topblog Ivoire blogs

vendredi, 10 août 2012

SOS pour le Tribunal de Bondoukou

Comme la plupart des bâtiments publics de Côte d’Ivoire, celui de la section du Tribunal de Bondoukou souffre de plusieurs maux. Les fissures dans les murs constituent des portes d’infiltration pour l’eau de pluie. Problème d’étanchéité donc!

A l’intérieur, le décor est ahurissant. Un matériel de travail vétuste et hors d’âge. En atteste la quasi-absence d’ordinateurs et autres matériels de bureau (chaises, climatiseurs,… ).

En ce 21ème siècle, le personnel du Tribunal de Bondoukou continue de travailler avec de vieilles machines de dactylographie. Toutes choses qui ne facilitent pas le travail. Des pannes à répétition, qui ralentissent les rendements. Et empêchent la tenue des délais de traitement des actes.

Autre mal: l’exiguïté et la promiscuité. Ceux-ci se traduisant par l’insuffisance de bureaux pour le personnel.

Selon Bobi Djepa, Substitut du Procureur de la République près la section du Tribunal de Bondoukou, « le Tribunal avait été construit pour un seul juge : c’était le temps du juge unique. Aujourd’hui, il y a 5 Magistrats à Bondoukou ». Pour leur faire de la place, les locaux des archives ont été vidés.

Conséquences : difficultés pour encadrer les stagiaires. Des archives posées à même le sol, à la merci des souris.

Même promiscuité à la prison civile. Initialement construite pour 500 à 600 détenus, la population carcérale s’élève à plus de 1500 prisonniers. D’où la surpopulation que le Parquet essaie de gérer. « La prison de Bondoukou est largement dépassée », souligne le Substitut du Procureur.

Le seul mot à la bouche des populations de Bondoukou concernant leur Tribunal, « SOS ».

mercredi, 26 janvier 2011

L’hôpital de Bondoukou, un centre de santé vétuste

Dans sa réponse à la question sur « la situation dramatique des hôpitaux », Prosper Djessou – directeur des établissements publics nationaux (EPN) – dans une interview accordée au journal L’Inter le jeudi 30 septembre 2010, dit sans détour qu’il y a « beaucoup de dysfonctionnements dans nos hôpitaux ». Cette réponse traduit la réalité de la plupart des centres de santé de Côte d’Ivoire. Le centre hospitalier régional (CHR) de Bondoukou en est une illustration.

Lire la suite