topblog Ivoire blogs

mardi, 19 mars 2013

ELECTION REGIONALE : Babacauh Koffi Dongo à la conquête des électeurs, dans le Gontougo

Liste-CEI.JPG


Sitôt la liste des candidatures retenues pour les Régionales publiée par la Commission électorale indépendante (CEI), les "heureux élus" s’activent pour apporter la bonne nouvelle à leurs sympathisants, en attendant l’ouverture officielle de la campagne.

Dans la région de Gontougo, la liste Union pour le développement de Gontougo (UDG) ne perd pas le temps. Babacauh Koffi Dongo et son équipe sont sur le terrain en vue d’échanger avec les populations. Ses adversaires auraient fait circuler des rumeurs selon lesquelles il ne serait plus dans la course. « Faux », répond le concerné. L’ex-directeur de la CIDT et ancien PCA de la Palmindustrie est bel et bien dans la compétition.

UDG.jpg



Les 43 conseillers et l’Etat-major du candidat sont à pied d’œuvre en vue de renforcer les liens avec les populations des 5 départements de la région. L’équipe de Babacauh Koffi sillonne les départements de Koun-Fao, Tanda, Transua-Assuefry, Sandégué et Bondoukou. Le candidat qui dit être le "prototype" de l’agent de développement semble tomber à pic. Car le Gontougo est une des régions les plus pauvres du pays. Ses habitants ont soif de développement.

Babacauh Koffi Dongo est candidat indépendant. Sa liste regroupe toutes les sensibilités politiques. S’y retrouvent aussi des personnes de la société civile.

Ossène Ouattara

jeudi, 07 mars 2013

Régionales à Bondoukou : « J’ai le remède pour sauver le Gontougo », affirme Babacauh Koffi Dongo

BABACAUH-KOFFI.jpg


Babacauh Koffi Dongo, candidat indépendant aux Régionales du 21 avril prochain, a déposé son dossier, le mardi 5 mars, à la Commission électorale indépendante (CEI). C’est sous le coup de 9 h que l’ingénieur agronome, accompagné de certains membres de son équipe, est arrivé dans les locaux de l’institution.

Après dépôt, un récépissé lui a été remis. Babacauh Koffi Dongo est donc officiellement candidat au poste de président du futur Conseil régional de Gontougo. Il conduit la liste dénommée Union pour le développement de Gontougo (UDG). Son logo, tout aussi réconciliateur que rassembleur. En effet, 2 personnes se serrant les mains.

Interrogé sur ses sentiments après le dépôt de sa candidature, l’ancien professeur de l’Institut national polytechnique de Yamoussoukro n’a pas manqué d’exprimer sa joie. « C’est un sentiment de soulagement qui m’anime. Un sentiment d’engagement et de haute responsabilité. J’ai longtemps servi loyalement et efficacement mon pays à divers niveau de responsabilité. J’ai maintenant décidé de me consacrer pleinement à ma région. J’ai les capacités physiques, intellectuelles, morales et l’expérience nécessaire à cet effet. La seule chose que je demande, c’est la confiance de tous mes frères et sœurs de Gontougo. Je les rassure que j’ai le remède pour sauver notre région », a-t-il répondu. C’est un homme serein qui attend ses concurrents.

Ossène Ouattara

samedi, 09 février 2013

BONDOUKOU : Babacauh Koffi Dongo mobilise en vue des élections régionales

babacauh koffi dongo, tournée, Bondoukou, élection régionale, populations heureuses, soutien
Pour les élections locales à venir, les populations du département de Bondoukou s’accordent autour d’un principe fondamental : l’union pour le développement de la grande région de Gontougo. C’est le refrain qui se fredonne sur la plupart des lèvres.

A l’occasion de la visite d’échanges effectuée dans le département par une délégation conduite par Babacauh Koffi Dongo, il est ressorti que face à la situation de précarité dans laquelle est plongée la région depuis des lustres, tout le monde doit se donner la main pour la construire et la développer.

C’est par Gouméré que la délégation a commencé sa tournée. Le chef de village et la notabilité de la localité ont réservé un accueil des grands jours à l’équipe. Deux sujets essentiels ont meublé la rencontre. Babacauh a indiqué qu’à l’occasion de la nouvelle année, il était de bon aloi que les "fils" et les "petits-fils" se présentent à leurs chefs. Non seulement pour leur souhaiter les vœux de bonne année, mais aussi pour recevoir les bénédictions de ces derniers. Ensuite, le chef de la délégation a réitéré et confirmé sa volonté de se présenter à l’élection du Conseil régional sous la bannière de l’Union pour le développement du Gontougo (UDG). Et de rassurer que le leitmotiv de son équipe, c’est « le développement de la région dans la paix, la concorde et le rassemblement ». Aller à des élections civilisées, apaisées et surtout dans la fraternité et la tolérance, tel est le souhait formulé par le candidat. La chefferie de Gouméré, qui dit avoir apprécié la déclaration de l’ancien directeur de la CIDT, a...

