topblog Ivoire blogs

mardi, 12 mars 2013

BONDOUKOU : Rencontre avec des femmes sur une mine de manganèse

mines de manganèse, bondoukou, femmes exploitées, société taurian


En 2008, plus de 200 femmes travaillaient dans les mines de manganèse de la société Taurian, à Bondoukou. Agées entre 21 et 50 ans, certaines ont dénoncé leurs conditions précaires de travail. D’après elles, le respect de leurs droits est le dernier souci de l’entreprise indienne.

Comme preuve de la "maltraitance" dont elles seraient victimes, le licenciement "abusif" de 111 employées. Renvoyées sans préavis. Aucune mesure d’accompagnement. Après 6 mois sur la touche, ce sont des âmes affligées qui espèrent toujours un hypothétique dédommagement. Convoquée par l’Inspection du travail afin de les rétablir dans leurs droits, Taurian a promis les réengager. Promesse non tenue.

Les travailleuses, 162 aujourd’hui, donnent leur peine dans les mines de manganèse sans contrat valable. Elles sont à la merci de la canicule pour 24 000 F CFA par quinzaine. « Nous sommes exposées au soleil, sans gangs ni bottes. Pas de ...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur Les infos du Zanzan.

dimanche, 27 janvier 2013

Manganèse de Bondoukou : Vers la fin du conflit entre populations et la société Taurian ?

société taurian, manganèse de Bondoukou, apaisement, populations riveraines, côte d'ivoire


Rencontrant le syndicat des travailleurs de la société Taurian, le 20 janvier, Koffi Assienin, secrétaire général de la Fédération ivoirienne des syndicats des Mines, a eu ces mots : « prenez le code du travail comme votre bible et lisez-le ! Vous connaîtrez la vérité. Avant la fin de 2013, vous allez vous rendre compte des vrais changements ». Cette rencontre a permis de mettre en exergue les acquis du syndicat pour l’amélioration des conditions de travail de ses membres. Entre autres acquis, le paiement des salaires et des arriérés, leur bonification, la domiciliation des comptes dans une banque, la déclaration des employées à la CNPS.

Un changement du statut des travailleurs est en cours de finalisation. Il tient compte de la convention collective ainsi que de l’assurance-maladie. Toutefois, beaucoup restent encore à faire. Mais « au lieu de toujours revendiquer, faites des propositions à vos chefs pour l’amélioration de vos conditions de travail ! Un syndicat n’est pas là pour faire la guerre », a poursuivi Koffi Assienin. Sur ce point, Séka Komenan Jean-Paul, secrétaire général du syndicat des travailleurs de Taurian a levé l’équivoque. « Notre syndicat veut rentrer dans le cadre de la paix sociale. Tout ce que nous voulons, c’est la cohésion entre l’administration et nous. Elle ne doit pas rester sourde à nos appels », a-t-il affirmé.

Prenant à son tour la parole, au nom de la société Taurian, Yao Eugène a dit partager la joie qui anime les salariés de l’entreprise. « Mais il est important que chacun sache ce qu’il a à faire pour le bien de la société. Car sans société, pas de syndicat. Et vice-versa ». Et de donner une information de taille :...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

vendredi, 04 janvier 2013

BONDOUKOU : Des blessés dans une manifestation contre une société d’exploitation minière

bondoukou, société taurian, mines de manganèse, échauffourées, population en colère, cahier des charges, projets non réalisés


Hier jeudi 3 janvier, des heurts ont opposé les populations de Boedem – un village situé à quelques encablures de Bondoukou (après Kouassi-N’Dawa) – avec les agents de Taurian, la multinationale indienne qui exploite les mines de manganèse du Zanzan. Les échauffourées s’expliqueraient par le fait que le cahier des charges dans lequel devait figurer les projets à réaliser au profit des riverains est en attente d’élaboration depuis 5 ans.

Excédées par la longue attente, les populations ont pris "leurs responsabilités". Elles ont bloqué l’accès du site d’exploitation aux employés de la société. Contraignant ainsi Taurian à arrêter ses travaux d’extraction. Ce, jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. « Alors que la société Taurian a un permis d’exploitation délivré par l’Etat de Côte d’Ivoire, le cahier des charges qui devait accompagner l’exploitation du minerai n’est pas encore mis en œuvre. Or, l’entreprise est en activité continue sur nos sites depuis 5 années. C’est pourquoi les populations ont décidé de prendre leurs responsabilités afin d’interpeller l’Etat sur les graves violations de leurs droits », a rappelé Kobenan Kra Michel, porte-parole des 7 villages concernés.

Voulant se rendre coûte que coûte sur leur lieu de travail, 11 employés de nationalité indienne sont séquestrés par des manifestants. Puis brutalisés. Des jets de pierres ont légèrement blessé 3 d’entre eux. Tous ont finalement été exfiltrés par un détachement de gendarmes.

Selon Victor Atta, président de l’ONG Vert universel, « l’extraction minière dans le Zanzan n’est pas suivie d’une étude sérieuse sur l’impact environnemental. Une évaluation de l’Agence nationale de développement de l’environnement (ANDE) s’impose afin de donner de nouvelles directives ». Il faut dire que des ...

Voir la suite de cet article en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.