topblog Ivoire blogs

mardi, 12 mars 2013

BONDOUKOU : Rencontre avec des femmes sur une mine de manganèse

mines de manganèse, bondoukou, femmes exploitées, société taurian


En 2008, plus de 200 femmes travaillaient dans les mines de manganèse de la société Taurian, à Bondoukou. Agées entre 21 et 50 ans, certaines ont dénoncé leurs conditions précaires de travail. D’après elles, le respect de leurs droits est le dernier souci de l’entreprise indienne.

Comme preuve de la "maltraitance" dont elles seraient victimes, le licenciement "abusif" de 111 employées. Renvoyées sans préavis. Aucune mesure d’accompagnement. Après 6 mois sur la touche, ce sont des âmes affligées qui espèrent toujours un hypothétique dédommagement. Convoquée par l’Inspection du travail afin de les rétablir dans leurs droits, Taurian a promis les réengager. Promesse non tenue.

Les travailleuses, 162 aujourd’hui, donnent leur peine dans les mines de manganèse sans contrat valable. Elles sont à la merci de la canicule pour 24 000 F CFA par quinzaine. « Nous sommes exposées au soleil, sans gangs ni bottes. Pas de ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

lundi, 11 mars 2013

TANDA : Des décès en cascade à l’approche des élections locales

tanda, mort en cascade, élections locales, politique
Le scénario est le même à Tanda : à la veille de chaque élection locale, des morts en cascade de certaines personnes désireuses de briguer des postes. Erigée en commune en 1985, la ville est administrée depuis par Yao Kouman Moïse, conseiller technique au ministère de l’Economie, et président du conseil d’administration (PCA) de la Caisse d’épargne de Côte d’Ivoire.

L’ouverture du "bal" a commencé avec Kouadio Kouman Emile du village de Bokoré. Cet ancien cadre au ministère du Commerce voulait briguer le poste de député de la circonscription de Tanda, en 1995. Depuis son échec aux Primaires (une mise en scène) du PDCI, l’homme n’a jamais plus retrouvé sa santé. Un mal pernicieux l’a finalement emporté.

Récemment, Kouadio Dongo, un des adjoints au maire, a commis l’"erreur" en affichant "prématurément" sa volonté de diriger la commune. La suite fut tragique : le natif de Téhui est abattu à son domicile par des inconnus. Certains ont conclu hâtivement à un braquage qui se serait mal tourné. Vrai ou faux ? Jusqu’à ce jour, personne ne connaît les résultats de l’enquête qui avait été ouverte pour faire la lumière sur le drame.

Le hasard existe, peut-être. Mais les différentes coïncidences établissent toujours un rapport avec les élections. Un autre décès aussi inattendu que celui du tribun Kouadja Koffi, ancien parlementaire et un des vice-présidents du Conseil général. Sa mort est intervenue à Bondoukou, où il prenait part à une réunion préparatoire de la visite d’Etat dans le Zanzan.

De quoi est mort le doyen ? Personne ne sait. Toutefois, c’est un...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

vendredi, 08 mars 2013

BONDOUKOU : Bientôt, la mise en valeur des parcelles rizicoles

riziculture, lutte contre la pauvreté, côte d'Ivoire, bondoukou, bouna


1,7million de tonnes de riz : voilà ce dont aura besoin la Côte d’Ivoire, cette année, pour nourrir sa population. Problème, il faudra importer plus de la moitié. Pourtant, ce ne sont pas les surfaces rizicoles qui manquent.

Dans le District du Zanzan, la mise en valeur des parcelles abandonnées constitue la priorité du gouvernement. Cela, grâce au Projet de réhabilitation agricole et de la réduction de la pauvreté (PRAREP) dans la région du Bounkani, et le Projet d’appui à la production agricole et à la commercialisation (PROPACOM). Outre le gouvernement, le FIDA et la Banque africaine de développement (BAD) apporteront leur appui financier. Conçus pour une durée de 6 ans, « ces projets vont prendre en compte 300 groupements coopératifs ou associations de femmes, de jeunes, à travers le financement de leurs projets de culture de riz, du manioc, de maïs, d’ignames et autres, de cultures maraîchères et de petites unités de transformation de produits agricoles. Cela, à travers la distribution gratuite de semences et de matériels agricoles. 120 motoculteurs sont prévus dans le cadre de ces projets », a révélé Kouassi Koffi Edmond, superviseur général des projets.

Une opportunité que les paysans de la sous-préfecture de Bondoukou entendent s’approprier afin de sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Grâce à l’appui et à l’encadrement de la Compagnie agricole de Bondoukou (COBA) – une entreprise locale –, l’ensemble du riz produit sera acheté. Puis transformé sur place. Il sera vendu sur le marché national, avec le label "riz de Bondoukou". « Votre production ne restera pas dans vos mains. Une unité de transformation d’une capacité de 1,5 tonne/heure sortira de terre, avant la fin de l’année. Suivra celle de 5,5 tonnes/heure », a promis Ouattara Issoufou, PDG d’une société.
Avec une production de 6 tonnes à l’hectare en ce moment, « l’objectif est d’atteindre au moins 13 tonnes, à l’exemple de l’Espagne », a souhaité monsieur Issoufou. C’était hier jeudi 7 mars, au bureau de Zoué Sépan Vincent, sous-préfet de Bondoukou.

