topblog Ivoire blogs

samedi, 23 février 2013

Région du Bounkani : Ces compétences discrètes

Ce texte est une contribution de Djané Ollo, un habitué de notre site et vivant à l’étranger.

KABA-NIALE.jpg



Le développement d'une région repose sur plusieurs facteurs, dont la compétence et la qualité de ses acteurs. En l'occurrence, ses fils et filles. Dans le Bounkani, nous en avons. Leurs compétences reconnues dépassent nos frontières nationales et régionales. Et les médias internationaux en parlent. De quoi en être fier.

Je disais dans une de mes correspondances parue dans les colonnes de Les infos du Zanzan qu'il existe des femmes et des hommes de la région du Bounkani qui ont contribué, dans la discrétion et dans l'efficacité, à la victoire que nous savourons tous.

Ces hommes et femmes continuent toujours de travailler avec la même efficacité et les mêmes compétences, et méritent d'être connus de la population du Bounkani. En voici un exemple dont la compétence et l'expérience peuvent aider au développement. A condition de savoir en profiter.

Découvrez quelques extraits du portrait de madame la Ministre Kaba Nialé, fait par Jeune Afrique n° 2718 du 10 au 16 février 2013.

"Côte d'Ivoire: Kaba Nialé, une ministre au mérite"

"Première femme à la tête du stratégique portefeuille des Finances, Kaba Nialé est une habituée des arcanes du pouvoir. Alassane Ouattara considère cette statisticienne comme une "économiste de première classe".

C'est avec une grande sérénité et en arborant ce large sourire qui la caractérise que Kaba Nialé, ministre chargée de l'Economie et des Finances auprès du Premier ministre Daniel Kablan Duncan, a reçu la Française Christine Lagarde, directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), le 7 janvier, à Abidjan. Car il en faut plus pour impressionner cette quinquagénaire originaire de Bouko, dans l'Est du pays, première femme nommée à ce poste depuis l'indépendance, en 1960.

Sa présence à la tête de ce portefeuille n'est pas le fruit du hasard. Cette économiste émérite est même parfois comparée à Ngozi Okonjo-Iweala, ministre nigériane des Finances et ancienne directrice générale de la Banque mondiale.

Le Chef de l'Etat lui-même ne tarit d'ailleurs pas d'éloges sur celle qui le "pratique" depuis le début des années 1990, quand il était Premier ministre du président Félix Houphouët Boigny: « Kaba Nialé est une économiste de première classe. Elle a travaillé à la Banque mondiale, elle a géré des programmes structurels très importants, elle a participé à la rédaction de mon programme de gouvernement. J'ai une totale confiance en elle », assure Alassane Ouattara.

DJANE OLLO

dimanche, 02 septembre 2012

Bondoukou: Le vice-président du Conseil général de Tanda meurt en pleine réunion

Une réunion s'est tenue, hier samedi 1er septembre, à la salle des fêtes de la maire de Bondoukou. A l'ordre du jour, les préparatifs de la prochaine visite du président de la République dans le District du Zanzan. Cette rencontre ne s'est pas déroulée sans accroc. Aux côtés des autres cadres du District (Bondoukou, Tanda, Nassian, Bouna...), Kouadja Koffi, vice-président du Conseil général de Tanda, a piqué une grave crise. Évacué en urgence au Centre hospitalier régional (CHR), il a malheureusement quitté les siens pour toujours. Avant de travailler au Conseil général, monsieur Kouadja était ex-député de Kouassi-Dattékro. On rappelle que le ministre des Ressources animales et halieutiques, et celui du logement étaient présents. Kobenan Kouassi Adjoumazni et Nialé Kaba n'étaient seuls. Entre autres, le directeur du port d'Abidjan, le PCA de Côte d'Ivoire Télécom, des députés, des responsables de coopératives agricoles. Bref, tous ceux que la localité compte de couches sociales. Il a été demandé aux cadres de chaque département de recenser tous les problèmes des populations, en vue de constituer un livre-blanc pour le chef de l'Etat. Les paysans veulent y être associés. C'est le cri de cœur de Bini Yao Pété, président de la Mutuelle agricole technique du Zanzan (MUTAZA), une des grandes organisations paysannes de Gontougo. « Les cadres parlent des paysans, mais en réalité, ils méconnaissent nos problèmes », se plaint Yao Pété. Affirmant que le ministre Adjoumani ne lui a pas donné la parole, au cours de la réunion, pour s'exprimer au nom de ses camarades. Vraisemblablement, la visite d'Alassane Ouattara dans le Zanzan se fera en novembre prochain. Ange Kouman, Bondoukou