topblog Ivoire blogs

lundi, 18 février 2013

BONDOUKOU/TANDA: Chaudes batailles en perspective pour les Municipales

kouakou-dapa.jpg
Fort de ses 18 années à la tête de la commune de Bondoukou, Kouakou Dapa attend sereinement ses adversaires aux prochaines échéances municipales. « Avec plus de 2,6 milliards de FCFA investis durant mon mandat, mon bilan plaide en ma faveur. Ce, malgré ces 10 années de crises », affirme le maire sortant. En face de lui, 3 autres candidats : Alliagui Diabagaté, Koné Hiliassou, et Kra Atta Kouamé Gaston.

Si le 1er porte les couleurs d’un parti politique – le RDR –, ce n’est pas le cas pour les 2 autres prétendants. Koné Hiliassou est candidat indépendant. Le fait d’être conseiller technique du président de l’Assemblée nationale (Guillaume Soro) est un atout. Un problème tout de même : monsieur Hiliassou est militant du RDR. Une appartenance qui ouvre la voie à des incertitudes.

Kra Atta Kouamé Gaston est ingénieur des Ponts et chaussés au Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD). Il s’est révélé à certaines populations de la commune à travers des dons. C’est grâce au Commandant Fofié Kouakou qu’il s’est fait un nom dans la ville de Bondoukou. Novice en politique, il n’a pas d’étiquette. Comme Koné Hiliassou, Kra Gaston va en indépendant.

Pour la 1ère fois, à Tanda, le maire sortant a un sérieux adversaire. Celui-ci se nomme Koné Amadou. Ce jeune, originaire de ...

Voir la suite en cliquant sur Les infos du Zanzan.

mardi, 05 février 2013

BONDOUKOU : La volte-face de Kobenan Tah Thomas, ex-député de Transua

kobenan tah thomas, volte-face, bondoukou, pdci, soutien à adjoumani, élection régionale, gontougo, ex-député de transua
A moins d’un coup politique, Kobenan Tah Thomas vient de faire volte-face en apportant son soutien au ministre Kouassi Adjoumani dans sa course aux Régionales, dans le Gontougo. On savait l’inimitié entre l’ex-député de Transua et le ministre des Ressources animales et halieutiques. On se souvient aussi que dès l’annonce de la candidature de Kouassi Adjoumani, Tah Thomas avait produit un texte dans les journaux pour dénoncer le cumul des postes. Aux côtés de son "ennemi", il a étonné plus d’un à Kouassi-N’Dawa, samedi 2 février. « Je suis du PDCI. Et mon grand-père, qui fut le chef de village de Transua, a été le 1er militant du PDCI-RDA. Alors comment vous pouvez comprendre qu’un pur sang vert et blanc puisse partir en candidature indépendante. Ça n’arrivera jamais. C’est pourquoi je dis qu’il faut que la famille se retrouve. Et le soutien que j’apporte ici, je voudrais que tout le monde le comprenne. C’est dire que la récréation est terminée », s’est exprimé Tah Thomas.

Ce virage à 180° alimente les conversations. N’empêche. Le ministre Adjoumani, par ailleurs député et président du Conseil général de Tanda, s’en frotte les mains. La volte-face de l’ancien député de Transua lui a servi de prétexte pour fustiger les candidatures indépendantes. « Quand quelqu’un vient et dit qu’il est indépendant, ça veut dire qu’il est indépendant vis-à-vis de vous, de son parti, et du pouvoir. Et je crois que nous n’avons pas besoin de ces indépendants-là dans le cadre de la gestion du Conseil régional. Car je suis le choix de celui qui va nous donner les moyens pour travailler. Et il m’a déjà choisi en étant ministre auprès de lui », a dit Adjoumani. Allusion faite à Babacauh Koffi Dongo, son redoutable concurrent.

Mais le choix du ministre pour conduire le RHDP risque l’éclatement de cette plate-forme. Conséquence, une autre liste indépendante se profile à l’horizon. Il se dit qu’elle aura pour...

Voir la suite de cet article en cliquant sur Les infos du Zanzan.

vendredi, 01 février 2013

BOUNA : Faut-il s’attendre au pire ?

élections régionales, bouna, bounkani, tikoro ouattara, palé dimaté, camara loukimane, rdr, pdci, conflit ethnique, candidats
Tikoro Ouattara, président intérimaire du Conseil général, ne comprend pas pourquoi le PDCI ne l’a pas choisi pour porter ses couleurs aux prochaines Régionales. « Au moment des labours, tu disparais. Quand vient la récolte, c’est là que tu apparais. Ainsi va la vie. Pour le peu de temps passé à la tête de ce Conseil général, je pars satisfait. Mon bilan est positif dans l’ensemble. Et ce n’est pas le peuple du Bounkani qui dira le contraire, au regard des encouragements et félicitations que je reçois de sa part », nous a-t-il confié au téléphone. En effet, Palé Dimaté, considéré comme "Judas" pour avoir flirté avec Laurent Gbagbo, a été préféré pour conduire le PDCI à l’élection du Conseil régional.

