topblog Ivoire blogs

mardi, 27 novembre 2012

Visite d’Etat : Bouna, dans la ferveur et l’espoir

bouna, région de bounkani, visite présidentielle, espoir, Zanzan, côte d'ivoire
Bouna, la capitale de la toute nouvelle région du Bounkani, est une cité oubliée. Ni eau courante, ni électricité à loisir, ni emploi. Encore moins de routes.

Les populations de Bouna et des départements alentour ont fini par se résigner. «Que l’Etat fasse quelque chose pour nous», disent en chœur les habitants que nous avons rencontrés. La visite du chef de l’Etat, ce mardi, occasion pour les populations de la cité des guerriers d’exposer leurs nombreuses doléances consignées dans un livre blanc. Surtout que l’inadéquation entre la qualité de chef-lieu de région et les services existants est frappante.

Région cosmopolite, le Bounkani, ancien royaume de Bouna créé au 16ème siècle et dirigé actuellement par le roi Djarakoroni II, en plus des autochtones lobi, malinké et koulango, vit pacifiquement avec ses hôtes venus d’autres régions et pays étrangers. Les populations, dans un même élan, comptent accueillir chaleureusement le couple présidentiel et la délégation qui l’accompagne.

Les cadres, à leur tête la ministre Kaba Nialé, sont à pied d’œuvre pour marquer d’une pierre noire cette tournée. C’est d’ailleurs la même ferveur à Nassian, Téhini et Doropo, les autres départements que compte la région. Le maire résident, Camara Nouho, et le vice-président du Conseil général, Hien Bensaré, semblent s’être passé le mot pour exprimer l’immense joie des populations. « La mobilisation sera totale », rassurent-ils.

Pour l’heure, sur le terrain, l’on peut observer des travaux d’embellissement et de nettoyage. Les services techniques sont aussi à pied d’œuvre pour améliorer la distribution de l’eau et de l’électricité, qui étaient rationnées jusqu’ici. « C’est la seule ville dont le courant est produit par un moteur », se plaignent les habitants de Bouna. Ce moteur, qui a été offert à la ville par le candidat Alassane Ouattara, sera peut-être remplacé par un raccordement au réseau électrique national.

C’est peu de dire que les populations locales voient dans la visite du président une opportunité pour exposer leurs problèmes.

Ossène Ouattara

Source : Le Patriote du lundi 26 novembre 2012.

Crédit photo: abidjan.net

mardi, 06 novembre 2012

Visite présidentielle dans le Zanzan : Les populations pas encore prêtes

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani est au four et au moulin. En tant que président de la Commission mobilisation pour la prochaine visite présidentielle dans le Zanzan, il est sur tous les fronts pour la réussite de sa mission.

Le vendredi 2 novembre, le ministre était à Tanda. Dans la salle des conférences de la sous-préfecture, il a échangé avec le comité local d’organisation. Organe composé de fonctionnaires, de chefs traditionnels et de responsables de partis politiques. Monsieur Adjoumani a battu le rappel de ses troupes pour la réussite de la visite du président Alassane Ouattara. Annoncé dans le District du Zanzan, du 27 au 30 novembre prochain.

Le dimanche 4, le président de la Commission mobilisation s’est rendu à Bondoukou. Ici encore, le ministre a tenu une réunion. L’ordre du jour étant le même : susciter les populations à s’approprier le séjour présidentiel. Mais il y a une vérité qu’on veut cacher. L’atmosphère générale contraste avec l’énergie du membre du gouvernement. A Tanda (fief de Kouassi Adjoumani) comme dans la ville aux 1 000 mosquées, les populations ne sont pas enthousiasmées par la nouvelle. Elles ne semblent encore prêtes à accueillir le chef de l’Etat.

Joint au téléphone, le président des producteurs du Gontougo a confirmé le manque d’enthousiasme des habitants. Ses propos, sans ambiguïté : « On nous dit chaque jour que le président arrive dans notre région. Mais le monde paysan n’a pas été associé à cette arrivée ». Plus grave, l’état de déliquescence des infrastructures. « A Bondoukou comme dans ses villages, il n’y a pas de routes. Pas d’eau dans les hôpitaux. Tout est délabré. Les malades meurent en cascade. J’en suis moi-même victime. Ma sœur est morte lors de son évacuation à Abengourou, faute d’oxygène. Environ 5 000 tonnes d’anacarde invendues », déplore le patron de la Mutuelle technique agricole du Zanzan (MUTAZA). Avant de souhaiter qu’Alassane Ouattara fasse un tour à Sandégué, pour se frotter à d’autres réalités.