Rosemonde Desuza

jeudi, 07 mars 2013

Régionales à Bondoukou : « J’ai le remède pour sauver le Gontougo », affirme Babacauh Koffi Dongo

BABACAUH-KOFFI.jpg


Babacauh Koffi Dongo, candidat indépendant aux Régionales du 21 avril prochain, a déposé son dossier, le mardi 5 mars, à la Commission électorale indépendante (CEI). C’est sous le coup de 9 h que l’ingénieur agronome, accompagné de certains membres de son équipe, est arrivé dans les locaux de l’institution.

Après dépôt, un récépissé lui a été remis. Babacauh Koffi Dongo est donc officiellement candidat au poste de président du futur Conseil régional de Gontougo. Il conduit la liste dénommée Union pour le développement de Gontougo (UDG). Son logo, tout aussi réconciliateur que rassembleur. En effet, 2 personnes se serrant les mains.

Interrogé sur ses sentiments après le dépôt de sa candidature, l’ancien professeur de l’Institut national polytechnique de Yamoussoukro n’a pas manqué d’exprimer sa joie. « C’est un sentiment de soulagement qui m’anime. Un sentiment d’engagement et de haute responsabilité. J’ai longtemps servi loyalement et efficacement mon pays à divers niveau de responsabilité. J’ai maintenant décidé de me consacrer pleinement à ma région. J’ai les capacités physiques, intellectuelles, morales et l’expérience nécessaire à cet effet. La seule chose que je demande, c’est la confiance de tous mes frères et sœurs de Gontougo. Je les rassure que j’ai le remède pour sauver notre région », a-t-il répondu. C’est un homme serein qui attend ses concurrents.

Ossène Ouattara

mercredi, 06 mars 2013

TANDA : Installation d’un comité de suivi pour l’exploitation forestière

Le-prefet Andjou-Koua.JPG


Un comité départemental de suivi de l’exploitation forestière a été mis en place, le mercredi 27 février dernier, à la mairie de Tanda. Représentants de l’administration territoriale, élus, responsables des Eaux et Forêts, concessionnaires de périmètres forestiers et représentants des populations composent ce comité.

Le préfet Andjou Koua, initiateur de la structure, en a donné le sens. C’est un cadre privilégié de concertation et de veille pour une exploitation efficiente des forêts. Elle a été mise en place pour régler les différends qui sont monnaie courante dans le milieu. En clair, il s’agit pour l’administrateur de combler un vide dans sa localité, afin d’inscrire celle-ci dans la voie légale de règlement des conflits. Ce, conformément à la décision N° 65 du 29 mars 1995 pris par l’Etat pour encadrer l’activité forestière.
Plusieurs objectifs sont assignés au comité. Au nombre desquels le suivi de l’exécution du cahier des charges des concessionnaires relatif à l’exploitation des périmètres accordés par le ministre des Eaux et Forêts, le premier recours "amiable" en cas de conflit entre les parties (concessionnaires et populations), la prise de décisions nécessaires à l’établissement ou au maintien d’un climat de concorde entre les acteurs du monde rural.

Avec pour thème "Exploitation forestière en Côte d’Ivoire", la conférence animée par...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mardi, 05 mars 2013

BONDOUKOU : Des femmes bénéficiaires d’un fonds d’appui formées

lutte contre la pauvreté, dominique ouattara, fafci, fonds d'appui aux femmes, bondoukou, femmes formées


"L’initiation à la gestion des microprojets". Ce thème était au centre de la formation reçue par 100 femmes du département de Bondoukou. Elles sont les premières bénéficiaires du Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI).

Animée par Ouattara Minikotien, coordonnateur national UNACOOPEC-CI du FAFCI, la formation s’est déroulée du 23 au 24 février, à la mairie de la ville aux 1 000 mosquées. Cette première vague de bénéficiaires est issue de 7 associations féminines. Pendant 2 jours, les participants ont travaillé en commissions autour de sous-thèmes. Au nombre desquels le budget familial, la gestion saine d’une activité lucrative, l’organisation, le fonctionnement d’une coopérative.

La formation a été sanctionnée par la remise de certificats. Satisfaites, les bénéficiaires, par la voix de Palé Emilienne, ont exprimé leur gratitude à la Première dame. Elles ont surtout pris l’engagement de mettre tout en œuvre pour respecter les engagements pris. Ouattara Minikotien s’est dit confiant. « Après ces 2 jours de formation, ces femmes ont les armes nécessaires pour bien gérer les fonds qui seront mis à leur disposition », espère-t-il. Et de rassurer qu’après cette étape, chacune entrera en possession du prêt sollicité. C’est-à-dire en 30 000 et 500 000 f CFA. « Vous devez faire en sorte que la chaîne de solidarité ne soit pas rompue. Afin que, rapidement, la deuxième vague de bénéficiaires puisse recevoir des fonds ! », a-t-il recommandé.

Ange Kouman

Source : Fraternité Matin de samedi 2 et dimanche 3 mars 2013.