topblog Ivoire blogs

samedi, 06 avril 2013

BOUNA : Rencontre avec Hien Philippe, candidat du RDR aux Régionales

Après de multiples rebondissements, le choix du RDR s’est enfin porté sur Hien Philippe pour défendre ses couleurs à l’élection du Conseil régional du Bounkani. Rencontré le samedi 30 mars, à Bouna, l’ancien membre des Forces nouvelles appréhende les défis qui l’attendent. Entretien

Hien-Philippe.jpg



Quels sont vos sentiments à l’approche de la campagne des élections régionales ?

La joie qui anime les femmes nous donne plus d’énergie pour se battre, afin de leur apporter le nécessaire. Pour qu’elles soient indépendantes. Déjà, la ministre Kaba Nialé a revu à la hausse son aide financière aux femmes de Bouna. C’est dans le cadre des micros projets en vue de les aider à se prendre en charge.

Avez-vous des chances de remporter l’élection ?

Nous sommes sur le terrain depuis toujours. Nous ne l’avons jamais quitté. Nous faisons corps avec les populations. Ce qui nous a valu leur attention. Les problèmes à résoudre dans notre région sont nombreux. Nous avons espoir que le futur Conseil régional permettra le redressement économique et social du Bounkani.

Aujourd’hui, quelles sont les priorités dans votre région ?

Si vous visitez les villages les plus reculés de la région, vous constaterez la dégradation avancée des routes, le manque d’eau potable et d’électricité, etc. Dans plusieurs localités, l’école n’existe pas. Et quand il en existe, la plupart manquent de tables-bancs. Pas de centres de santé non plus. Tout est urgent chez nous. Le minimum de développement n’existe pas.

Que font alors les cadres du Bounkani ?

...

Voir la suite de cette interview, en cliquant sur Les infos du Zanzan.

jeudi, 14 mars 2013

BOUNA : Un mur de 7m de haut pour renforcer la sécurité autour de la prison

La sécurité précaire qui régnait à la prison de Bouna – où sont détenus Affi N’Guessan, Lida Kouassi Moïse, Michel Gbagbo (tous de l’ancien régime) – est un vieux souvenir. Un mur d’enceinte vient d’être bâti pour empêcher les évasions.

MACA.jpg


Après les récentes évasions survenues à la prison civile (2 évasions entre juin et septembre 2012), le gouvernement a décidé de renforcer la sécurité. Pour ce faire, une muraille haute de 7m vient d’être dressée tout autour du lieu carcéral. Les travaux ont duré 6 mois.

Désormais, cette grande palissade protège les cellules des détenus et les bureaux du personnel administratif. Au niveau des hommes, les choses ont changé. Une force mixte composée de policiers, gendarmes, militaires, et gardes pénitentiaires veille nuit et jour. « Au lieu d’une dizaine d’éléments il y a quelques mois, ils sont une trentaine à surveiller la prison », a indiqué quelqu’un qui a requis l’anonymat. En plus de ces dispositions, interdiction formelle (entre 18h et 6h30 du matin) d’emprunter la rue qui passe devant l’établissement pénitentiaire.

Le retour de la "légalité"

Fini, le temps où le régisseur se pliait aux ordres des ex-rebelles. Depuis 3 mois, la gestion de la prison de Bouna est conforme aux règles régissant les milieux carcéraux dans le pays.

Au niveau des visites aux détenus, notamment ceux politiques, des mesures ont été prises. « Il faut se faire délivrer un permis par le cabinet du juge chargé du dossier à Abidjan. Ensuite, se rendre au Parquet de Bouna où le procureur donne instruction au régisseur pour exécution », a expliqué notre interlocuteur. Et seuls leurs avocats et parents proches ont droit à ce "privilège".

Affi N’Guessan et Lida Kouassi Moïse se porteraient bien. Quant à Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président, il traîne un ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

vendredi, 08 mars 2013

BONDOUKOU : Bientôt, la mise en valeur des parcelles rizicoles

riziculture, lutte contre la pauvreté, côte d'Ivoire, bondoukou, bouna


1,7million de tonnes de riz : voilà ce dont aura besoin la Côte d’Ivoire, cette année, pour nourrir sa population. Problème, il faudra importer plus de la moitié. Pourtant, ce ne sont pas les surfaces rizicoles qui manquent.

