topblog Ivoire blogs

vendredi, 01 février 2013

BOUNA : Faut-il s’attendre au pire ?

élections régionales, bouna, bounkani, tikoro ouattara, palé dimaté, camara loukimane, rdr, pdci, conflit ethnique, candidats
Tikoro Ouattara, président intérimaire du Conseil général, ne comprend pas pourquoi le PDCI ne l’a pas choisi pour porter ses couleurs aux prochaines Régionales. « Au moment des labours, tu disparais. Quand vient la récolte, c’est là que tu apparais. Ainsi va la vie. Pour le peu de temps passé à la tête de ce Conseil général, je pars satisfait. Mon bilan est positif dans l’ensemble. Et ce n’est pas le peuple du Bounkani qui dira le contraire, au regard des encouragements et félicitations que je reçois de sa part », nous a-t-il confié au téléphone. En effet, Palé Dimaté, considéré comme "Judas" pour avoir flirté avec Laurent Gbagbo, a été préféré pour conduire le PDCI à l’élection du Conseil régional.

Ce choix serait-il motivé par des raisons ethniques ? Oui, « parce qu’il est Lobi. Les Lobi sont majoritaires dans le Bounkani. Ce motif révoltant a amené les 5 délégués de la région à s’interroger sur la valeur d’une sanction au PDCI. Ils ont même adressé une correspondance à la direction du parti pour dénoncer cet état de fait, et appelé à ne pas soutenir Palé Dimaté », selon un responsable du parti sexagénaire.

Même problème au RDR. Cette formation politique a mis du temps pour se choisir un candidat. « Camara Loukimane, candidat pressenti du RDR, a dû diluer son vin au profit de Palé Ollo Sib pour les mêmes motifs. Du coup, le RHDP qui était pressenti, avec Palé Dimaté comme tête de liste, vole en éclats sous la pression des cadres du RDR. Ceux-ci ne sont pas de l’ethnie lobi », d’après notre source. Dans cette grisaille, une liste indépendante composée essentiellement de Malinké, Koulango et autres, se profile à l’horizon. Elle vient comme pour apporter un démenti aux affirmations de certains hommes politiques. Selon lesquelles le Bounkani est dominé par les Lobi.

Le débat sur les élections locales dans le Bounkani est en train de devenir malsain. Il glisse dangereusement sur ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

samedi, 01 septembre 2012

Le ministre Kouassi Adjoumani, candidat aux régionales à Bondoukou ?

Du vendredi 24 au dimanche 26 août, Kobenan Kouassi Adjoumani (ministre des Ressources animales et halieutiques), était en tournée dans le Gontougo, sa région d’origine. A l’étape de Dovangne (village de la sous-préfecture de Bondo), samedi 25, il a parrainé une cérémonie de célébration du député Ouattara Siaka du Mouvement des forces d’avenir (MFA).

bondoukou, ministre kobenan kouassi adjoumani, élections régionales, côte d'ivoire, yaya ouattara,


Pour les organisateurs, le choix du parrain n’est pas fortuit. S’ils se sont portés sur Kouassi Adjoumani, c’est en raison des bonnes et nombreuses actions posées par ce dernier. Pour marquer leur gratitude à son égard, pas moins de 70 chefs ont demandé au député de Tanda, séance tenante, d’être leur candidat aux prochaines régionales. « Pour vos nombreuses actions en faveur des populations, nous vous demandons d’être notre candidat aux prochaines élections régionales », a laissé entendre leur porte-parole. Abondant dans le même sens, l’honorable Ouattara Siaka a appelé aux militants du MFA de voter pour le ministre.

Prenant acte de la demande, l’ancien professeur de français dit s’en remettre au choix final de son parti. Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Dans la ville de Tanda, dimanche, des patriarches venus d’autres villages lui ont réitéré la proposition.

Tout comme l’armada de cadres ayant accompagné Koffi Dongo Babacauh (en tournée dans la région aux mêmes dates, et pour la même cause), il y a eu du beau monde derrière le député-ministre. Dix élus l’ont accompagné. Mais le professeur Babacauh peut s’enorgueillir de son soutien de taille : Yaya Ouattara, ancien ministre d’Houphouët-Boigny, et vice-président du parti de Kouassi Adjoumani.

Vers une crise au sein de la section PDCI de Bondoukou ?

La prise de position du doyen des cadres du Zanzan en faveur de l’ingénieur agronome fait des mécontents dans la famille politique. A commencer par monsieur Adjoumani lui-même. « Je ne sais pas quels sont ces cadres. A Donvagne, j’étais avec 8 députés qui ont une légitimité », affirme-t-il. Poursuivant que toute action de développement en faveur de la région doit être pensée par tous.

