topblog Ivoire blogs

jeudi, 28 mars 2013

ELECTION REGIONALE A BONDOUKOU : Candidature RHDP, mais rien n’est gagné pour le ministre Adjoumani

ministre adjoumani, manque de sérénité, candidat rhdp, élection régionale, bondoukou


« Faites en sorte que nos voix ne soient pas dispersées. Parce que les présidents Alassane et Bédié ont aussi besoin de savoir si leur choix est également celui des populations », a supplié, samedi dernier, le ministre Adjoumani. C’est à l’occasion de la présentation officielle de l’équipe du RHDP pour les Régionales du 21 avril, dans le Gontougo.

Désigné tête de liste, le ministre-candidat a eu du mal à mettre en place son équipe. Et pour cause. Pour 43 places de conseillers, Kouassi Adjoumani s’est retrouvé avec 120 dossiers dans la main. Après de multiples acrobaties, chaque parti politique membre du RHDP est représenté dans le staff. Ils sont 24 conseillers issus du PDCI, parti du candidat. Le RDR y figure avec 11. Le MFA a 5 conseillers. Le FPI se contente d’un seul. La société civile est représentée dans l’équipe avec 2. Pour aller à l’assaut du futur Conseil régional, l’ossature du commando RHDP se présente comme suit : 7 femmes et 36 hommes.

Le ministre Adjoumani joue la carte de sa survie politique à cette élection. Un hypothétique mot d’ordre de la section locale du FPI à voter pour tel ou tel candidat sera décisif pour départager Babacauh Koffi Dongo et le député de Tanda. Même si celui-ci semble bénéficié du soutien des chefs traditionnels, selon Dua Kobenan, chef de la province Foumassa. En dépit des assurances des différents porte-paroles des jeunes, femmes, partis politiques composant le RHDP, FPI et société civile, Kobenan Kouassi Adjoumani ne respire pas la sérénité. Le "solitaire" Babacauh a de l’envergure. Il a de l’audience et jouit d’une popularité incontestable auprès des populations. Le ministre le sait. « Nous avons tendu la main à notre frère qui a décidé d’aller en indépendant dans ce combat, malgré le fait que sur 9 délégués du PDCI, j’ai été choisi par 8. Qu’il décide d’aller en indépendant, cela nous fait mal. Il ne faut pas que nous perdions vos voix en allant choisir ailleurs que celui que le président de la République a choisi. Je vous fais confiance et je sais que vous allez nous soutenir », a conseillé monsieur Adjoumani. Qui reconnaît la....

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mardi, 19 mars 2013

ELECTION REGIONALE : Babacauh Koffi Dongo à la conquête des électeurs, dans le Gontougo

Liste-CEI.JPG


Sitôt la liste des candidatures retenues pour les Régionales publiée par la Commission électorale indépendante (CEI), les "heureux élus" s’activent pour apporter la bonne nouvelle à leurs sympathisants, en attendant l’ouverture officielle de la campagne.

Dans la région de Gontougo, la liste Union pour le développement de Gontougo (UDG) ne perd pas le temps. Babacauh Koffi Dongo et son équipe sont sur le terrain en vue d’échanger avec les populations. Ses adversaires auraient fait circuler des rumeurs selon lesquelles il ne serait plus dans la course. « Faux », répond le concerné. L’ex-directeur de la CIDT et ancien PCA de la Palmindustrie est bel et bien dans la compétition.

UDG.jpg



Les 43 conseillers et l’Etat-major du candidat sont à pied d’œuvre en vue de renforcer les liens avec les populations des 5 départements de la région. L’équipe de Babacauh Koffi sillonne les départements de Koun-Fao, Tanda, Transua-Assuefry, Sandégué et Bondoukou. Le candidat qui dit être le "prototype" de l’agent de développement semble tomber à pic. Car le Gontougo est une des régions les plus pauvres du pays. Ses habitants ont soif de développement.

