topblog Ivoire blogs

mercredi, 20 mars 2013

KOUN-FAO : Un réservoir de danses traditionnelles

Plusieurs danses traditionnelles contribuent au charme culturel du département de Koun-Fao, dans le District du Zanzan. Malheureusement certaines sont aux oubliettes, car peu connues du grand public. Quelques-unes de ces danses.

danses traditionnelles, koun-fao, culture



La danse tout propre, à Kokomian

Tout propre est une danse de réjouissance exécutée par les femmes. Aux sons des trompettes, celles-ci, en 2 rangs, avec au centre une awoulaba (petite reine de la danse), avancent majestueusement à pas lents.

L’okodjo

C’est une danse au clair de lune. En général, elle se déroule après les travaux champêtres, et est dansée par les jeunes filles pubères. Occasion pour celles-ci de chanter les louanges de leurs amoureux. Les filles sont habillées d’un cache-sexe rouge tenu par une ceinture de fines perles enfilées. Les seins sont découverts. Avec une coiffure dite "boule-boule", elles sont maquillées de kaolin appliqué sur une couche à base d’effiandron (sesamum radiatum). En cercle, les jeunes filles se tapent les mains, et une se détache du cercle pour se jeter dans les bras de ses amies. Ces dernières la projettent à nouveau vers le centre. Une chanteuse entonne un nouveau chant que les autres reprennent en chœur.

La danse pom pom

Le pom pom est dansé en l’honneur d’une jeune fille à marier, exemplaire par son éducation. L’orchestration et la danse sont exclusivement le fait des femmes. Les instruments de musique sont une bassine remplie d’eau sur laquelle on dépose une calebasse retournée et des hochets en calebasse. Les femmes dansent en cercle et une chanteuse vante les mérites de la jeune mariée assise sur un siège, habillée et parée.

L’attobo, à Dihibo

L’attobo, à la fois une danse de réjouissance et de funérailles. Les danseurs sont 2 hommes vêtus d’une tunique en toile de jute. Devant l’orchestre, est déposée une statuette de femme allaitant un enfant. C’est le fétiche de la danse. L’un des instruments de musique représente le corps d’une femme avec des seins sur une face et des animaux de l’autre. Le tout, posé sur un porc ou un éléphant. On trouve aussi une ...

Voir la suite en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mercredi, 09 janvier 2013

KOUN-FAO : La satisfaction du maire, après la visite présidentielle dans le Zanzan

François Yao Oulayes, maire de Koun-Fao, a exprimé sa satisfaction après la visite du président Alassane Ouattara dans le District du Zanzan, du 27 au 30 novembre dernier. Le premier responsable de la petite commune a salué la mobilisation exceptionnelle des populations de la région pour l’accueil du chef de l’Etat. « Je suis satisfait de cette visite. Le président de la République a fait une tournée historique dans le District du Zanzan. Il est venu à Koun-Fao, porte d’entrée du District. Il a eu un accueil chaleureux. Je profite de l’occasion pour dire merci à tout le monde », s’est-il exprimé.

Le maire a tiré son chapeau au « ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, qui a été la cheville ouvrière de cette mobilisation ». Sans avoir oublié « la ministre Kaba Nialé, qui a fait des pieds et des mains pour qu’un accueil chaleureux soit réservé au chef de l’Etat ». Les mots de remerciement de Yao Oulayes ont également été prononcés à l’endroit du délégué Michel Kouamé et du député Kouakou Jean-Marie, 2 cadres de Koun-Fao.

Pour le maire, pas de doute : Alassane Ouattara tiendra toutes les promesses faites aux populations du Zanzan. Par ailleurs, il a souhaité le retour de ceux qui ont fui la région durant la crise postélectorale. Un retour au bercail que les autorités gouvernementales doivent faciliter.

Ange Kouman

samedi, 08 décembre 2012

Le département de Koun-Fao : Porte d’entrée du District du Zanzan

Koun-Fao est érigé en commune de plein exercice en 1985. Le département compte 15 villages, et constitue la porte d’entrée du District du Zanzan, dans le Nord-Est.

Limité au Nord par la ville de Tanda, à l’Ouest par la commune de Kouassi-Datékro, au Sud par la sous-préfecture de Tankessé et à l’Est par Transua, le département de Koun-Fao a une population estimée à 11 740, d’après le recensement de 1998.

Essentiellement agricole, le département connaît des difficultés car ne disposant pas d’unité industrielle. Seul le commerce est fortement pratiqué. Koun-Fao, en effet proche de la frontière ghanéenne. Une proximité qui fait que les marchés locaux sont inondés de produits venant du Ghana.

Les ¾ de la population pratiquent l’agriculture pérenne. Avec le cacao, l’anacarde et le café pour produits de rente. Quant aux cultures vivrières, ce sont le maïs, la tomate, l’igname, le gingembre, l’arachide, la banane plantain, le manioc.

Koun-Fao a l’avantage d’être une ville carrefour. Mais la dégradation avancée, voire le manque d’infrastructures routières à l’intérieur du département, constitue un problème majeur pour l’écoulement des produits agricoles.

On ne le dit pas assez : le département de Koun-Fao, un grand foyer culturel. Avec de nombreuses danses. Entre autres, la danse tout propre, pom pom, okodjo, attobo, m’bray, adjemelé. La description de ces danses traditionnelles fera ultérieurement l’objet d’un article.

Ossène Ouattara