Voir la suite en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mercredi, 30 janvier 2013

Régionales dans le Gontougo : Des populations exigent le changement avec Babacauh Koffi Dongo

Babacauh-Koffi.jpg
Des populations ne veulent plus des cumulards qui n’ont rien apporté à la région de Gontougo. Elles veulent le changement. Selon ces populations, un homme ferait l’affaire du Gontougo : Babacauh Koffi Dongo.

Longtemps confié à des politiciens qui l’ont divisé et bloqué son développement, le Gontougo regorge cependant de cadres compétents et dynamiques, qui ont fait leurs preuves dans la haute administration. Cette partie du pays ne veut plus être à la traîne. Pour cela, beaucoup de ses fils et filles ont fait le choix du changement avec Babacauh Koffi, chercheur émérite.

Les résultats du sondage mené dans différentes localités sont parlants. « C’est le meilleur "cheval" pour enclencher le développement de cette région longtemps sinistrée par la faute de ceux qui ont passé leur temps à acheter les consciences des populations. Ils passent devant les présidents Bédié et Alassane comme adulés par le peuple alors qu’il n’en est rien du tout. Un homme populaire dans sa région ne va pas chez lui avec un bataillon de militaires pour assurer sa sécurité », ont tonné en chœur les populations révoltées par les mensonges de ceux qui trompent tout le monde sur leur assise dans la région. « Qu’ils fassent des dons, c’est normal ! Tout le monde n’est pas au gouvernement pour donner des bœufs et du riz aux villageois à l’approche des élections », ont confié des personnes rencontrées à Bondoukou, Transua et Flatchiédougou.

Ces populations ne veulent plus entendre parler de...

Voir la suite de ce texte sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

jeudi, 27 décembre 2012

BONDOUKOU : La réaction à chaud de Babacauh Koffi Dongo suite aux incidents du 16 décembre

Babacauh Koffi Dongo, délégué départemental PDCI de Bondoukou 2, a bien voulu s’ouvrir à la presse pour dire sa part de vérité suite aux incidents survenus dans la journée du dimanche 16 décembre 2012.

babacauh.JPG



Des incidents se sont produits alors que le PDCI devrait plancher sur les candidatures pour le Conseil régional du Gontougo. Qu’est-ce qui est à l’origine de ces grabuges ?

Je vais vous dire comment cela se passe normalement. Aux législatives, c’est moi qui étais chargé du consensus. Les candidatures sont déposées dans chaque délégation. Le doyen d’âge des délégués appelle les autres délégués pour analyser les dossiers en vue de trouver un consensus. Parce qu’au PDCI, on a décidé d’aller ensemble de façon consensuelle. Parce que pour des raisons multiples, il est difficile d’aller aux primaires. Donc le Pdci a décidé que ce sera une démarche consensuelle. Et c’est cette démarche qui a été engagée. Maintenant, il y a sûrement des raisons qui ont fait que les jeunes du PDCI et d’autres partis, et même de la société civile, se sont levés contre la tenue de cette réunion.

Quelles sont ces raisons ?

Je crois qu’il faut demander aux jeunes. Mais parmi les raisons qui ont été énumérées, il y a le fait que le ministre Adjoumani qui serait candidat, à Tanda, a fait annoncer qu’il faut une région à Tanda. Donc cela conduirait à diviser le Gontougo en 2 : Bondoukou et Tanda. Quand on veut diriger une région et en même temps on demande qu’on la divise en 2, cela devient incongru. La deuxième, c’est qu’ici dans le Gontougo, nous avons beaucoup de cadres. Et la jeunesse n’est pas d’accord pour le cumul des postes. Voila quelques raisons que les jeunes qui ont empêché la tenue de cette réunion ont avancées.

Mais la réunion s’est tenue quand même et vous n’étiez pas présent. Quelles conséquences peut-on en tirer ?

Quelle réunion ? Moi, je n’en connais pas. Puisque je vous dis que le préfet de police est venu à la maison du parti pour dire que la réunion ne peut pas se tenir, compte tenu de l’effervescence du moment. Alors moi, je ne suis pas au courant de quelque réunion que ce soit.

Il a été clairement indiqué au cours de cette réunion qu’il n’y avait que 2 candidatures dans la région du Gontougo pour les régionales au compte du PDCI. Celle du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani et celle de Kobenan Kossonou Honoré. Il ressort que vous n’êtes pas candidat.

Qui a dit que je ne suis pas candidat ? Je dis qu’il n’y a pas eu de réunion. Donc vous m’apprenez des choses que j’ignore. Il n’y pas eu de réunion. Le préfet de police a dit que la réunion ne pouvait pas se tenir. S’il y a eu une réunion, c’est une réunion officieuse.

