jeunes, leurs "enfants", « un langage qui apaise ». Et de lancer un appel pressant aux forces de sécurité : « continuez à rassurer les populations avec le peu de matériel que vous avez ! Faites des patrouilles régulières ! La sécurité de la cité sera votre meilleure récompense ».

Prenant la parole, Nanan Adou Bibi 2, chef de la province Pinango, s’est exprimé dans un langage proverbial. « Quand on se cache dans la savane, c’est qu’on n’a plus le choix », a-t-il dit. Des propos qui traduisent l’amertume d’un corps (rois et chefs coutumiers) sans véritable statut.

Les problèmes liés à la vente de l’anacarde ont été abordés. Sur ce chapitre, le préfet a eu ces mots : « Qui vit d’espoir ne meurt pas de chagrin. Les perspectives sont bonnes. Soyez patients ! ».

Rosemonde Desuza

mercredi, 16 janvier 2013

BONDOUKOU : Une grande caravane de soutien au ministre Kouassi Adjoumani

Kobenan-adjoumani.JPG
Ce mercredi 16 janvier, une grande caravane sillonne les rues de Bondoukou. Co-organisée par le Club des amis d’Adjoumani et le Cercle des messagers d’Adjoumani, cette caravane de motos et voitures se veut une démonstration de la popularité du ministre des Ressources animales et halieutiques dans la ville aux 1 000 mosquées.

Bien plus, la parade de ce jour est la réponse de certains jeunes à la section RDR de Bondoukou. Pour rappel, le dimanche 13 janvier dernier, une caravane de protestation contre le choix de Kouassi Adjoumani comme candidat du RHDP aux prochaines Régionales a été organisée par des jeunes du parti présidentiel.

Réponse du berger à la bergère. En soutien au candidat déclaré du PDCI, des centaines d’engins roulants parcourent en ce moment les artères principales de la ville. Et leur nombre grossi au fur et à mesure. Tenant des pancartes propagandistes, les manifestants scandent le nom du ministre.

Dans ce duel politique en perspective des élections locales, difficile de dire qui sera le vainqueur.

Ossène Ouattara

lundi, 14 janvier 2013

BONDOUKOU : Le député Falley Timité a perdu sa mère

hadja namizara natogoma kamagaté, morte, falley timité, condoléances, bondoukou


Malade depuis quelques temps, Hadja Namizara Natogoma Kamagaté, mère de l’ex-député Falley Timité, s’est éteinte hier dimanche 13 janvier.

Son enterrement a eu lieu, ce lundi matin, à Bondoukou. La date des obsèques de notre maman Hadja Namizara sera communiquée ultérieurement.

Ange Kouman

dimanche, 13 janvier 2013

Municipales et Régionales à Bondoukou : La base du RDR dit "non" à sa direction

bamba salia, rdr, rhdp, élections municipale et régionale, protestation, bondoukou


« Kobenan Kouassi Adjoumani et Palé Dimaté ne peuvent pas prétendre être les candidats du RHDP parce que le président Alassane et Bédié les ont désignés. Nous devons nous retrouver autour d’une table de négociation afin de sortir la liste censée nous conduire au développement. Mais pas comme on veut nous l’imposer », s’est indigné Bamba Salia, porte-parole de la jeunesse républicaine du District du Zanzan. Celui-ci a initié une manifestation de protestation contre son parti, ce dimanche 13 janvier, à Bondoukou.

Plus un secret pour les militants RDR du Zanzan : la direction du parti ne leur dit pas la vérité sur les candidats retenus pour conduire les listes pour l’élection des présidents des Conseils régionaux. Si les candidats pour les élections municipales sont connus, ce n’est pas le cas pour ceux des Conseils régionaux où ils attendent toujours le choix de la direction de leur parti.

Kobenan Kouassi Adjoumani et Palé Dimaté, tous du PDCI, semblent être les candidats retenus pour conduire le RHDP dans le Zanzan. Respectivement dans la région de Gontougo et du Bounkani. Devant cette situation où 7 candidats (dans le Gontougo) et 3 (dans le Bounkani) attendent l’investiture de la direction du RDR, les militants de la ville aux 1 000 mosquées n’ont pas voulu se faire conter l’imposture et le mépris dont fait montre la direction de leur parti. Ils ont manifesté leur colère ce matin.

Tout a débuté par le tour de la ville sur des motos. Les manifestants tenaient des pancartes aux écriteaux évocateurs : « oui au RHDP mais non à un candidat imposé ! Trop c’est trop ! Laissons le peuple choisir ses dirigeants ! 2015, c’est aujourd’hui, ne frustrez pas les populations ! Non, Adjoumani et Palé Dimaté ne sont pas le choix du Gontougo et du Bounkani ». Au siège du RDR, de nombreux militants disent ne pas comprendre ce qui leur arrive depuis qu’ils ont donné leur voix à Alassane Ouattara. « Nous avons aidé Adjoumani à être là où il est (ministre, NDLR). Il nous a trahis car de toutes ses promesses, il n’a réalisé aucune. Si Alassane sait vraiment que c’est nous qui l’avons élu, qu’il sache qu’Adjoumani n’est pas notre choix. Il n’est pas le seul intelligent de la région. S’il insiste, il trouvera nous les femmes sur son chemin », s’est exprimé sur un ton vindicatif Timité Fatima.

Rosemonde Desuza

vendredi, 11 janvier 2013

Municipales à Bondoukou : Alliagui Diabagaté conduira la liste du RDR

élection municipale,bondoukou,côte d'ivoire,candidat du rdr,alliagui diabagaté,koné hiliassou,candidat indépendant,pdci
Après Bouna et Marcory (Abidjan), la série des surprises continue pour ce qui est du choix des candidats devant conduire les partis politiques aux élections locales de fin février prochain. Pressenti pour défendre les couleurs du RDR aux Municipales à Bondoukou, Koné Hiliassou n’a finalement pas été choisi. C’est Alliagui Diabagaté, ancien cadre de la SICOGI, qui conduira le parti présidentiel à l’assaut de la mairie. L’information est tombée, hier jeudi 10 janvier.

N’empêche ! Hiliassou, le collaborateur de Guillaume Soro, ira en indépendant. La dispersion des voix risque de fragiliser le candidat officiel du RDR. Qui se retrouve dans la même situation qu’en 2 000. A l’époque, le candidat désigné des "Républicains" s’appelait Osseine Dongossi. Certains expliquent l’échec de ce dernier par la candidature en indépendant d’Alliagui Diabagaté. Revanche de l’Histoire.

La forte probabilité du partage des voix des militants RDR n’est pas la seule menace. Kouakou Dapa du PDCI, à la tête de la municipalité depuis 18 ans, lui aussi candidat. Une volonté affichée qui ouvre la voie à des incertitudes. Même si de nombreuses gens parient que monsieur Dapa ne fera pas le poids cette fois-ci.

Pour la seule commune de Bondoukou, pas moins de 5 prétendants.

Ossène Ouattara