topblog Ivoire blogs

lundi, 04 mars 2013

BOUNA : Des manœuvres pour écarter Palé Olo Sib de la course aux Régionales ?

palé olo sib, hien philippe, rdr, candidats, revirement, élection régionale, bouna, bounkani


Vendredi dernier, à Bouna, une rumeur a fait état de ce que Hien Philippe serait la nouvelle tête de liste du RDR pour les élections régionales dans le Bounkani, en remplacement de Palé Olo Sib.

L’information proviendrait d’une indiscrétion, suite à des entrevues entre le secrétaire général du RDR (Amadou Soumahoro) et certains cadres de Bouna, dans la soirée de jeudi 28 février. Hien Philippe, ex-challengeur du ministre Kaba Nialé aux dernières législatives, aurait été choisi au détriment des 2 principaux rivaux au sein du même parti. Notamment Palé Olo Sib (dont la candidature a pourtant été officiellement annoncée aux populations), et Loukimane Camara qui espérait encore que le RDR porterait son choix sur lui.

Selon Ouattara Abou, porte-parole de Palé Olo Sib, « aucune information officielle n’a abrogé la décision de la direction du RDR, qui a désigné le Colonel Olo son candidat dans le Bounkani. C’est une information qui n’est pas fiable ». Idem pour Oumar Camara, collaborateur de Loukimane Camara, pour qui l’information n’est pas encore officielle. Il reconnaît tout de même que le directeur de la SICOGI « a été joint par le secrétaire général du RDR pour avoir son avis sur le choix de Hien Philippe comme nouvelle tête de liste. Monsieur Loukimane n’a pas encore donné sa réponse ».

On peut aisément le deviner : les choses ne sont pas simples pour Amadou Soumahoro. A quelques jours de la date de clôture des dépôts de candidatures pour les échéances locales du 21 avril prochain, le suspens reste entier.

Ange Kouman

Source : L’inter du samedi 2 et dimanche 3 mars 2013.

vendredi, 01 février 2013

BOUNA : Faut-il s’attendre au pire ?

élections régionales, bouna, bounkani, tikoro ouattara, palé dimaté, camara loukimane, rdr, pdci, conflit ethnique, candidats
Tikoro Ouattara, président intérimaire du Conseil général, ne comprend pas pourquoi le PDCI ne l’a pas choisi pour porter ses couleurs aux prochaines Régionales. « Au moment des labours, tu disparais. Quand vient la récolte, c’est là que tu apparais. Ainsi va la vie. Pour le peu de temps passé à la tête de ce Conseil général, je pars satisfait. Mon bilan est positif dans l’ensemble. Et ce n’est pas le peuple du Bounkani qui dira le contraire, au regard des encouragements et félicitations que je reçois de sa part », nous a-t-il confié au téléphone. En effet, Palé Dimaté, considéré comme "Judas" pour avoir flirté avec Laurent Gbagbo, a été préféré pour conduire le PDCI à l’élection du Conseil régional.

Ce choix serait-il motivé par des raisons ethniques ? Oui, « parce qu’il est Lobi. Les Lobi sont majoritaires dans le Bounkani. Ce motif révoltant a amené les 5 délégués de la région à s’interroger sur la valeur d’une sanction au PDCI. Ils ont même adressé une correspondance à la direction du parti pour dénoncer cet état de fait, et appelé à ne pas soutenir Palé Dimaté », selon un responsable du parti sexagénaire.

Même problème au RDR. Cette formation politique a mis du temps pour se choisir un candidat. « Camara Loukimane, candidat pressenti du RDR, a dû diluer son vin au profit de Palé Ollo Sib pour les mêmes motifs. Du coup, le RHDP qui était pressenti, avec Palé Dimaté comme tête de liste, vole en éclats sous la pression des cadres du RDR. Ceux-ci ne sont pas de l’ethnie lobi », d’après notre source. Dans cette grisaille, une liste indépendante composée essentiellement de Malinké, Koulango et autres, se profile à l’horizon. Elle vient comme pour apporter un démenti aux affirmations de certains hommes politiques. Selon lesquelles le Bounkani est dominé par les Lobi.

Le débat sur les élections locales dans le Bounkani est en train de devenir malsain. Il glisse dangereusement sur ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

jeudi, 31 janvier 2013

TANDA : Le maire Yao Kouman Moïse rattrapé par son bilan

candidats, maire, tanda, yao kouman moïse, élection municipale, pdci, rdr, koné amadou
Les élections municipales s’annoncent rudes pour le maire sortant, Yao Kouman Moïse. Le candidat du PDCI aura en face de lui le jeune Koné Amadou du RDR.

Après 28 ans à la tête de la municipalité, le bilan de Yao Kouman Moïse paraît maigre. Les populations de Tanda ne cessent de le lui signifier. Profitant de la fête du Mahoulid, le maire a effectué une tournée de précampagne dans les villages de sa commune. Chose rare, car l’homme n’est pas coutumier du fait. Partout où il est passé, le premier magistrat de Tanda a fait autre chose que défendre son bilan. Nulle part il a parlé de sa nouvelle vision pour sa commune. Monsieur Kouman Moïse s’est plutôt s’illustré par des propos haineux contre Koné Amadou, son jeune concurrent. Il a traité celui-ci d’ "étranger". Des propos qui plongent dans le souvenir obsédant de l’histoire récente du pays.