Ce choix serait-il motivé par des raisons ethniques ? Oui, « parce qu’il est Lobi. Les Lobi sont majoritaires dans le Bounkani. Ce motif révoltant a amené les 5 délégués de la région à s’interroger sur la valeur d’une sanction au PDCI. Ils ont même adressé une correspondance à la direction du parti pour dénoncer cet état de fait, et appelé à ne pas soutenir Palé Dimaté », selon un responsable du parti sexagénaire.

Même problème au RDR. Cette formation politique a mis du temps pour se choisir un candidat. « Camara Loukimane, candidat pressenti du RDR, a dû diluer son vin au profit de Palé Ollo Sib pour les mêmes motifs. Du coup, le RHDP qui était pressenti, avec Palé Dimaté comme tête de liste, vole en éclats sous la pression des cadres du RDR. Ceux-ci ne sont pas de l’ethnie lobi », d’après notre source. Dans cette grisaille, une liste indépendante composée essentiellement de Malinké, Koulango et autres, se profile à l’horizon. Elle vient comme pour apporter un démenti aux affirmations de certains hommes politiques. Selon lesquelles le Bounkani est dominé par les Lobi.

Le débat sur les élections locales dans le Bounkani est en train de devenir malsain. Il glisse dangereusement sur ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

jeudi, 31 janvier 2013

TANDA : Le maire Yao Kouman Moïse rattrapé par son bilan

candidats, maire, tanda, yao kouman moïse, élection municipale, pdci, rdr, koné amadou
Les élections municipales s’annoncent rudes pour le maire sortant, Yao Kouman Moïse. Le candidat du PDCI aura en face de lui le jeune Koné Amadou du RDR.

Après 28 ans à la tête de la municipalité, le bilan de Yao Kouman Moïse paraît maigre. Les populations de Tanda ne cessent de le lui signifier. Profitant de la fête du Mahoulid, le maire a effectué une tournée de précampagne dans les villages de sa commune. Chose rare, car l’homme n’est pas coutumier du fait. Partout où il est passé, le premier magistrat de Tanda a fait autre chose que défendre son bilan. Nulle part il a parlé de sa nouvelle vision pour sa commune. Monsieur Kouman Moïse s’est plutôt s’illustré par des propos haineux contre Koné Amadou, son jeune concurrent. Il a traité celui-ci d’ "étranger". Des propos qui plongent dans le souvenir obsédant de l’histoire récente du pays.

Selon le maire sortant, le candidat du RDR n’est pas le bienvenu à Tanda. Une affirmation à laquelle a décidé de ne pas répondre Koné Amadou. Car pour lui, « répondre au coup de pied de l’âne, c’est se mettre à son niveau ». Le jeune homme continue de soulager les populations en procédant à des remises de dons. Comme quoi le chien aboie et la caravane passe.

Ange Kouman

jeudi, 24 janvier 2013

Koun-Fao : Le maire Yao Oulayès, candidat à sa propre succession

Yao Oulayès, actuel maire de la commune de Koun-Fao, est candidat sous la bannière du PDCI. Le 18 janvier, il a rencontré quelques membres de son parti et des clubs de soutien. Des responsables de partis de l’opposition ont également pris part à cette réunion tenue au domicile du délégué PDCI de Koun-Fao. Notamment le FPI, l’UNG, le PIT et le RDR.

L’objet de cette rencontre orchestrée par le maire, c’est de mettre ses partisans et sympathisants en ordre de bataille pour les prochaines échéances municipales. Yao Oulayès se dit confiant en sa victoire, même si en face, il aura affaire avec 3 autres concurrents (2 candidats indépendants, et 1 du RDR).

Qu’est-ce qui explique cet optimisme ? « Mon programme pour les 5 années à venir, et le bilan de ma gestion », selon le 1er magistrat de la commune de Koun-Fao. Entre autres réalisations, la construction d’écoles dans plusieurs villages et le nouveau bâtiment administratif sorti de terre.

Etant donné que sa victoire sera celle de tout le monde, le candidat Oulayès a confié à ses partisans une mission. Celle de sillonner villages et hameaux de la commune afin de mieux le "vendre" aux administrés.

Ossène Ouattara

Source : Le Mandat de mercredi 23 au jeudi 24 janvier 2013.

samedi, 12 janvier 2013

NASSIAN : Kouakou Massadé, choix du PDCI pour les Municipales

Kouakou Massadé, maire sortant, est le candidat du PDCI aux prochaines Municipales. La direction du parti sexagénaire a simplement entériné le choix des populations de la petite commune enclavée, au Nord-Ouest de Bondoukou.

Les actions de développement du maire ont milité en sa faveur. Seul élu PDCI dans le département depuis 2002, Kouakou Massadé a gagné le cœur de ses administrés par sa gestion. Des écoles et centres de santé ont été équipés. Bien d’autres actions sociales sont à son actif. Ce qui lui a valu les félicitations d’Henri Konan Bédié, l’inamovible président du parti vert. L’on a encore en mémoire la décoration du premier magistrat de Nassian par le patron du PDCI, lors de sa visite dans cette localité.

Le maire sortant, un choix sûr pour le scrutin municipal du 24 février 2013. Même si aucune élection – à l’image d’un match de football – n’est jamais gagnée d’avance. Le candidat du RDR pourrait jouer les trouble-fêtes.

Ange Kouman