topblog Ivoire blogs

jeudi, 21 février 2013

Municipales à Bondoukou : « Bondoukou est sinistrée », selon Kra Atta

Des 4 prétendants à la mairie de Bondoukou, il est le moins connu et le plus jeune. Kra Atta Kouamé Gaston croit cependant en son étoile. Ce natif de Wolokei est ingénieur des Travaux publics. Dans cet entretien, il donne les raisons de sa candidature aux Municipales du 21 avril. Et fonde un espoir quant à sa victoire pour le renouveau de la cité aux 1 000 mosquées.
KRA-ATTA.jpg

Pourquoi voulez-vous être maire de Bondoukou ?

Je veux le bien-être de la population. La mairie, c’est une structure de développement mis en place par l’Etat. Et je pense qu’en étant à la tête de cette structure, j’apporterai le bien-être aux populations.

Donc pour apporter le bien-être aux populations, il faut nécessairement être à la tête de la commune ?

Non, pas forcément ! Cependant, lorsqu’on est à la mairie, on a un certain pouvoir de décision. En quelque sorte, on devient "propriétaire" de la ville. Et en tant qu’administrateur de cette entité, on peut aisément mener des actions. Des actions que je pose déjà. Mais celles-ci sont insuffisantes. Je les multiplierai avec les moyens que l’Etat mettra à ma disposition.

Avez-vous quelque chose à reprocher à l’équipe sortante ?

Je n’ai rien à lui reprocher. Vous savez, chacun a sa manière d’apprécier ! Et je pense que les populations ont eu le temps d’apprécier la gestion du maire sortant. Ce que je sais, c’est qu’à Bondoukou, il n’y a pas d’électricité dans les nouveaux quartiers. Pas d’eau, pas de routes. Les ordures ne sont pas ramassées. C’est un ensemble de maux dont souffrent la commune et ses habitants. Ce n’est pas à moi de dire que Paul ou Pierre n’a pas fait ceci ou cela. Je peux apporter des solutions.

Qu’apporterez-vous de nouveau à la commune ?

Ce sont les routes. En un mot, je dirai le développement. La voirie de Bondoukou est vieillissante. Elle date des années 1980. Les rues sont aujourd’hui dégradées. A la tête de la mairie, j’apporterai mon expertise. Mes relations m’aideront dans certains secteurs : l’électricité et l’eau. L’école est une priorité. Je lutterai contre l’exode des filles vers Abidjan en créant les conditions de leur formation à travers des écoles de couture, de coiffure et autres. Pour toute la jeunesse, je discuterai avec une banque pour la mise en place d’un fonds. Cet argent permettra de garantir des projets que la banque financera. Ce sont quelques éléments sur lesquels je vais travailler. La liste n’est pas exhaustive.

Quels sont vos moyens pour gagner l’élection ?

Je compte d’abord sur moi-même. Je compte aussi sur la bonne foi des populations. Une élection, c’est comme un combat. On ne dit pas que je vais pour perdre. On va pour gagner. J’ai les atouts et les arguments pour le prouver. La population adhère à ma vision de développement à travers mon programme.

Avez-vous des appréhensions ?

Non, seul Dieu détermine la destinée de chacun. C’est lui seul qui donne le pouvoir et instaure les dirigeants. Je ne suis que son instrument, s’il veut bien m’utiliser pour aider les populations de Bondoukou.

Depuis quelques jours, la cohésion sociale est mise à mal dans la commune. Quelle politique de réconciliation, une fois élu ?

La réconciliation demeure au centre de mes préoccupations. Il y a trop de problèmes à Bondoukou, surtout au niveau des cadres. Nos divergences politiques sont en réalité le fondement de cette division. Je réunirai les forces vives et les compétences autour d’une table. Ensemble, nous discuterons. Il faut que chacun sache que nous sommes tous frères. Nous sommes tenus d’être ensemble malgré nos différences. Bondoukou est sinistrée. Chacun doit apporter sa compétence dans les différents domaines. Personne ne doit dire que lui seul peut tout faire.

Certains sont pourtant en exil.

Pour nos frères en exil, nous allons ...

Voir la suite sur Les infos du Zanzan.

mercredi, 20 février 2013

Régionales dans le Bounkani : Voici pourquoi Tikoro Ouattara est candidat indépendant

bouna, tikoro ouattara, élection régionale, candidat indépendant


PDCI dans l’âme, le président intérimaire du Conseil général de Bouna n’a pas envisagé aller en indépendant. Mais depuis que le parti a porté son choix sur Palé Dimaté – l’"homme qui a trahi le PDCI" –, les populations de Bouna demandent à Tikoro Ouattara de se lancer dans la course pour les Régionales. Ce, afin de poursuivre l’œuvre de développement qu’il a initiée depuis sa nomination à la tête du Conseil général.