Selon le maire sortant, le candidat du RDR n’est pas le bienvenu à Tanda. Une affirmation à laquelle a décidé de ne pas répondre Koné Amadou. Car pour lui, « répondre au coup de pied de l’âne, c’est se mettre à son niveau ». Le jeune homme continue de soulager les populations en procédant à des remises de dons. Comme quoi le chien aboie et la caravane passe.

Ange Kouman

jeudi, 20 septembre 2012

Election régionale à Bondoukou : Le ministre Adjoumani, « candidat pour quoi faire ? »

Qui portera les couleurs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) aux prochaines régionales, dans le Gontougo ? Difficile de répondre pour le moment.

élection régionale,région de gontougo,kobenan kouassi adjoumani,babacauh koffi dongo,pdci,bondoukou,candidats,mésentente,militants mécontents


Bondoukou, 16 septembre. Trois délégués départementaux du parti vert semblent avoir portés leur choix sur la personne de Kouassi Adjoumani, actuel ministre des Ressources animales et halieutiques. Il s’agit d’Honoré Kobenan Kossonou, Kouassi Kra Vincent et Kouman Jean-Baptiste.

Le premier cité a donné les raisons de leur choix. « Moi-même j’étais candidat. Mais nous, délégués réunis ici, avons décidé de faire bloc autour du ministre Kobenan Adjoumani. Nous pensons qu’il abat un travail énorme au PDCI. Et pour toutes ses actions pour le développement, il peut contribuer énormément à cette victoire ». Ajoutant que ses camarades et lui tendent la main aux 2 autres délégués. Pour qu’ils les rejoignent dans leur choix. Car le ministre, seul candidat faisant l’unanimité au sein des populations du Gontougo.

Kobenan Kouassi Adjoumani s’est réjoui de l’acte. Précisant que les gens doivent comprendre son combat pour sa région.

Bloc anti-Babacauh ?

Interrogées, de nombreuses personnes disent ne pas se reconnaître dans cette "comédie politicienne". « Adjoumani, encore candidat aux régionales pour quoi faire ? », se demande le président d’une grande coopérative agricole. Lui-même militant du PDCI. Rappelant que l’homme est à la fois ministre, président du Conseil général de Tanda, député de cette ville. Sa colère vient du fait que ceux cautionnant sa candidature n’ont rien prouvé à la tête du Conseil général de Bondoukou. Allusion faite à Honoré Kobenan Kossonou (vice-président, NDLR).

élection régionale,région de gontougo,kobenan kouassi adjoumani,babacauh koffi dongo,pdci,bondoukou,candidats,mésentente,militants mécontents


Koffi Téya, plus incisif contre le député. « Parce que ministre, Adjoumani veut avoir à ses pieds tout le monde. Il veut être à la tête de tout dans le Gontougo. Raison pour laquelle certains le suivent, en faisant fi de son bilan éclaboussé à la tête du Conseil général de Tanda ». Renvoyant à la déclaration de Charles Dibi Koffi, ministre de l’Economie. Qui, parlant de la bonne gouvernance dans les collectivités territoriales, a dénoncé le détournement des milliards affectés à l’hôpital général de Tanda. Un centre de santé qui manquait de tout.

Se référant à la Bible, monsieur Téya dit : « celui qui est infidèle dans les petites choses, le sera dans les grandes ». Moralité : qui s’est montré incapable de bien gérer les ressources financières d’un Conseil général, ne peut pas garder l’argent d’un Conseil régional. Entité encore plus grande. Pour lui, le ministre ne fait pas l’unanimité. Contrairement aux propos de d’Honoré Kossonou. Et pas autre choix : si le PDCI veut gagner la prochaine régionale dans le Gontougo, il faut positionner le professeur Babacauh. C’est lui, le chouchou des populations. Dans leur grande majorité.

Un responsable de la jeunesse de Bondoukou abonde dans le même sens. « Le ministre ne connaît que Tanda. Le Gontougo est trop grand pour lui. Le profil de Babacauh Koffi Dongo répond au mieux aux attentes de notre région ». Poursuivant qu’il n’a rien contre le ministre-parlementaire. Mais demande plus d’humilité de sa part en refusant le cumul des postes.

L’allégeance des 3 délégués à Kouassi Adjoumani, un acte marginal ? En tout cas, le très respectable Yaya Ouattara, vice-président du parti cinquantenaire, n’a été ni associé ni consulté. "La pagaille" qu’il dit ne pas aimer s’instaure au PDCI de Bondoukou, à l’approche des échéances électorales locales. Fait de collaborateurs pressés de barrer le chemin à un concurrent que tous désirent voir à la tête du Gontougo.

Ange Kouman