topblog Ivoire blogs

vendredi, 08 novembre 2013

TABAGNE : La gendarmerie arrête 3 présumés voleurs de motos

vol de motos,tabagne,gendarmerie


Dans la matinée du mardi 29 octobre, la gendarmerie a mis aux arrêts 3 jeunes, auteurs présumés de vol de 2 motos. Ces engins appartiennent à des enseignants du collège moderne.

Le vol s’est déroulé dans la nuit du 24 au 25 octobre. Un couteau abandonné par mégarde sur le lieu a permis aux hommes de l’Adjudant Kpan André de remonter jusqu’à Sambezé Daouda, 22 ans. Ce dernier a reconnu être le propriétaire de l’objet retrouvé. Puis sous le feu des questions, il cite ses complices Ouattara Soumaïla et Kouamé Koffi Emile.

Tous appréhendés par les gendarmes, les 3 jeunes gens ont révélé l’endroit où les motos ont été gardées. Une abandonnée dans une école primaire et l’autre envoyée à Agnibilekrou, à environ 80 km, pour être vendue. Faute de pièces afférentes, l’engin n’a pas trouvé preneur dans la capitale du Djuablin. Sur le chemin du retour à Tabagne (sans la moto), les vendeurs sont mis aux arrêts. Des éléments se sont ensuite rendus à Agnibilékrou. D’où ils ont ramené la moto volée.

Attson Aly

lundi, 18 mars 2013

BONDOUKOU : Le stade Ali Timité décoiffé par une tornade

stade ali timité, décoiffé, tornade, bondoukou


Dans la nuit du mardi 12 mars, une violente tornade a décoiffé le stade Ali Timité. L’antre du Sacraboutou sport, l’équipe locale de football, présente un visage de désolation. La tribune officielle n’a plus de toiture. Rien n’a résisté à la force du vent.

stade ali timité, décoiffé, tornade, bondoukou



stade ali timité, décoiffé, tornade, bondoukou



Ange Kouman

mercredi, 13 mars 2013

BONDOUKOU : Violée puis poignardée, une enseignante meurt. Son agresseur arrêté par la police

prédateur sexuel,viol,agression sexuelle,bondoukou,violence sexuelle,kouassi clavel,emprisonné


Après 2 mois d’enquête, la police de Bondoukou a arrêté, le lundi 4 mars dernier, le violeur de Kamagaté Aminata, enseignante de 28 ans. Il s’agit de Kouassi Kouakou Henri Clavel, 25 ans, maçon de profession.

Le jeune homme est passé aux aveux au terme d’une série d’auditions. Trois au total. Le lundi 11 mars, il a été présenté au Parquet. En attendant son procès, le violeur Clavel dort à la Maison d’arrêt et de correction de Bondoukou.

Les faits

Nuit du 28 décembre 2012, quartier "camp militaire". Profitant du manque d’éclairage, Henri Clavel surprend Kamagaté Aminata. Sous la menace d’une arme blanche, elle est conduite de force dans une maison en construction. La jeune enseignante est ensuite violée. Puis poignardée. Abandonnée par son bourreau, Kamagaté Aminata est découverte par des passants. Conduite à l’hôpital, elle est évacuée en urgence au CHR d’Abengourou, 3 jours après. Malheureusement, elle succombe à ses blessures.

La cavale du violeur Kouakou Clavel aura duré un peu plus de 2 mois. S’il est reconnu coupable au terme de son procès, il court une peine d’emprisonnement ferme comprise entre 10 et 20 ans.

A Bondoukou, les cas de violences sexuelles contre les femmes sont récurrents.

Miss Jocelyne

samedi, 05 janvier 2013

TANDA : Un agent du service courrier du Conseil général emprisonné à cause de simples photocopies

La prison pour avoir fait son travail ! Vous n’y croyez pas ? Et pourtant. Depuis le vendredi 28 décembre dernier, le jeune Kindo Comoé Yao César séjourne à la prison de Bondoukou. Son tort : avoir fait des copies, son travail d’agent du service courrier. Le jeune homme serait-il tombé dans un piège dressé par ses patrons du Conseil général de Tanda ? Hypothèse vraisemblable, puisque 2 de ses collègues, présents au moment des faits, n’ont pas été inquiétés.

kindo-comoe-yao-cesar.jpg



Salle des conférences de la Cathédrale Saint-Paul du Plateau (Abidjan), jeudi 3 janvier. Le lieu a servi de cadre à une conférence de presse animée par Koabenan Konien Bernard – au nom des administrés du Conseil général de Tanda – pour expliquer les circonstances de l’arrestation de Kindo Comoé Yao César. En présence de Kokorè Comoé Monique, la mère du prévenu, le don Quichotte Konien Bernard n’a pas mâché ses mots : l’affaire a des dessous politiques. Ci-dessous, sa déclaration.