Dans le District du Zanzan, la mise en valeur des parcelles abandonnées constitue la priorité du gouvernement. Cela, grâce au Projet de réhabilitation agricole et de la réduction de la pauvreté (PRAREP) dans la région du Bounkani, et le Projet d’appui à la production agricole et à la commercialisation (PROPACOM). Outre le gouvernement, le FIDA et la Banque africaine de développement (BAD) apporteront leur appui financier. Conçus pour une durée de 6 ans, « ces projets vont prendre en compte 300 groupements coopératifs ou associations de femmes, de jeunes, à travers le financement de leurs projets de culture de riz, du manioc, de maïs, d’ignames et autres, de cultures maraîchères et de petites unités de transformation de produits agricoles. Cela, à travers la distribution gratuite de semences et de matériels agricoles. 120 motoculteurs sont prévus dans le cadre de ces projets », a révélé Kouassi Koffi Edmond, superviseur général des projets.

Une opportunité que les paysans de la sous-préfecture de Bondoukou entendent s’approprier afin de sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Grâce à l’appui et à l’encadrement de la Compagnie agricole de Bondoukou (COBA) – une entreprise locale –, l’ensemble du riz produit sera acheté. Puis transformé sur place. Il sera vendu sur le marché national, avec le label "riz de Bondoukou". « Votre production ne restera pas dans vos mains. Une unité de transformation d’une capacité de 1,5 tonne/heure sortira de terre, avant la fin de l’année. Suivra celle de 5,5 tonnes/heure », a promis Ouattara Issoufou, PDG d’une société.
Avec une production de 6 tonnes à l’hectare en ce moment, « l’objectif est d’atteindre au moins 13 tonnes, à l’exemple de l’Espagne », a souhaité monsieur Issoufou. C’était hier jeudi 7 mars, au bureau de Zoué Sépan Vincent, sous-préfet de Bondoukou.

Rosemonde Desuza

lundi, 04 mars 2013

BOUNA : Des manœuvres pour écarter Palé Olo Sib de la course aux Régionales ?

palé olo sib, hien philippe, rdr, candidats, revirement, élection régionale, bouna, bounkani


Vendredi dernier, à Bouna, une rumeur a fait état de ce que Hien Philippe serait la nouvelle tête de liste du RDR pour les élections régionales dans le Bounkani, en remplacement de Palé Olo Sib.

L’information proviendrait d’une indiscrétion, suite à des entrevues entre le secrétaire général du RDR (Amadou Soumahoro) et certains cadres de Bouna, dans la soirée de jeudi 28 février. Hien Philippe, ex-challengeur du ministre Kaba Nialé aux dernières législatives, aurait été choisi au détriment des 2 principaux rivaux au sein du même parti. Notamment Palé Olo Sib (dont la candidature a pourtant été officiellement annoncée aux populations), et Loukimane Camara qui espérait encore que le RDR porterait son choix sur lui.

Selon Ouattara Abou, porte-parole de Palé Olo Sib, « aucune information officielle n’a abrogé la décision de la direction du RDR, qui a désigné le Colonel Olo son candidat dans le Bounkani. C’est une information qui n’est pas fiable ». Idem pour Oumar Camara, collaborateur de Loukimane Camara, pour qui l’information n’est pas encore officielle. Il reconnaît tout de même que le directeur de la SICOGI « a été joint par le secrétaire général du RDR pour avoir son avis sur le choix de Hien Philippe comme nouvelle tête de liste. Monsieur Loukimane n’a pas encore donné sa réponse ».

On peut aisément le deviner : les choses ne sont pas simples pour Amadou Soumahoro. A quelques jours de la date de clôture des dépôts de candidatures pour les échéances locales du 21 avril prochain, le suspens reste entier.

Ange Kouman

Source : L’inter du samedi 2 et dimanche 3 mars 2013.

samedi, 23 février 2013

Région du Bounkani : Ces compétences discrètes

Ce texte est une contribution de Djané Ollo, un habitué de notre site et vivant à l’étranger.

KABA-NIALE.jpg



Le développement d'une région repose sur plusieurs facteurs, dont la compétence et la qualité de ses acteurs. En l'occurrence, ses fils et filles. Dans le Bounkani, nous en avons. Leurs compétences reconnues dépassent nos frontières nationales et régionales. Et les médias internationaux en parlent. De quoi en être fier.

Je disais dans une de mes correspondances parue dans les colonnes de Les infos du Zanzan qu'il existe des femmes et des hommes de la région du Bounkani qui ont contribué, dans la discrétion et dans l'efficacité, à la victoire que nous savourons tous.