Autre saut d’humeur contre Yaya Ouattara, qui "n’aime pas la pagaille" : celui d’Honoré Kobenan Kossonou, un des délégués PDCI de la ville. Lui aussi candidat aux régionales. Dans un point de presse, mercredi 29 août, il a appelé ses "aînés" à ne pas fouler aux pieds la procédure arrêtée par le vieux parti pour le choix des candidats aux élections. « Nous aurions souhaité que le vice-président du PDCI observe la procédure mise en œuvre par la direction du parti. A savoir une période d’ouverture des candidatures. Ensuite, une autre période de négociation avec les directeurs départementaux pour trouver un consensus », a-t-il rappelé.

Tirant les leçons de son échec à la présidence du conseil général en 2002, Kobenan Kossonou invite à l’union de ses "frères".

Ossène Ouattara

jeudi, 30 août 2012

Prochaines régionales : Dongo Babacauh ratisse large dans le Gontougo

Qui veut voyager loin ménage sa monture, dit-on. Dans la perspective des élections régionales, Koffi Dongo Babacauh vient de bénéficier, pour sa candidature, du soutien des autorités coutumières, religieuses, de planteurs et de certains cadres de la région de Gontougo (Bondoukou). L’ancien professeur de biosciences a mis les bouchées doubles.

koffi dongo babacauh,élections régionales,région du gontougo,bini yao pété,ecodaiz,mutaza,côte d'ivoire,zanzan,candidat


A la tête d’une délégation des fils de la région, dénommée Groupe des cadres pour la solidarité et le progrès du Gontougo (GCSPG), le candidat aux futures régionales a conduit, du 24 au 26 août, une mission auprès des populations. A l’étape de la ville de Bondoukou, comme partout où il est passé, Dongo Babacauh a tenu le même langage : « L’union, le rassemblement de tous les peuples de Gontougo est pour moi un principe de base. Ensuite le développement de la région ».

Au cours de la séance d’information, samedi 25 août, à la Chambre de commerce et d’industrie de Bondoukou, l’ancien professeur d'agronomie a rallié à sa cause les membres de la grande coopérative agricole de la région. Et c’est Bini Yao Pété, président de la Mutuelle technique agricole du Zanzan (MUTAZA), qui a exprimé l’adhésion des paysans aux idéaux défendus par le natif de Sapia. Monsieur Bini n’a pas tari d’éloges à l’endroit de l’ingénieur agronome. « Grâce à Babacauh et Hiliassou Koné (conseiller de Soro Guillaume, NDLR), les producteurs d’anacarde du Gontougo ont acquis 2 camions de ramassage. Et ont pu vendre 500 tonnes à prix raisonnable ».

koffi dongo babacauh,élections régionales,région du gontougo,bini yao pété,ecodaiz,mutaza,côte d'ivoire,zanzan,candidat



Entreprise coopérative pour le développement de l’agro-industrie du Zanzan (ECODAIZ), autre structure paysanne, a reconnu les efforts du haut cadre pour le développement économique et social de la zone. Kobenan Yao Signo, le président du conseil d’administration (PCA), a invité à l’union autour de la candidature du vieux professeur.

koffi dongo babacauh,élections régionales,région du gontougo,bini yao pété,ecodaiz,mutaza,côte d'ivoire,zanzan,candidat


Dimanche 26 août, il a obtenu un soutien de taille. Celui de Yaya Ouattara (doyen des cadres), ancien ministre d’Houphouët-Boigny et vice-président du PDCI-RDA. « Je suis avec vous. Je tiens à réaffirmer toute mon estime à l’endroit du professeur Babacauh, pour avoir fédérer tant de cadres autour de lui pour les régionales. Nous avons un seul candidat dans le Gontougo : C’est Babacauh », a-t-il fait savoir.

Des chefs coutumiers ne sont pas en reste. Dongo Babacauh a reçu l’appui de Nanan Adou Bibi II, chef de la province du Pinango. Ainsi que celui de Nanan Fiéni II, reine-mère. Autour de qui environ 1 500 femmes.

Idem pour l’Iman de la grande mosquée de Bondoukou. Tout comme l’appui des jeunes de la ville ne lui a pas fait défaut.

Pour rappel, le professeur Koffi Dongo Babacauh est ingénieur agronome de formation. L’igname "florido", un des fruits de ses recherches. Ex-directeur de la Compagnie ivoirienne pour le développement textile (CIDT). PCA de Palmafrique…

Coordonnateur des mouvements de défense des droits des populations de la région de Bondoukou depuis août 2008, il se dresse contre Taurian, entreprise indienne exploitant le manganèse du Zanzan. Grâce à lui, la chambre administrative de la Cour suprême a annulé, mars 2012, L’arrêté n° 002/MME/OM du 12 février 2008 du ministère des Mines et de l’Energie portant extension du permis de recherche minière 202 accordé à la société Taurian.

L’engouement des populations à soutenir sa candidature aux prochaines régionales s’explique, sans doute, par ses actes à leur égard.

Ossène Ouattara