topblog Ivoire blogs

vendredi, 08 mars 2013

BONDOUKOU : Bientôt, la mise en valeur des parcelles rizicoles

riziculture, lutte contre la pauvreté, côte d'Ivoire, bondoukou, bouna


1,7million de tonnes de riz : voilà ce dont aura besoin la Côte d’Ivoire, cette année, pour nourrir sa population. Problème, il faudra importer plus de la moitié. Pourtant, ce ne sont pas les surfaces rizicoles qui manquent.

Dans le District du Zanzan, la mise en valeur des parcelles abandonnées constitue la priorité du gouvernement. Cela, grâce au Projet de réhabilitation agricole et de la réduction de la pauvreté (PRAREP) dans la région du Bounkani, et le Projet d’appui à la production agricole et à la commercialisation (PROPACOM). Outre le gouvernement, le FIDA et la Banque africaine de développement (BAD) apporteront leur appui financier. Conçus pour une durée de 6 ans, « ces projets vont prendre en compte 300 groupements coopératifs ou associations de femmes, de jeunes, à travers le financement de leurs projets de culture de riz, du manioc, de maïs, d’ignames et autres, de cultures maraîchères et de petites unités de transformation de produits agricoles. Cela, à travers la distribution gratuite de semences et de matériels agricoles. 120 motoculteurs sont prévus dans le cadre de ces projets », a révélé Kouassi Koffi Edmond, superviseur général des projets.

Une opportunité que les paysans de la sous-préfecture de Bondoukou entendent s’approprier afin de sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Grâce à l’appui et à l’encadrement de la Compagnie agricole de Bondoukou (COBA) – une entreprise locale –, l’ensemble du riz produit sera acheté. Puis transformé sur place. Il sera vendu sur le marché national, avec le label "riz de Bondoukou". « Votre production ne restera pas dans vos mains. Une unité de transformation d’une capacité de 1,5 tonne/heure sortira de terre, avant la fin de l’année. Suivra celle de 5,5 tonnes/heure », a promis Ouattara Issoufou, PDG d’une société.
Avec une production de 6 tonnes à l’hectare en ce moment, « l’objectif est d’atteindre au moins 13 tonnes, à l’exemple de l’Espagne », a souhaité monsieur Issoufou. C’était hier jeudi 7 mars, au bureau de Zoué Sépan Vincent, sous-préfet de Bondoukou.

Rosemonde Desuza

mardi, 05 mars 2013

BONDOUKOU : Des femmes bénéficiaires d’un fonds d’appui formées

lutte contre la pauvreté, dominique ouattara, fafci, fonds d'appui aux femmes, bondoukou, femmes formées


"L’initiation à la gestion des microprojets". Ce thème était au centre de la formation reçue par 100 femmes du département de Bondoukou. Elles sont les premières bénéficiaires du Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI).

Animée par Ouattara Minikotien, coordonnateur national UNACOOPEC-CI du FAFCI, la formation s’est déroulée du 23 au 24 février, à la mairie de la ville aux 1 000 mosquées. Cette première vague de bénéficiaires est issue de 7 associations féminines. Pendant 2 jours, les participants ont travaillé en commissions autour de sous-thèmes. Au nombre desquels le budget familial, la gestion saine d’une activité lucrative, l’organisation, le fonctionnement d’une coopérative.

La formation a été sanctionnée par la remise de certificats. Satisfaites, les bénéficiaires, par la voix de Palé Emilienne, ont exprimé leur gratitude à la Première dame. Elles ont surtout pris l’engagement de mettre tout en œuvre pour respecter les engagements pris. Ouattara Minikotien s’est dit confiant. « Après ces 2 jours de formation, ces femmes ont les armes nécessaires pour bien gérer les fonds qui seront mis à leur disposition », espère-t-il. Et de rassurer qu’après cette étape, chacune entrera en possession du prêt sollicité. C’est-à-dire en 30 000 et 500 000 f CFA. « Vous devez faire en sorte que la chaîne de solidarité ne soit pas rompue. Afin que, rapidement, la deuxième vague de bénéficiaires puisse recevoir des fonds ! », a-t-il recommandé.

Ange Kouman

Source : Fraternité Matin de samedi 2 et dimanche 3 mars 2013.

lundi, 17 septembre 2012

Bouna : Des femmes contre la malnutrition

Réunies au sein de plusieurs coopératives, des femmes de la région du Boukani ont décidé d’engager la lutte contre la malnutrition et la pauvreté.

A Bouna, celles de l’ONG Génération femmes du 3ème âge (GFM3), dirigée par Ouattara Yéroboro, ont opté pour l’élevage et la fabrication du beurre de karité.

Avec la coopérative de Mme Fézé, les actions sont concentrées sur la culture du riz et des maraîchers.

A Nassian, une cinquantaine de dames travaillent activement dans une unité de transformation de noix de cajou.

Fin août, Coulibaly Alimata est allée vers toutes ces agricultrices. Raison : la présidente de la coopérative Isani leur a parlées du programme de lutte contre la malnutrition. Un projet qui englobe la production, la conservation des produits vivriers, et la valorisation des aliments locaux.

Coordonnatrice de Misola Côte d’Ivoire pour la lutte contre la malnutrition, Mme Coulibaly a demandé aux responsables des associations et groupements féminins de s’approprier ce projet en vue de bouter ce mal hors du Boukani.

Par ailleurs elle a annoncé l’implantation prochaine, à Bouna, d’une unité de transformation de céréales et de production de farine infantile. Histoire de créer des activités génératrices de revenus pour les femmes de Bouna, Nassian, Doropo et Téhini.

Avec ce projet, la gent féminine du Boukani a véritablement pris le pari de sortir de la pauvreté.

Ange Kouman, à Bondoukou

Source : Frat Mat du 14 septembre.

dimanche, 11 septembre 2011

Bondoukou : Des jeunes au chevet de la région du Zanzan

Souffrant de plusieurs maux depuis l’indépendance de la Côte d’Ivoire, la vaste région du Zanzan a raté son développement. Pourtant, elle ne manque pas de potentialités, à l’instar des autres localités du pays. Conséquence : les populations sont pauvres. Une réalité que tente de renverser l’ONG Fonds Zanzan.

Lire la suite