Ces hommes et femmes continuent toujours de travailler avec la même efficacité et les mêmes compétences, et méritent d'être connus de la population du Bounkani. En voici un exemple dont la compétence et l'expérience peuvent aider au développement. A condition de savoir en profiter.

Découvrez quelques extraits du portrait de madame la Ministre Kaba Nialé, fait par Jeune Afrique n° 2718 du 10 au 16 février 2013.

"Côte d'Ivoire: Kaba Nialé, une ministre au mérite"

"Première femme à la tête du stratégique portefeuille des Finances, Kaba Nialé est une habituée des arcanes du pouvoir. Alassane Ouattara considère cette statisticienne comme une "économiste de première classe".

C'est avec une grande sérénité et en arborant ce large sourire qui la caractérise que Kaba Nialé, ministre chargée de l'Economie et des Finances auprès du Premier ministre Daniel Kablan Duncan, a reçu la Française Christine Lagarde, directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), le 7 janvier, à Abidjan. Car il en faut plus pour impressionner cette quinquagénaire originaire de Bouko, dans l'Est du pays, première femme nommée à ce poste depuis l'indépendance, en 1960.

Sa présence à la tête de ce portefeuille n'est pas le fruit du hasard. Cette économiste émérite est même parfois comparée à Ngozi Okonjo-Iweala, ministre nigériane des Finances et ancienne directrice générale de la Banque mondiale.

Le Chef de l'Etat lui-même ne tarit d'ailleurs pas d'éloges sur celle qui le "pratique" depuis le début des années 1990, quand il était Premier ministre du président Félix Houphouët Boigny: « Kaba Nialé est une économiste de première classe. Elle a travaillé à la Banque mondiale, elle a géré des programmes structurels très importants, elle a participé à la rédaction de mon programme de gouvernement. J'ai une totale confiance en elle », assure Alassane Ouattara.

DJANE OLLO

mercredi, 20 février 2013

Régionales dans le Bounkani : Voici pourquoi Tikoro Ouattara est candidat indépendant

bouna, tikoro ouattara, élection régionale, candidat indépendant


PDCI dans l’âme, le président intérimaire du Conseil général de Bouna n’a pas envisagé aller en indépendant. Mais depuis que le parti a porté son choix sur Palé Dimaté – l’"homme qui a trahi le PDCI" –, les populations de Bouna demandent à Tikoro Ouattara de se lancer dans la course pour les Régionales. Ce, afin de poursuivre l’œuvre de développement qu’il a initiée depuis sa nomination à la tête du Conseil général.

En plus de Palé Ollo Sib du RDR, Dimaté aura donc en face de lui l’homme que le ministre de l’Intérieur a nommé à sa place, le 15 juillet 2011. D’aucuns disent que Tikoro Ouattara aurait dû s’abstenir de se présenter à l’élection régionale en respectant la discipline de son parti. Soit. Sauf que la direction du PDCI n’incite pas elle-même à la discipline. De nombreux militants ont le sentiment qu’elle a plutôt fait la part belle aux "infidèles". C’est-à-dire ceux qui ont retourné leurs vestes à la moindre secousse dans le parti.

Palé Dimaté en donne le parfait exemple. Peu avant la crise postélectorale de 2010, il a déposé sa valise au FPI. En récompense, Laurent Gbagbo l’a nommé Haute autorité de développement. A Bouna, des populations ont en mémoire ses tractations pour conduire les membres du Conseil général dans son aventure. Cette "trahison" n’a jamais été sanctionnée par les hautes instances du parti sexagénaire. Et la défiance a continué.

Fort de son statut de député sortant, Palé Dimaté s’est présenté en indépendant aux dernières Législatives. Son échec a été la preuve que les populations de Bouna ne le portent plus dans leurs cœurs. Quelle chance le PDCI a de gagner une élection d’envergure régionale avec quelqu’un qui a échoué aux Législatives ?

En désignant les "indisciplinés" pour porter ses couleurs, le parti vert a lui-même ouvert la voie à toutes sortes de possibilités. Car si les fautifs sont choyés, quel sens prend alors le mot "sanction" et quelle valeur porte-il ? Les dernières révélations de Tia Koné sur son parjure doit interpeler. Pourquoi c’est 13 ans après qu’il a fait son mea-culpa ?

Tikoro Ouattara a décidé d’aller en candidat indépendant. Une candidature qui sonne comme ...

Voir la suite de cet texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.