topblog Ivoire blogs

mardi, 26 mars 2013

PRESELECTION MISS COTE D’IVOIRE DANS LE GONTOUGO: Dro Fabienne couronnée

présélection miss côte d'ivoire 2013, bondoukou, gontougo, dro fabienne élue, comici


L’édition 2013 des présélections Miss Côte d’Ivoire pour la région de Gontougo a tenu ses promesses. Douze candidates, aussi belles les unes que les autres, étaient en lice samedi dernier. Le public du Marhaba hôtel de Bondoukou n’a pas boudé son plaisir.

A l’issue des 3 heures de compétition, Dro Fabienne (dossard 11) a été désignée Miss Gontougo. Peu avant, Hié Paule Mireille (candidate numéro 5) a été déclarée 1ère dauphine. Elle est précédée de Gnankoi Michael (dossard 1).

Dès son arrivée à Bondoukou, vendredi en fin d’après-midi, le Comité Miss Côte d’Ivoire (COMICI) a donné un coup d’accélérateur à l’organisation de la cérémonie. Il est un peu plus de 19 heures ce même jour quand le COMICI entame son casting en vue de retenir 12 candidates sur 14 inscrites. Deux seront écartées. Pour les 12 retenues, rendez-vous est pris pour le lendemain.

C’est sous le coup de 22 heures, samedi 23 mars, que la cérémonie de présélection a débutée. Au chapitre des allocutions, le maire Kouakou Dapa a salué la mobilisation des populations, avant de situer le sens de la rencontre. « Il s’agit de désigner la reine de la beauté, celle qui représentera la région de Gontougo au plan national », s’est exprimé le 1er magistrat de Bondoukou. Espérant que sa région « montera sur la plus haute marche du podium, au soir de la finale nationale à Abidjan ». Après 6 ans d’absence, le District du Zanzan a renoué avec le concours Miss Côte d’Ivoire. Un fait rappelé par le ministre Adjoumani, parrain de l’évènement.

Lorsque les candidates entamaient le 1er passage en tenue traditionnelle, il est 22 heures 38. Le 2ème passage a été mis à profit par les jurés pour jauger le degré d’instruction et...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les Infos du Zanzan.

lundi, 25 mars 2013

MUNICIPALES A BONDOUKOU : Le candidat du RDR en difficulté

Sur les 17 députés que compte la région de Gontougo, 10 sont élus sous les couleurs du RDR. Une réalité qui fait dire que Bondoukou (la capitale régionale) est devenue le bastion du parti présidentiel. Mais la donne risque de changer aux prochaines Municipales. Le candidat du RDR est en difficulté.

Alliagui Diabagaté défendra les couleurs des "Républicains". Choix judicieux ? Pas si sûr. Dans les rues de Bondoukou, plusieurs personnes promettent de sanctionner, par leurs votes, l’ancien cadre de la SICOGI. Quitte à faire échouer le RDR, parti que monsieur Diabagaté lui-même a fait perdre en 2 000. A l’époque, l’homme est allé en indépendant malgré la désignation de Osseine Dongossi comme candidat officiel du parti. Dans la cité aux 1 000 mosquées, ils sont nombreux à se souvenir de cet épisode. Vécu comme une trahison. D’autant plus que Kouakou Dapa du PDCI a remporté l’élection. « A cause de la dispersion des voix », affirme-t-on.

Alliagui Diabagaté, rattrapé par son passé. Du "pain béni" pour Hiliassou Koné, transfuge du RDR et candidat indépendant. Son nom revient souvent. Il semble avoir conquis les cœurs. Le rayonnement de la commune lui semble cher. Tout est dans son slogan : "Ensemble, construisons notre commune !". Cette construction devant se faire dans la paix, aucun...

Voir la suite en cliquant sur Les Infos du Zanzan.

vendredi, 22 mars 2013

BONDOUKOU : L’anacarde bientôt assurée

anacardium-ethnoplants.jpg


La maison d’assurance Serenity SA veut innover en assurant des produits agricoles. Notamment l’anacarde, dont le District du Zanzan est grand producteur. Des études seraient en cours dans ce sens. L’information a été donnée, le samedi 16 mars, par Kipré Digbeu Maurice, PDG de l’entreprise. Une première pour le monde paysan des régions de Gontougo et du Bounkani. « Pour ceux qui hésitent encore à venir investir chez nous, notre région est fréquentable », a rassuré le maire Kouakou Dapa.

Vu l’importance de la noix de cajou dans l’économie locale, le ministre Adjoumani, parrain de la cérémonie, a plaidé pour son inscription effective au nombre des produits de Serenity SA. « Si vous voulez que votre agence de Bondoukou prospère, vous avez besoin d’ouvrir l’Assurance à l’anacarde. C’est notre café-cacao, notre hévéa. Elle est d’une qualité supérieure qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Prenez-le en compte dans votre plan de travail », a-t-il conseillé.

Bien plus, l’ouverture de l’agence locale de la maison d’assurance est « l’aboutissement de 2 années d’efforts pour répondre au problème d’emploi des jeunes de Bondoukou. Se soigner moins cher et donner un coup d’accélérateur au monde paysan dans la couverture des périls agricoles », a précisé Kabran Jean Albert, représentant de l’entreprise à Bondoukou.

Avec un chiffre d’affaires d’environ 2,3 milliards de FCFA en 2012, Serenity SA veut se....