« …Il s’agit pour nous de lever une vive protestation contre l’arrestation injustifiée, le mercredi 26 décembre 2012, à Tanda, du jeune Kindo Comoé Yao Césaire, suivi de son transfèrement et de son incarcération, le vendredi 28 décembre 2012, à la prison civile de Bondoukou. Son arrestation a été orchestrée par les responsables du Conseil général de Tanda, et son déferrement à Bondoukou a été commandité par le ministre Adjoumani Kouassi Kobenan. Il est accusé d’avoir fait des copies de certaines factures de fournisseurs qui venaient d’arriver au service courrier où ce dernier travaille depuis décembre 2011, après qu’il ait été muté du service de la comptabilité en qualité de comptable adjoint. On le soupçonne de livrer des preuves et des pièces à conviction aux adversaires et ennemis du Conseil général.

Selon toute vraisemblance, Kindo subit une cabale. En effet, en décembre 2011, un tract intitulé « Les frasques d’un mégalomane, bricoleur en gestion, voleur en réalité » avait circulé dans toute la région du Gontougo, sans que les responsables du Conseil général de Tanda n’eussent porté une contradiction aux graves allégations de ce tract. Il y était fait mention d’un détournement global de 2 milliards 300 millions de francs CFA. En dépit des nombreuses voies de recours qui s’offraient à eux pour réagir, rien n’a été fait. Ce manque de réaction de leur part ne saurait être interprété autrement qu’une absence de preuves contradictoires sur les faits de gestion mis en cause.

Mieux, le 20 février 2012, le Quotidien
Notre Voie publiait dans ses colonnes une enquête dont le titre suivant barrait sa une : « Détournement au Conseil général de Tanda : Adjoumani au cœur d’un scandale financier ». Il est signé de Guillaume T. Gbato, aux pages 2 et 3 dudit Quotidien. Les mêmes allégations de détournement y sont mentionnées avec des références très claires sur les marchés (fictifs ou réels ?), les entrepreneurs de complaisance et des violations indéniables des règles élémentaires de gestion des structures publiques décentralisées.

A notre connaissance, cet article de presse n’a jamais fait l’objet de sanction des organes de contrôle et de surveillance des professionnels de la presse ivoirienne. Pas plus que le ministre Adjoumani Kobenan n’a signifié aux juridictions compétentes sa volonté de poursuivre ledit Quotidien.

Depuis cette date, les responsables du Conseil général de Tanda, à défaut d’avoir ...


Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

vendredi, 04 janvier 2013

BONDOUKOU : Des blessés dans une manifestation contre une société d’exploitation minière

bondoukou, société taurian, mines de manganèse, échauffourées, population en colère, cahier des charges, projets non réalisés


Hier jeudi 3 janvier, des heurts ont opposé les populations de Boedem – un village situé à quelques encablures de Bondoukou (après Kouassi-N’Dawa) – avec les agents de Taurian, la multinationale indienne qui exploite les mines de manganèse du Zanzan. Les échauffourées s’expliqueraient par le fait que le cahier des charges dans lequel devait figurer les projets à réaliser au profit des riverains est en attente d’élaboration depuis 5 ans.

Excédées par la longue attente, les populations ont pris "leurs responsabilités". Elles ont bloqué l’accès du site d’exploitation aux employés de la société. Contraignant ainsi Taurian à arrêter ses travaux d’extraction. Ce, jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. « Alors que la société Taurian a un permis d’exploitation délivré par l’Etat de Côte d’Ivoire, le cahier des charges qui devait accompagner l’exploitation du minerai n’est pas encore mis en œuvre. Or, l’entreprise est en activité continue sur nos sites depuis 5 années. C’est pourquoi les populations ont décidé de prendre leurs responsabilités afin d’interpeller l’Etat sur les graves violations de leurs droits », a rappelé Kobenan Kra Michel, porte-parole des 7 villages concernés.

Voulant se rendre coûte que coûte sur leur lieu de travail, 11 employés de nationalité indienne sont séquestrés par des manifestants. Puis brutalisés. Des jets de pierres ont légèrement blessé 3 d’entre eux. Tous ont finalement été exfiltrés par un détachement de gendarmes.

Selon Victor Atta, président de l’ONG Vert universel, « l’extraction minière dans le Zanzan n’est pas suivie d’une étude sérieuse sur l’impact environnemental. Une évaluation de l’Agence nationale de développement de l’environnement (ANDE) s’impose afin de donner de nouvelles directives ». Il faut dire que des ...

Voir la suite de cet article en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mardi, 27 novembre 2012

Visite d’Etat dans le Zanzan : Incident à l’aéroport de Bondoukou

descente-d'avion.jpg
Arrivé à l’aéroport de Bondoukou peu avant midi, ce mardi 27 novembre, l’avion qui transportait le président Alassane Ouattara ne s'est pas immobilisé sans accroc.

Tout avait été prévu, sauf que le tapis rouge dressé au bas de l’échelle découpée pour recevoir le couple présidentiel créerait un incident. En effet, le grand vent provoqué par la rotation des 2 hélices de l’avion a soulevé l’épais tapis. Direction, les pales d’une des hélices. Accident ayant provoqué un bruit assourdissant et un tourbillon de sable qui a enveloppé l’avion.

Grande frayeur. Mais finalement, plus de peur que de mal. Tout est rentré dans l’ordre et le président a pu descendre de l’appareil. La suite s’est passée de commentaires.

Rosemonde Desuza

Crédit photo: presidenceci