Babacauh Koffi Dongo est candidat indépendant. Sa liste regroupe toutes les sensibilités politiques. S’y retrouvent aussi des personnes de la société civile.

Ossène Ouattara

REGIONALES DANS LE GONTOUGO : « Notre choix s’est porté sur notre petit-fils Adjoumani », selon le chef de la province Angobia

Le 21 avril prochain, les électeurs se rendront aux urnes pour choisir les présidents des Conseils régionaux. Le dimanche 10 mars, à Siasso (département de Tanda), Nanan Kouakou Adjoumani, chef de la province Angobia, a levé un coin de voile sur le choix des "têtes couronnées" de la région. Entretien.
Nanan Kouakou Adjoumani (Chef de la province Angobia) .JPG

Nanan, pouvez-vous nous présenter la province que vous dirigez ?

Je suis Nanan Kouakou Adjoumani, chef de la province Angobia. C’est l’une des 4 provinces sur lesquelles est assis le royaume abron. Ce sont le Foumassa, l’Akidom et le Pinango. La mienne est commandée par le fils du roi des Abron. C’est une succession patrilinéaire.

Est-ce que votre province a été épargnée par la crise postélectorale ?

Grâce à nos sacrifices et aux mânes des ancêtres, la province n’a pas connu de graves soubresauts pendant la crise. Elle a certes vécu quelques convulsions. Je les lie à la nouvelle mentalité de nos jeunes.

Avez-vous observé un changement dans votre province après la visite du président Alassane Ouattara dans le Zanzan, en novembre 2012 ?

Le Zanzan est honoré d’avoir été la 2ème région du pays à être visitée par le président de la République. Cela s’est traduit par l’accueil enthousiaste qui lui a été réservé par les populations. Nous récoltons déjà les fruits de cette visite. Les routes sont en réfection dans ma province. De Tangamourou jusqu’à Donvagne (dans la sous-préfecture de Bondo, NDLR), de Tanda à Sandegué .... Je suis certain que d’autres...

Voir la suite de cette interview en cliquant sur Les infos du Zanzan.

jeudi, 07 mars 2013

Régionales à Bondoukou : « J’ai le remède pour sauver le Gontougo », affirme Babacauh Koffi Dongo

BABACAUH-KOFFI.jpg


Babacauh Koffi Dongo, candidat indépendant aux Régionales du 21 avril prochain, a déposé son dossier, le mardi 5 mars, à la Commission électorale indépendante (CEI). C’est sous le coup de 9 h que l’ingénieur agronome, accompagné de certains membres de son équipe, est arrivé dans les locaux de l’institution.

Après dépôt, un récépissé lui a été remis. Babacauh Koffi Dongo est donc officiellement candidat au poste de président du futur Conseil régional de Gontougo. Il conduit la liste dénommée Union pour le développement de Gontougo (UDG). Son logo, tout aussi réconciliateur que rassembleur. En effet, 2 personnes se serrant les mains.

Interrogé sur ses sentiments après le dépôt de sa candidature, l’ancien professeur de l’Institut national polytechnique de Yamoussoukro n’a pas manqué d’exprimer sa joie. « C’est un sentiment de soulagement qui m’anime. Un sentiment d’engagement et de haute responsabilité. J’ai longtemps servi loyalement et efficacement mon pays à divers niveau de responsabilité. J’ai maintenant décidé de me consacrer pleinement à ma région. J’ai les capacités physiques, intellectuelles, morales et l’expérience nécessaire à cet effet. La seule chose que je demande, c’est la confiance de tous mes frères et sœurs de Gontougo. Je les rassure que j’ai le remède pour sauver notre région », a-t-il répondu. C’est un homme serein qui attend ses concurrents.

Ossène Ouattara

lundi, 04 mars 2013

BOUNA : Des manœuvres pour écarter Palé Olo Sib de la course aux Régionales ?

palé olo sib, hien philippe, rdr, candidats, revirement, élection régionale, bouna, bounkani


Vendredi dernier, à Bouna, une rumeur a fait état de ce que Hien Philippe serait la nouvelle tête de liste du RDR pour les élections régionales dans le Bounkani, en remplacement de Palé Olo Sib.