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

jeudi, 21 mars 2013

BONDOUKOU : Un atelier sur la prévention du VIH/Sida chez les jeunes

vih_sida.jpg
Beaucoup de jeunes gens sont infectés par le VIH/Sida, dans le Zanzan. En vue de trouver des solutions à ce problème, un l’atelier sur la prévention du virus d’immunodéficience humaine s’est tenu à Bondoukou, le mardi 19 mars.

Sous l’égide de l’UNICEF, représenté par docteur Konan Kouamé Jean (chargé de la prévention du VIH/Sida chez les jeunes et adolescents), cet atelier a réuni acteurs du système éducatif et de promotion de la jeunesse du Zanzan. L’organisation onusienne a sensibilisé sur la manière de se prémunir contre le virus responsable du Sida.

Avec un taux de séroprévalence nationale de 4,7 % en 2005, l’épidémie s’est féminisée progressivement. 6,4% de femmes seraient atteintes, contre 2,9 % d’hommes. Les chiffres sont alarmants chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans. 5,4% d’entre eux seraient contaminés par le VIH. Cette réalité s’explique, selon Konan Kouamé Jean, au ratio de 10 jeunes filles pour un garçon. Cependant, « la faible connaissance des moyens de prévention parmi les jeunes, la faible utilisation des préservatifs et la faiblesse des services de prévention et de prise en charge demeurent les principaux facteurs de vulnérabilité », a précisé le médecin. D’où l’urgence de trouver des réponses adéquates au problème.

Toute chose qui donne sens à l’atelier de Bondoukou. Il prendra fin, ce jeudi 21 mars 2013.

Rosemonde Desuza

IMPORTANT: Vous pouvez aussi nous suivre en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mercredi, 20 mars 2013

KOUN-FAO : Un réservoir de danses traditionnelles

Plusieurs danses traditionnelles contribuent au charme culturel du département de Koun-Fao, dans le District du Zanzan. Malheureusement certaines sont aux oubliettes, car peu connues du grand public. Quelques-unes de ces danses.

danses traditionnelles, koun-fao, culture



La danse tout propre, à Kokomian

Tout propre est une danse de réjouissance exécutée par les femmes. Aux sons des trompettes, celles-ci, en 2 rangs, avec au centre une awoulaba (petite reine de la danse), avancent majestueusement à pas lents.

L’okodjo

C’est une danse au clair de lune. En général, elle se déroule après les travaux champêtres, et est dansée par les jeunes filles pubères. Occasion pour celles-ci de chanter les louanges de leurs amoureux. Les filles sont habillées d’un cache-sexe rouge tenu par une ceinture de fines perles enfilées. Les seins sont découverts. Avec une coiffure dite "boule-boule", elles sont maquillées de kaolin appliqué sur une couche à base d’effiandron (sesamum radiatum). En cercle, les jeunes filles se tapent les mains, et une se détache du cercle pour se jeter dans les bras de ses amies. Ces dernières la projettent à nouveau vers le centre. Une chanteuse entonne un nouveau chant que les autres reprennent en chœur.

La danse pom pom

Le pom pom est dansé en l’honneur d’une jeune fille à marier, exemplaire par son éducation. L’orchestration et la danse sont exclusivement le fait des femmes. Les instruments de musique sont une bassine remplie d’eau sur laquelle on dépose une calebasse retournée et des hochets en calebasse. Les femmes dansent en cercle et une chanteuse vante les mérites de la jeune mariée assise sur un siège, habillée et parée.

L’attobo, à Dihibo

L’attobo, à la fois une danse de réjouissance et de funérailles. Les danseurs sont 2 hommes vêtus d’une tunique en toile de jute. Devant l’orchestre, est déposée une statuette de femme allaitant un enfant. C’est le fétiche de la danse. L’un des instruments de musique représente le corps d’une femme avec des seins sur une face et des animaux de l’autre. Le tout, posé sur un porc ou un éléphant. On trouve aussi une ...

Voir la suite en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mardi, 19 mars 2013

ELECTION REGIONALE : Babacauh Koffi Dongo à la conquête des électeurs, dans le Gontougo

Liste-CEI.JPG


Sitôt la liste des candidatures retenues pour les Régionales publiée par la Commission électorale indépendante (CEI), les "heureux élus" s’activent pour apporter la bonne nouvelle à leurs sympathisants, en attendant l’ouverture officielle de la campagne.

Dans la région de Gontougo, la liste Union pour le développement de Gontougo (UDG) ne perd pas le temps. Babacauh Koffi Dongo et son équipe sont sur le terrain en vue d’échanger avec les populations. Ses adversaires auraient fait circuler des rumeurs selon lesquelles il ne serait plus dans la course. « Faux », répond le concerné. L’ex-directeur de la CIDT et ancien PCA de la Palmindustrie est bel et bien dans la compétition.

UDG.jpg



Les 43 conseillers et l’Etat-major du candidat sont à pied d’œuvre en vue de renforcer les liens avec les populations des 5 départements de la région. L’équipe de Babacauh Koffi sillonne les départements de Koun-Fao, Tanda, Transua-Assuefry, Sandégué et Bondoukou. Le candidat qui dit être le "prototype" de l’agent de développement semble tomber à pic. Car le Gontougo est une des régions les plus pauvres du pays. Ses habitants ont soif de développement.

Babacauh Koffi Dongo est candidat indépendant. Sa liste regroupe toutes les sensibilités politiques. S’y retrouvent aussi des personnes de la société civile.

Ossène Ouattara