Mais est-ce que vous avez déposé votre candidature ? A-t-elle été retenue ?

C’est à l’issue d’un processus qu’on retient une candidature. Ce n’est pas d’office. Oui j’ai déposé ma candidature. Et voilà comment cela se passe au PDCI. Le communiqué dit que les candidats à la candidature du PDCI doivent déposer leurs dossiers dans leur délégation départementale ou communale. Il y a 4 délégations dans le département de Bondoukou, pour ne prendre que ce cas-là. Chaque délégué, s’il y a un candidat dans sa délégation, doit déposer cette candidature à la permanence de sa délégation. C’est là qu’on le dépose. Et le parti nous a demandé, pour avoir une idée de ce qui se passe, de déposer les récépissés de dépôt de dossiers au parti à Cocody. Ce que j’ai fait. Donc quand on raconte que Babacauh n’a pas déposé de dossier de candidature, ce n’est pas la vérité. J’ai déposé mon dossier là où il faut et quand il le fallait. Il n’y a aucun problème à ce niveau. Vous pouvez le vérifier au siège de mon parti à Abidjan. Ce n’est pas un quidam désigné doyen qui vient pour recueillir les dossiers. Non, ce n’est pas comme ça.

Quels sont les candidats en présence pour ces régionales dans votre parti ?

Nous avons eu une réunion à la direction du parti qui nous a informés que dans la région du Gontougo, il y a 3 candidats. On n’a pas dit les noms. Mais moi, je sais que je suis candidat.

Pourquoi vous êtes candidat ?

C’est simple. La région est une plate-forme de développement. Mon profil à moi est d’être développeur. C’est ce que j’ai fait dans ma vie. J’ai été directeur de l’Ecole nationale supérieure agronomique. Là où on forme les ingénieurs agronomes chargés du développement agricole. J’ai été directeur général de la CIDT, la compagnie chargée du développement du coton et de tout le Nord. J’ai également été le PCA de la Palmindustrie. Voilà les raisons pour lesquelles je pense que la petite expérience que j’ai eue au cours de ma vie pouvait être mise à la disposition du Gontougo pour assoir les soubassements du développement du Gontougo. Voilà pourquoi je suis candidat.

Avec ce qui prévaut, votre parti est fragilisé. Comment comptez-vous colmater les brèches pour gagner cette élection ?

...

Voir la suite sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mardi, 18 décembre 2012

Election régionale dans le Gontougo : Babacauh, l’unique choix de la délégation PDCI de Bondoukou II

babacauh koffi dongo, candidat, unique choix, tabagne, élection régionale, bondoukou, gontougo, pdci
A l’heure du choix des candidats PDCI à l’élection des présidents des Conseils régionaux, le professeur Babacauh Koffi Dongo vient de bénéficier d’un soutien de taille. En effet, le samedi 1er décembre, s’est tenue à Tabagne (département de Bondoukou) l’Assemblée générale de la coordination PDCI de Bondoukou II.

A cette occasion, les membres de la coordination ont unanimement désigné Babacauh Koffi candidat unique du PDCI pour le compte de la région du Gontougo. Selon le délégué permanent chargé de réceptionner les dossiers de candidature, « la seule candidature reçue est celle de Babacauh Koffi Dongo pour être investi comme tête de liste PDCI-RDA dans le Gontougo. Et ce, depuis le 26 novembre 2012 ».

Expliquant les raisons de sa candidature, Babacauh a d’abord retracé son parcours professionnel et académique. Respectivement en qualité d’ancien directeur général de la CIDT, président du Conseil d’administration de la Palmindustrie (structures de développement), directeur général de l’ENSA et enseignent-chercheur. A cet effet, il a fait savoir qu’il dispose d’une somme d’expériences en matière de gestion et de développement. Des atouts qu’il compte mettre au profit du Gontougo, sa région. Pour ce faire, le professeur a invité tous les membres de l’Assemblée à soutenir sa candidature.

Après son intervention, l’assistance a souhaité avoir des informations sur les projets du candidat. En réponse, Babacauh Koffi a d’abord rappelé les différentes démarches entreprises auprès des fils et filles de la région à l’effet de les rassembler, sans distinction, pour aller au développement. Car selon lui, la diversité des peuples du Gontougo impose une politique d’inclusion. Il a par ailleurs souligné son ambition d’atteler la région au projet du président de la République de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020.

Ses propos ont été accueillis par un tonnerre d’applaudissements. La rencontre a été présidée par le ministre Kouman Yao Alphonse. En présence du ministre Adou Kouadio et des députés Kouadio Minzan Oscar et Kouadio Yéboua Samuel. Tous, membres du bureau politique du PDCI-RDA.

Rosemonde Desuza