topblog Ivoire blogs

mercredi, 07 novembre 2012

BONDOUKOU : Des producteurs d’anacarde réclame 50 millions de F CFA à une société

bondoukou, gontougo, anacarde, ecodaiz, pété bini yao, atc, 50 millions f cfa non payés, coopérative agricole
La société African trade compagny (ATC), spécialisée dans l’achat des matières premières, reste devoir à l’Entreprise coopérative de l’agro-industrie du Zanzan (l’ECODAIZ) environ 50 millions de francs.

Information donnée jeudi 1er novembre par Pété Bini Yao, secrétaire exécutif de cette jeune coopérative. « Il reste une cinquantaine de millions pour 500 tonnes d’anacarde livrées sur une prévision de 6 000 tonnes au départ". L’argent du dernier achat fait par African trade compagny n’a pas été payé. Au grand dam des producteurs, qui crient leur colère. « Comment pouvez-vous comprendre qu’un paysan qui vit des ventes de ses noix de cajou attende depuis plusieurs mois le paiement de son argent. Aujourd’hui, les paysans ont des problèmes. Leurs enfants ne vont pas à l’école. Ceux qui devaient aller cette année à la Mecque n’ont pu le faire. Les fêtes de la Tabaski et des ignames qui viennent de se passer ont été faites sans eux », a déploré monsieur Bini.

Conséquence : une crise de confiance entre coopérateurs. Certains accusent ECODAIZ d’inefficacité et refusent de lui livrer de l’anacarde.

BOA Bonzou, émissaire du Conseil café-cacao, a été témoin de cette affaire. Il était dans la région de Gontougo pour s’assurer de l’application effective du prix d’achat minimum garanti.

Ancienne boucle du cacao, le Gontougo a vu disparaître ses plantations. Absent des statistiques de production du binôme cacao-café, l’espoir renaît pour sa population plus de 25 ans après. Mais obtenir les cabosses "Mercedes" pour renouveler les vergers reste le problème.

Boa Bonzou a lui-même touché du doigt les difficultés éprouvées par...

Voir la suite de cet article sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

jeudi, 30 août 2012

Prochaines régionales : Dongo Babacauh ratisse large dans le Gontougo

Qui veut voyager loin ménage sa monture, dit-on. Dans la perspective des élections régionales, Koffi Dongo Babacauh vient de bénéficier, pour sa candidature, du soutien des autorités coutumières, religieuses, de planteurs et de certains cadres de la région de Gontougo (Bondoukou). L’ancien professeur de biosciences a mis les bouchées doubles.

koffi dongo babacauh,élections régionales,région du gontougo,bini yao pété,ecodaiz,mutaza,côte d'ivoire,zanzan,candidat


A la tête d’une délégation des fils de la région, dénommée Groupe des cadres pour la solidarité et le progrès du Gontougo (GCSPG), le candidat aux futures régionales a conduit, du 24 au 26 août, une mission auprès des populations. A l’étape de la ville de Bondoukou, comme partout où il est passé, Dongo Babacauh a tenu le même langage : « L’union, le rassemblement de tous les peuples de Gontougo est pour moi un principe de base. Ensuite le développement de la région ».

Au cours de la séance d’information, samedi 25 août, à la Chambre de commerce et d’industrie de Bondoukou, l’ancien professeur d'agronomie a rallié à sa cause les membres de la grande coopérative agricole de la région. Et c’est Bini Yao Pété, président de la Mutuelle technique agricole du Zanzan (MUTAZA), qui a exprimé l’adhésion des paysans aux idéaux défendus par le natif de Sapia. Monsieur Bini n’a pas tari d’éloges à l’endroit de l’ingénieur agronome. « Grâce à Babacauh et Hiliassou Koné (conseiller de Soro Guillaume, NDLR), les producteurs d’anacarde du Gontougo ont acquis 2 camions de ramassage. Et ont pu vendre 500 tonnes à prix raisonnable ».

koffi dongo babacauh,élections régionales,région du gontougo,bini yao pété,ecodaiz,mutaza,côte d'ivoire,zanzan,candidat



Entreprise coopérative pour le développement de l’agro-industrie du Zanzan (ECODAIZ), autre structure paysanne, a reconnu les efforts du haut cadre pour le développement économique et social de la zone. Kobenan Yao Signo, le président du conseil d’administration (PCA), a invité à l’union autour de la candidature du vieux professeur.

koffi dongo babacauh,élections régionales,région du gontougo,bini yao pété,ecodaiz,mutaza,côte d'ivoire,zanzan,candidat


Dimanche 26 août, il a obtenu un soutien de taille. Celui de Yaya Ouattara (doyen des cadres), ancien ministre d’Houphouët-Boigny et vice-président du PDCI-RDA. « Je suis avec vous. Je tiens à réaffirmer toute mon estime à l’endroit du professeur Babacauh, pour avoir fédérer tant de cadres autour de lui pour les régionales. Nous avons un seul candidat dans le Gontougo : C’est Babacauh », a-t-il fait savoir.

Des chefs coutumiers ne sont pas en reste. Dongo Babacauh a reçu l’appui de Nanan Adou Bibi II, chef de la province du Pinango. Ainsi que celui de Nanan Fiéni II, reine-mère. Autour de qui environ 1 500 femmes.

Idem pour l’Iman de la grande mosquée de Bondoukou. Tout comme l’appui des jeunes de la ville ne lui a pas fait défaut.

Pour rappel, le professeur Koffi Dongo Babacauh est ingénieur agronome de formation. L’igname "florido", un des fruits de ses recherches. Ex-directeur de la Compagnie ivoirienne pour le développement textile (CIDT). PCA de Palmafrique…

Coordonnateur des mouvements de défense des droits des populations de la région de Bondoukou depuis août 2008, il se dresse contre Taurian, entreprise indienne exploitant le manganèse du Zanzan. Grâce à lui, la chambre administrative de la Cour suprême a annulé, mars 2012, L’arrêté n° 002/MME/OM du 12 février 2008 du ministère des Mines et de l’Energie portant extension du permis de recherche minière 202 accordé à la société Taurian.

L’engouement des populations à soutenir sa candidature aux prochaines régionales s’explique, sans doute, par ses actes à leur égard.

Ossène Ouattara