topblog Ivoire blogs

vendredi, 04 janvier 2013

BONDOUKOU : Des blessés dans une manifestation contre une société d’exploitation minière

bondoukou, société taurian, mines de manganèse, échauffourées, population en colère, cahier des charges, projets non réalisés


Hier jeudi 3 janvier, des heurts ont opposé les populations de Boedem – un village situé à quelques encablures de Bondoukou (après Kouassi-N’Dawa) – avec les agents de Taurian, la multinationale indienne qui exploite les mines de manganèse du Zanzan. Les échauffourées s’expliqueraient par le fait que le cahier des charges dans lequel devait figurer les projets à réaliser au profit des riverains est en attente d’élaboration depuis 5 ans.

Excédées par la longue attente, les populations ont pris "leurs responsabilités". Elles ont bloqué l’accès du site d’exploitation aux employés de la société. Contraignant ainsi Taurian à arrêter ses travaux d’extraction. Ce, jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. « Alors que la société Taurian a un permis d’exploitation délivré par l’Etat de Côte d’Ivoire, le cahier des charges qui devait accompagner l’exploitation du minerai n’est pas encore mis en œuvre. Or, l’entreprise est en activité continue sur nos sites depuis 5 années. C’est pourquoi les populations ont décidé de prendre leurs responsabilités afin d’interpeller l’Etat sur les graves violations de leurs droits », a rappelé Kobenan Kra Michel, porte-parole des 7 villages concernés.

Voulant se rendre coûte que coûte sur leur lieu de travail, 11 employés de nationalité indienne sont séquestrés par des manifestants. Puis brutalisés. Des jets de pierres ont légèrement blessé 3 d’entre eux. Tous ont finalement été exfiltrés par un détachement de gendarmes.

Selon Victor Atta, président de l’ONG Vert universel, « l’extraction minière dans le Zanzan n’est pas suivie d’une étude sérieuse sur l’impact environnemental. Une évaluation de l’Agence nationale de développement de l’environnement (ANDE) s’impose afin de donner de nouvelles directives ». Il faut dire que des ...

Voir la suite de cet article en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

lundi, 24 décembre 2012

Echauffourées de Bondoukou : « Beaucoup de morts évités dans le Gontougo », selon Kouakou Yéboua Alexandre

Kouakou Yéboua Alexandre de Taoudi, président du collectif des secrétaires généraux de sections PDCI du département de Bondoukou, se prononce sur le choix du ministre Kouassi Adjoumani pour conduire la liste PDCI à l’élection du Conseil régional du Gontougo.

Qu’est-ce qui s’est passé à Bondoukou, le dimanche 16 novembre dernier ?

Les secrétaires généraux de sections ont été invités à participer, le dimanche 16 novembre, à la maison du PDCI de Bondoukou, à une assemblée générale pour choisir le candidat dudit parti à l’élection du Conseil régional du Gontougo. Les secrétaires de sections étaient là-bas, lorsque des jeunes surexcités sont venus les menacer avant de les disperser. Vu l’insécurité dans le lieu, le doyen des délégués PDCI du Gontougo, Koffi Comoé, a décidé que la réunion ne pouvait pas se tenir dans cet endroit. Raison pour laquelle nous sommes allés à la résidence du délégué Honoré Kossonou. Sur les 9 délégués départementaux et communaux que compte la région du Gontougo, 8 étaient présents. Ainsi que tous les secrétaires généraux de sections venus de tous les villages. Le doyen Koffi Comoé a présenté à l’assemblée les 2 candidatures qu’il a reçues. Celles du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani et du délégué Kossonou Honoré. Celui-ci a désisté au profit du ministre. Par cet acte, il souhaite, selon lui, l’unité des militants du PDCI. Mieux, éviter à nouveau les erreurs du passé dont les conséquences ont été désastreuses pour le parti, en 2000. Séance tenante, il a estimé que le ministre Adjoumani est le candidat qui peut faire triompher le PDCI à ces élections. Un seul délégué était absent. Il s’agit de Babacauh Koffi Dongo. Tous ont choisi le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani pour être le candidat officiel du PDCI à l’élection du Conseil régional du Gontougo.

Les militants du PDCI étaient à la maison du parti lorsque des manifestants sont venus les disperser. Connaissez-vous d’où ils sont venus ?

Je n’ai pas eu accès à la salle. Ils m’ont empêché lorsque je suis arrivé. J’ai 2 secrétaires de sections qui étaient dans la salle. Nous ne savons pas qui les a envoyés. Seulement, ils disaient « on veut Babacauh, on veut Babacauh ».

Vous êtes de la délégation de Babacauh, absent à la rencontre. Pourquoi avez-vous porté, tout comme les autres secrétaires généraux de sections, votre choix sur le candidat Kobenan Kouassi Adjoumani ?

Nous avons choisi le ministre Adjoumani parce que nous pensons que c’est le cheval sûr sur lequel nous pouvons compter et remporter ces élections. Tout le monde sait ce qu’il fait pour le développement de la région du Gontougo et pour le rayonnement du PDCI. Tous étaient d’accord pour le choix de sa candidature. Même son adversaire a désisté pour lui.

Vous êtes secrétaire de section de la délégation du professeur Babacauh. Connaissez-vous les raisons pour lesquelles il n’a pas déposé son dossier de candidature ?

Cela fait 3 ou 4 ans qu’il est venu me solliciter pour le soutenir. On ne parlait pas encore de Conseil régional, mais de Conseil général. Je lui ai signifié que je suis avec le jeune Honoré Kossonou, qui a été le candidat malheureux lors des Conseils généraux à Bondoukou, à cause de notre désunion. Donc, je ne pouvais pas le soutenir. Depuis ce jour, il ne m’appelle plus à ses rencontres. Je ne sais pas pourquoi il n’a pas déposé son dossier de candidature.

Est-il informé que la réunion devait se tenir, ce jour-là, pour choisir le candidat qui représentera le PDCI à l’élection régional dans le Gontougo ?

...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.