Même grief d’Alliagui Soumaïla, membre de la jeunesse communale de Bondoukou...

Voir la suite de ce texte en cliquant sur http://lesinfosduzanzan.wordpress.com/.

mercredi, 17 octobre 2012

Visite présidentielle dans le Zanzan : Le ministre Patrick Achi en mission de reconnaissance, à Bondoukou

Dans le cadre des préparatifs de la prochaine visite présidentielle dans le Zanzan, le ministre Patrick Achi, des Infrastructures économiques, a séjourné à Bondoukou, samedi 6 octobre. Il a eu une rencontre avec des élus locaux et le corps préfectoral du Gontougo.

alassane ouattara,visite présidentielle,zanzan,gontougo,élus locaux,ministre patrick achi,populations heureuses,infrastructures à réparer,pistes rurales,bondoukou


Au menu de la rencontre, les projets à réaliser avant l’arrivée du président de la République. Pour ce qui est de l’approvisionnement en eau et de la réparation des pistes villageoises, les évaluations sont en cours. Mais l’exécution des travaux se fera par ordre de priorité, si l’on s’en tient aux propos de Patrick Achi. D’où leur classification en travaux réalisables à très court, court et moyen terme. Cependant, tout reste subordonné au temps et au budget.

alassane ouattara,visite présidentielle,zanzan,gontougo,élus locaux,ministre patrick achi,populations heureuses,infrastructures à réparer,pistes rurales,bondoukou


Les cadres du Gontougo, joyeux d’apprendre la très bonne nouvelle. Eux très souvent objet de récriminations des populations. Les accusant d’avoir abandonné leur région dans la léthargie. « Nos cadres n’ont rien fait pour la région. Pourtant sous le président Houphouët, certains ont été ministres », entend-on dire dans les rues de Bondoukou.

Les populations attendent l’arrivée du Chef de l’Etat. Plus que tout, elles rêvent de la même chose : la traduction en actes des projets annoncés.

Ange Kouman

dimanche, 02 septembre 2012

Bondoukou: Le vice-président du Conseil général de Tanda meurt en pleine réunion

Une réunion s'est tenue, hier samedi 1er septembre, à la salle des fêtes de la maire de Bondoukou. A l'ordre du jour, les préparatifs de la prochaine visite du président de la République dans le District du Zanzan. Cette rencontre ne s'est pas déroulée sans accroc. Aux côtés des autres cadres du District (Bondoukou, Tanda, Nassian, Bouna...), Kouadja Koffi, vice-président du Conseil général de Tanda, a piqué une grave crise. Évacué en urgence au Centre hospitalier régional (CHR), il a malheureusement quitté les siens pour toujours. Avant de travailler au Conseil général, monsieur Kouadja était ex-député de Kouassi-Dattékro. On rappelle que le ministre des Ressources animales et halieutiques, et celui du logement étaient présents. Kobenan Kouassi Adjoumazni et Nialé Kaba n'étaient seuls. Entre autres, le directeur du port d'Abidjan, le PCA de Côte d'Ivoire Télécom, des députés, des responsables de coopératives agricoles. Bref, tous ceux que la localité compte de couches sociales. Il a été demandé aux cadres de chaque département de recenser tous les problèmes des populations, en vue de constituer un livre-blanc pour le chef de l'Etat. Les paysans veulent y être associés. C'est le cri de cœur de Bini Yao Pété, président de la Mutuelle agricole technique du Zanzan (MUTAZA), une des grandes organisations paysannes de Gontougo. « Les cadres parlent des paysans, mais en réalité, ils méconnaissent nos problèmes », se plaint Yao Pété. Affirmant que le ministre Adjoumani ne lui a pas donné la parole, au cours de la réunion, pour s'exprimer au nom de ses camarades. Vraisemblablement, la visite d'Alassane Ouattara dans le Zanzan se fera en novembre prochain. Ange Kouman, Bondoukou