En plus de Palé Ollo Sib du RDR, Dimaté aura donc en face de lui l’homme que le ministre de l’Intérieur a nommé à sa place, le 15 juillet 2011. D’aucuns disent que Tikoro Ouattara aurait dû s’abstenir de se présenter à l’élection régionale en respectant la discipline de son parti. Soit. Sauf que la direction du PDCI n’incite pas elle-même à la discipline. De nombreux militants ont le sentiment qu’elle a plutôt fait la part belle aux "infidèles". C’est-à-dire ceux qui ont retourné leurs vestes à la moindre secousse dans le parti.

Palé Dimaté en donne le parfait exemple. Peu avant la crise postélectorale de 2010, il a déposé sa valise au FPI. En récompense, Laurent Gbagbo l’a nommé Haute autorité de développement. A Bouna, des populations ont en mémoire ses tractations pour conduire les membres du Conseil général dans son aventure. Cette "trahison" n’a jamais été sanctionnée par les hautes instances du parti sexagénaire. Et la défiance a continué.

Fort de son statut de député sortant, Palé Dimaté s’est présenté en indépendant aux dernières Législatives. Son échec a été la preuve que les populations de Bouna ne le portent plus dans leurs cœurs. Quelle chance le PDCI a de gagner une élection d’envergure régionale avec quelqu’un qui a échoué aux Législatives ?

En désignant les "indisciplinés" pour porter ses couleurs, le parti vert a lui-même ouvert la voie à toutes sortes de possibilités. Car si les fautifs sont choyés, quel sens prend alors le mot "sanction" et quelle valeur porte-il ? Les dernières révélations de Tia Koné sur son parjure doit interpeler. Pourquoi c’est 13 ans après qu’il a fait son mea-culpa ?

Tikoro Ouattara a décidé d’aller en candidat indépendant. Une candidature qui sonne comme ...

Voir la suite de cet texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

lundi, 28 janvier 2013

BONDOUKOU : Koné Hiliassou est bel et bien candidat aux Municipales

koné hiliassou, élection municipale, candidat indépendant, bondoukou, côte d'ivoire, rdr


Koné Hiliassou est bel et bien candidat à la prochaine élection des conseillers municipaux. Il nous a confirmé cette information la semaine dernière.

Le conseiller technique de Guillaume Soro, président de l’Assemblée, a démenti l’information selon laquelle son patron lui a demandé de se retirer de la course aux Municipales. Cela, pour s’aligner derrière Alliagui Diabagaté, le candidat désigné du RDR. « Cette information est fausse. Je suis bien candidat. J’ai le soutien des populations de la commune. Le président de l’Assemblée nationale ne m’a jamais demandé de me retirer », a tenu à faire savoir Koné Hiliassou. Selon lui, ces allégations sont à mettre au compte des rumeurs. Des mensonges entretenus pour semer le trouble dans l’esprit des populations.

Le collaborateur de Guillaume Soro demande à ses partisans et sympathisants de ne pas accorder du crédit à ces informations. « J’irai jusqu’au bout de mon engagement avec mes parents. C’est ensemble que nous développeront notre commune », a-t-il conclu.

Ossène Ouattara

vendredi, 11 janvier 2013

Municipales à Bondoukou : Alliagui Diabagaté conduira la liste du RDR

élection municipale,bondoukou,côte d'ivoire,candidat du rdr,alliagui diabagaté,koné hiliassou,candidat indépendant,pdci
Après Bouna et Marcory (Abidjan), la série des surprises continue pour ce qui est du choix des candidats devant conduire les partis politiques aux élections locales de fin février prochain. Pressenti pour défendre les couleurs du RDR aux Municipales à Bondoukou, Koné Hiliassou n’a finalement pas été choisi. C’est Alliagui Diabagaté, ancien cadre de la SICOGI, qui conduira le parti présidentiel à l’assaut de la mairie. L’information est tombée, hier jeudi 10 janvier.

N’empêche ! Hiliassou, le collaborateur de Guillaume Soro, ira en indépendant. La dispersion des voix risque de fragiliser le candidat officiel du RDR. Qui se retrouve dans la même situation qu’en 2 000. A l’époque, le candidat désigné des "Républicains" s’appelait Osseine Dongossi. Certains expliquent l’échec de ce dernier par la candidature en indépendant d’Alliagui Diabagaté. Revanche de l’Histoire.

La forte probabilité du partage des voix des militants RDR n’est pas la seule menace. Kouakou Dapa du PDCI, à la tête de la municipalité depuis 18 ans, lui aussi candidat. Une volonté affichée qui ouvre la voie à des incertitudes. Même si de nombreuses gens parient que monsieur Dapa ne fera pas le poids cette fois-ci.

Pour la seule commune de Bondoukou, pas moins de 5 prétendants.

Ossène Ouattara