L’information proviendrait d’une indiscrétion, suite à des entrevues entre le secrétaire général du RDR (Amadou Soumahoro) et certains cadres de Bouna, dans la soirée de jeudi 28 février. Hien Philippe, ex-challengeur du ministre Kaba Nialé aux dernières législatives, aurait été choisi au détriment des 2 principaux rivaux au sein du même parti. Notamment Palé Olo Sib (dont la candidature a pourtant été officiellement annoncée aux populations), et Loukimane Camara qui espérait encore que le RDR porterait son choix sur lui.

Selon Ouattara Abou, porte-parole de Palé Olo Sib, « aucune information officielle n’a abrogé la décision de la direction du RDR, qui a désigné le Colonel Olo son candidat dans le Bounkani. C’est une information qui n’est pas fiable ». Idem pour Oumar Camara, collaborateur de Loukimane Camara, pour qui l’information n’est pas encore officielle. Il reconnaît tout de même que le directeur de la SICOGI « a été joint par le secrétaire général du RDR pour avoir son avis sur le choix de Hien Philippe comme nouvelle tête de liste. Monsieur Loukimane n’a pas encore donné sa réponse ».

On peut aisément le deviner : les choses ne sont pas simples pour Amadou Soumahoro. A quelques jours de la date de clôture des dépôts de candidatures pour les échéances locales du 21 avril prochain, le suspens reste entier.

Ange Kouman

Source : L’inter du samedi 2 et dimanche 3 mars 2013.

mardi, 26 février 2013

Régionales dans le Bounkani : Des associations de jeunes apportent leur soutien à Palé Olo Sib

palé olo sib, élection régionale, bounkani, soutien, jeunes, candidat du rdr, cohésion sociale, échanges


La salle des mariages de la mairie de Treichville a refusé du monde, dimanche 24 février. Ils sont nombreux les jeunes du Bounkani venus échanger avec le Colonel Palé Olo Sib, directeur des Moyens généraux des douanes, et candidat du RDR aux Régionales. Celui-ci avait à ses côtés Sidiki Cissé, directeur général de l’ANADER, Sié Hien (Kalamon Sié), et le jeune Hien Tontoli Ange-Patrick.

La rencontre a tenu ses promesses. Les discussions ont été franches. Des difficultés des jeunes à trouver du travail, à ce que le candidat Olo Sib compte apporter au Bounkani une fois élu, en passant par la place des femmes. Tous les sujets ont été abordés.

Avant les échanges, le candidat du RDR a abordé certains sujets qui touchent à sa région. Entre autres, le phénomène des feux de brousse à chaque saison sèche, le reboisement, l’exode des filles vers Abidjan…

palé olo sib,élection régionale,bounkani,soutien,jeunes,candidat du rdr,cohésion sociale,échanges



Parlant du choix de sa personne par le RDR pour les Régionales, Palé Olo Sib a dit que le critère ethnique n’a rien à voir. En clair, il n’a pas été choisi parce qu’il est Lobi. A preuve, « dans cette salle, il y a toutes les ethnies du Bounkani », a-t-il révélé. Et de lancer un appel à tourner le dos aux particularismes ethniques. Car c’est « un facteur négligeable. C’est un piège ». Pour lui, si certains sont mécontents, c’est parce qu’ils estiment que le candidat devrait être issu de leur communauté. Mais le parti, fait savoir le Colonel, a plutôt mis l’accent sur la personne capable de le faire gagner. « Après enquête sur le terrain, il ressort que c’est moi qui peut lui garantir la victoire ». Olo Sib a promis "renforcer" la cohésion sociale. Déjà, « entre Loukimane et moi, il n’y a pas de problème. Nous nous sommes compris », a-t-il affirmé.

Quant au combat contre la pauvreté, l’ancien directeur de ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.